Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

La dette publique en légère contraction depuis janvier

Posted by jeunempl sur août 27, 2010

(L’Orient le Jour)

La dette publique s’est élevée à 51,1 milliards de dollars fin mai, enregistrant une baisse de 0,05 % depuis fin 2009 et une hausse de 7 % depuis fin mai 2009. La dette de l’État avait commencé à se contracter au mois de mars après avoir atteint 52 milliards de dollars fin février.

Dans les détails, la dette interne a augmenté, sur un an, de 14,4 % à 30,1 milliards de dollars fin mai, tandis que la dette externe a reculé de 2,2 % annuellement à 21 milliards de dollars. La dette en monnaie locale représentait ainsi 59 % de la dette publique fin mai, contre 55,1 % un an plus tôt. La dette en devises étrangères est en revanche passée de 44,9 % fin mai 2009 à 41 % à la fin du cinquième mois de 2010.
Le taux d’intérêt moyen sur les bons du Trésor s’est élevé, quant à lui, à 8,28 %, tandis que le taux d’intérêt sur les eurobonds était de 7,31 % fin mai.

Par ailleurs, le délai moyen de remboursement des eurobonds s’est élevé à 4,97 années, tandis que le même délai propre aux bons du Trésor s’est élevé à 561 jours.

La dette nette à 44,2 milliards

En termes de répartition de la dette par type de créancier, les banques locales détenaient à elles seules 60,1 % du total des engagements de l’État fin mai, contre 57,8 % un an plus tôt. La Banque du Liban (BDL) est arrivée au second rang avec 23,1 % du total de la dette, contre 26,4 % fin mai 2009. Les organismes publics, les institutions financières et le public en général détenaient, quant à eux, 16,8 % de la dette fin mai, contre 15,8 % un an plus tôt.

En termes de répartition de la dette par type d’instrument, les détenteurs d’eurobonds, les prêts du secteur privé et les bons du Trésor en devises représentaient 87,1 % de la dette externe, suivis par les institutions multilatérales qui en détenaient 7 %, les gouvernements étrangers (4,4 %) et les prêts de Paris II (1,5 %).

Enfin, la dette publique nette, qui exclut les dépôts du secteur public à la BDL et auprès des banques commerciales, a augmenté de 3,4 % fin mai, sur un an, à 44,2 milliards de dollars.

La dette brute du marché (c’est-à-dire la dette publique totale moins les portefeuilles de la BDL, de la Caisse nationale de Sécurité sociale, les prêts bilatéraux et multilatéraux, ainsi que les dettes liées à Paris II et Paris III) comptait, quant à elle, pour environ 67 % de la dette publique totale fin mai.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :