Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Électricité : la colère gronde chez les consommateurs, Bassil veut augmenter les coupures à Beyrouth

Posted by jeunempl sur août 7, 2010

L’Orient le Jour – Anne-Marie El-Hage

Pas de solution en vue au rationnement du courant électrique, en raison de la forte chaleur accompagnée d’humidité, alors que le gouvernement ne se décide toujours pas à appliquer le plan de réforme du secteur de l’électricité.

Terrassés par la chaleur en raison de la canicule qui s’éternise, incapables de se rafraîchir ou de réfrigérer les aliments périssables en raison du sévère rationnement du courant électrique qui sévit partout au Liban, sauf bien entendu dans le Beyrouth administratif, les citoyens sont en colère et ne se privent pas de le montrer. D’autant que les factures des générateurs de quartiers ne cessent de gonfler, frisant l’indécence, vu l’augmentation des heures de rationnement qui atteignent plus de 22 heures sur 24 dans certaines régions.

Du nord au sud, à Tripoli, Beddaoui ou dans le Akkar, dans l’Iklim el-Kharroub, dans la Békka ou à Bint Jbeil, pour ne citer que ces régions, les mouvements de protestation populaires se sont multipliés les derniers jours. Routes coupées, tentes dressées à même la chaussée en pleine nuit, manifestations en tout genre, appels à la désobéissance civile et au non-paiement des factures : les habitants tentent de se faire entendre pour pousser les autorités à se pencher sur le problème de l’électricité et pour dénoncer l’injustice dans le rationnement.

Hier, c’était à Houla, ville frontalière du sud, que les habitants ont coupé la route reliant leur village aux localités de Markaba et Maïss el-Jabal et menacé les autorités d’avoir recours à des mesures d’escalade. Dans ce village qui ne reçoit que deux heures de courant par jour, le rationnement a atteint un chiffre record.

Mais rien n’y fait. Toujours aussi imprévoyants, peu pressés de mettre en application le plan quinquennal de réforme du secteur de l’électricité, repoussant dans l’indifférence les séances ministérielles, nos dirigeants continuent de palabrer, tout en laissant la population à son triste sort. « La crise de l’électricité résulte de la baisse de la production d’électricité, vu la forte chaleur et l’augmentation du taux d’humidité », expliquait hier le ministre Gebran Bassil, lors d’une conférence de presse, précisant que l’alimentation du pays en énergie a, de plus, été interrompue depuis la Syrie, l’Égypte et la Jordanie. « Aucune solution pour le moment, sauf celle de rationner le courant électrique dans le Beyrouth administratif, de manière à rendre le rationnement plus équitable dans tout le pays », a-t-il ajouté, appelant par ailleurs les hommes politiques à ne pas exploiter le problème par l’intermédiaire des citoyens.

M. Bassil s’est déclaré « contre l’alimentation en courant, 21 heures sur 24, du Beyrouth administratif ». Œuvrer dans ce sens nécessite toutefois une décision du Conseil des ministres qui avait accordé ce privilège à la capitale. Le ministre de l’Énergie a promis de faire son possible « pour pousser le gouvernement à amender cette décision ». Mais il a aussi rappelé que le déficit de production d’électricité varie entre 1 000 et 1 100 mégawatts et que le plan quinquennal de réforme du secteur de l’électricité, qu’il a lui-même présenté et qui implique notamment une augmentation de la production, n’a toujours pas été mis en exécution. « Le dossier était à l’ordre du jour du dernier Conseil des ministres qui a été reporté », a-t-il fait remarquer.

Amélioration de 13 % de la perception des factures

M. Bassil a tenu à observer qu’il avait déjà mis en garde contre une aggravation de la crise liée à l’électricité. « On m’a reproché d’amplifier le problème et de faire fuir les touristes », a-t-il souligné. Le ministre a toutefois indiqué que la crise devrait commencer à se résorber dès le 15 août, espérant qu’il fera moins chaud. « Tout devrait retourner à la normale après le 15 septembre, a-t-il ajouté, même s’il ne s’agit pas d’une véritable normalisation. » Et d’affirmer que dans la plupart des régions qui se soulèvent aujourd’hui contre le sévère rationnement du courant, la perception des factures est faible et le vol du courant électrique important. « Le vol du courant provoque d’ailleurs des pannes, indépendamment du rationnement », a-t-il précisé. Gebran Bassil a toutefois noté un point positif, à savoir que la perception des factures d’électricité a augmenté de 13 %, autrement dit de 61 milliards de LL durant les six premiers mois de l’année. « Cela reste insuffisant », a-t-il ajouté, invitant les responsables à apporter leur soutien à cette opération.

Il ne reste plus au citoyen qu’à espérer que l’électricité soit à l’ordre du jour du prochain Conseil des ministres et, surtout, qu’il fasse moins chaud. Dans l’attente, une bonne dose de sensibilisation ne ferait de mal à personne, ni aux citoyens, évidemment, pas plus qu’aux municipalités ou autres institutions concernées, qui continuent de confondre entre le jour et la nuit dès qu’il est question d’éclairage routier…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :