Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Les partisans de Hariri transforment leur « journée de colère » en journée de violence

Posted by jeunempl sur janvier 25, 2011

MPLBelgique.orgPhotographies Reuters

Ce mardi 25 janvier 2011 restera dans les mémoires de tous les Libanais. Plus que de la colère, c’est un déferlement de violence et de haine que les partisans enragés de Saadeddine Hariri ont offert aux citoyens libanais de Beyrouth, Tripoli ou Saïda. L’armée libanaise, déployée dans toutes les zones sensibles du pays, a permis d’éviter le pire. Contrairement à d’autres pays, l’armée libanaise ne tire pas sur la foule, aussi excitée soit-elle. Au contraire, elle compte dans ses rangs plus de 30 blessés à l’issue de cette journée.

OTV, New TV, NBN et Al Jazeera: les médias libres sous les griffes des partisans de Hariri

Dès la matinée, plusieurs actes de vandalisme donneront le ton; pneus brulés, routes bloquées, voitures attaquées,etc. Mais très vite, l’effet de groupe va donner lieu à des actes encore plus graves. Des journalistes de la New TV, la chaîne qui avait diffusé les enregistrements audio entre Hariri et le faux-témoin As Siddiq, ainsi que de la OTV et NBN sont attaqués. Al Jazeera verra carrément son camion de presse complètement malmené et détruit par des partisans du Courant du Futur (parti de Hariri) devenus incontrôlables.

L’inconscience des députés hariristes et leur incitation à la haine

Tout au long de la journée, des députés et cadres du parti de Hariri se sont succédés sur les différents lieux de rassemblement pour galvauder leurs partisans, pourtant déjà très excités. L’incitation à la haine fut assurément leur mot d’ordre. Des insultes ont ainsi été proférés envers la communauté chiite et spécialement le Hezbollah et l’Iran. Sans cesse interrompu par des « Allah w Akbar » que la foule répétait à tue tête, certains députés n’ont pas hésité à utiliser l’arme sectaire pour attiser la haine, au risque de plonger le pays dans un chaos irréversible. Najib Mikati, le nouveau premier ministre chargé de former le prochain gouvernement, n’a pas été épargné, accusé de trahir la communauté sunnite, faisant le jeu de l’Iran et du « Wilayat el fakih »…

L’ex-opposition garde son calme

Ces nombreuses provocations lancées tant par les cadres du courant du futur que par les manifestants n’ont pourtant jamais trouvé de réponse du côté des partisans de l’ex-opposition. Contrairement aux apparences, les Libanais ne veulent plus replonger dans une guerre civile. Saad Hariri a beau répéter que « ce sera lui ou le Liban sera en feu » mais a-t-il d’abord demandé aux Libanais s’ils comptaient se battre pour le garder à ce poste?
Dans son discours à l’occasion de la fin du deuil de 40 jours en commémoration de la mort de l’Imam Hussein, Hassan Nasrallah a répéter le désir de l’ex-opposition de former un gouvernement d’union nationale avec la coalition Hariri. Il a particulièrement insisté sur le rôle du prochain gouvernement qui devra travailler pour résoudre les nombreux problèmes quotidiens du peuple libanais.

Le revers de la médaille pour Hariri

Finalement, Saadeddine Hariri récolte les fruits de son abus de pouvoir. En 2007, lorsque le nouveau président libanais (chrétien maronite) devait être élu, le camp de Hariri n’a pas hésité à écarter l’homme le plus populaire dans la rue chrétienne, le Général Michel Aoun. Ce dernier avait finalement retiré sa candidature et appuyé celle du président actuel, privilégiant le dialogue et le consensus à la confrontation et la violence. Tout le monde se rappelle pourtant à l’époque de l’offensive médiatique du camp Hariri qui visait à discréditer le Général Aoun en l’accusant de chercher à obtenir la chaise présidentielle à tout prix. Ironie du sort, 3 ans plus tard, c’est Hariri  qui prouve à tous les Libanais que c’est lui qui n’accepte pas le consensus, ni même un acte purement démocratique, concernant la place de Premier Ministre. « Ce sera moi ou le Liban sera en feu »… des paroles indignes et irresponsables de la part d’un ex-premier ministre.

Le reportage de la OTV diffusé dans la vidéo ci-dessous illustre la propagande des « belles paroles » de Hariri qui disait ne pas vouloir utiliser la rue, peu importe le résultat des consultations parlementaires… eh bien heureusement, car qu’en serait-il s’il le voulait ? (sic)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :