Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Ministère des Finances : il y a péril en la demeure

Posted by jeunempl sur juin 12, 2011

L’Orient le Jour

[Note du MPLBelgique: Avant de lire cet article, et pour mieux connaître Alain Bifani ainsi que ses positions professionnelles, nous vous suggérons de consulter une brève présentation de la gestion des Finances au Liban qu’il a faite en 2009 (cliquez ici). Il y dénonçait déjà les malencontreuses habitudes du ministère des Finances…]

L’intervention « explosive » du directeur général des Finances, Alain Bifani, au cours de la réunion marathonienne jeudi de la commission parlementaire des Finances et du Budget continue de susciter des remous dans les milieux politiques et économiques.

L’intervention « explosive » du directeur général des Finances, Alain Bifani, au cours de la réunion marathonienne jeudi de la commission parlementaire des Finances et du Budget continue de susciter des remous dans les milieux politiques et économiques. Hier, la ministre sortante des Finances, Raya el-Hassan, est revenue à la charge, déplorant, dans un entretien accordé à la LBCI, l’exploitation à des fins politiques de la réunion de la commission et accusant le camp adverse d’avoir prémédité une « mise en scène théâtrale ». « Ce qui s’est passé durant cette réunion a été fabriqué d’avance (…) Nous avons en effet appris que les députés Ibrahim Kanaan et Abbas Hachem s’étaient réunis avec le directeur général du ministère des Finances peu de temps avant la réunion de la commission (…) », a affirmé Mme el-Hassan.
Selon elle, l’intervention d’Alain Bifani et la demande formulée, par la suite, par certains députés de rendre publics ses propos visaient ainsi à présenter le DG des Finances comme « éligible à un poste quelconque » ou encore comme un « héros », et « à tenir pour responsables les gouvernements (présidés par) Hariri » de tous les délits financiers commis par le passé.

Rappelons à cet égard que le directeur général du ministère des Finances aurait critiqué durant son exposé jeudi certains aspects concernant le fonctionnement interne au sein de son ministère ainsi que le manque de transparence dans la gestion et l’élaboration des comptes publics [Note du MPLBelgique: ceci n’est pas nouveau si vous avez consulté ce lien datant de 2009]. Selon des sources informées, ce dernier aurait particulièrement dénoncé la séparation, depuis 1993 (sauf sous le mandat de Georges Corm), de l’équipe chargée des comptes publics du reste des départements du ministère afin qu’elle soit sous la tutelle directe du ministre en exercice.
M. Bifani aurait en outre évoqué plusieurs questions liées aux comptes de l’État remontant au début des années 90, notamment celle se rapportant au bilan d’entrée de l’année 1993, qui aurait faussé les bilans financiers des années suivantes.

Selon notre confrère an-Nahar, citant des sources proches du dossier, le DG du ministère des Finances aurait affirmé à ce sujet que les irrégularités en question ne seraient pas dues uniquement à la disparition de documents durant la guerre civile, comme l’avait affirmé à maintes reprises la ministre des Finances, mais aussi à une mauvaise gérance et à des pratiques malencontreuses dans la gestion des fonds publics.

Ce sujet avait déjà suscité une vive polémique l’an dernier entre la ministre des Finances et le président de la commission parlementaire des Finances et du Budget, Ibrahim Kanaan, qui avait dénoncé en outre le fait qu’aucune loi de règlement n’ait été présentée depuis 1993 – une affirmation alors catégoriquement démentie par la grande argentière, qui y avait vu une campagne diffamatoire à caractère politique.

Hier, Raya el-Hassan est de nouveau revenue sur ce sujet, affirmant avoir proposé une solution concrète aux divers problèmes soulevés, « à l’heure où le camp adverse se contente de lancer des critiques et de tirer à boulets rouges » sur le clan Hariri dans le but de nuire à son image. Elle a également critiqué le directeur général, « qui occupe un poste-clé au sein du ministère depuis 11 ans », en allusion à un plan de solution qu’il n’aurait pas présenté en 2009 « de peur qu’il ne soit refusé (…) ». « Comment un fonctionnaire au sommet de la pyramide peut-il tenir des propos pareils ? » s’est interrogée Raya el-Hassan.

Ce dernier aurait en effet élaboré une feuille de route, en collaboration avec 20 fonctionnaires du ministère, pour pallier les nombreuses failles qui entachent les comptes de l’État, selon des sources informées.
En attendant la solution à ce problème, comme à tant d’autres bien plus graves et urgents dans le contexte local et régional actuel, l’heure reste aujourd’hui aux accusations et contre-accusations…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :