Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Ogero : Sous la tutelle du ministre des Télécoms

Posted by jeunempl sur juin 4, 2011

Arlette Kassas – L’Hebdo Magazine

Ogero alimente les polémiques depuis quelque temps. La nouvelle crise entre l’organisme et le ministre des Télécoms remet sur le tapis la définition des compétences et du rôle d’Ogero.

Organisme de gestion et d’exploitation de l’ex-Radio Orient, Ogero a été conçu en 1972 pour gérer le télégraphe et les télécommunications sous-marines de Radio Orient. Propriété du gouvernement à 100%, Ogero agit sous la tutelle du ministre des Télécommunications.

Opérations, maintenance, ventes, commercialisation, facturation et gestion du réseau fixe du ministère des Télécommunications, tels sont les domaines de son activité. Ses tâches se concentrent sur les services téléphoniques nationaux et internationaux et sur les données du réseau fixe ainsi que la fourniture de services personnalisés aux individus et aux entreprises.

Institution publique, à personnalité morale, Ogero peut avoir ses propres organes et son autorité exécutive. Même si son budget est indépendant de celui de l’Etat, il reste sous la tutelle du ministère des Télécoms. Le décret 5613 de 1994 charge Ogero d’activités pour le compte du ministère des Télécoms: travaux de réhabilitation du réseau de téléphonie nationale et internationale et sur les câbles marins. Depuis 1995, chaque année, ce contrat et deux autres sont soumis au contrôle préalable de la Cour des comptes et renouvelés.

Début 1999, le gouvernement de Salim Hoss tente en vain de mettre fin à la mission d’Ogero, après la formation d’une commission ministérielle chargée d’étudier la situation des institutions publiques.

Après les événements du 7 mai 2008, le nouveau ministre des Télécoms, Gebran Bassil, n’a pas eu de problèmes avec Ogero. Il renouvelait les trois contrats, exigeant que les travaux soient bien exécutés. Tout a changé avec son successeur, Charbel Nahas.

Entre ce dernier et Ogero, le bras de fer remonte à quelques mois. Nahas avait décidé, dès son entrée en fonction, d’annuler les trois contrats entre l’opérateur national et le ministère.
Fin 2010, le différend opposant le ministère des Télécoms et Ogero porte sur les systèmes de communication par câble sous-marin, les plus importants du monde, IMEWE, qui relie l’Inde à l’Europe, en passant par le Liban. Ogero, par décision du Conseil des ministres du 9 octobre 2007, est chargé de représenter le ministère des Télécoms au sein du consortium responsable du projet. En novembre 2010, le ministre Charbel Nahas adresse une lettre à la direction du consortium, l’informant d’une décision ministérielle destituant Ogero de sa fonction et attribuant à la direction de la construction et de l’équipement relevant du ministère la tâche d’assurer le relais. Le ministre Nahas accuse l’opérateur national d’usurpation. Il se serait approprié, selon lui, l’identité d’investisseur et d’opérateur dans le projet IMEWE et aurait failli à sa fonction de mandataire. Ogero rejette en bloc ces «allégations injustes et injustifiées».

Depuis 2002, par décision du Conseil des ministres, Ogero s’occupe d’imprimer les télécartes. En 2010, Nahas refuse d’honorer les factures des imprimeries internationales.
Le 27 avril 2011, le ministre accuse Ogero de réduire sciemment les capacités des deux câbles marins IMEWE et CADMUS qui seraient en réalité «200 fois plus importantes que celles disponibles actuellement». Il dénonce les agissements d’Ogero qui affectent fortement la qualité des services Internet.

Depuis janvier 2011, Nahas a gelé le renouvellement des contrats avec Ogero, lui coupant tout financement. Une décision du président de la Cour des comptes lui enjoint de payer 100 milliards de livres à l’institution pour qu’elle puisse rembourser ses dettes. Il fait la sourde oreille et ne paie finalement que 3,9 milliards. Le total des sommes dues par le ministère de Télécoms à Ogero ont atteint 97 milliards livres libanaises jusqu’au 31 mars 2011.

1570 employés

Ogero a été créé par la loi N° 21 du 27 décembre 1972. Le décret exécutoire N°4671 a défini les compétences d’Ogero. L’institution compte 1570 employés, en plus des 2500 employés du ministère de Télécoms. La loi sur les Télécommunications N° 431 de 2002 prévoyait la création de Liban Télécom, soit la transformation d’Ogero en une compagnie publique capable de fournir des services de qualité au niveau de la téléphonie fixe et mobile, ainsi que de l’Internet, dont 40% des actifs seront cédés dans un second temps à un investisseur stratégique. Malheureusement Liban Télécom n’a pas été créée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :