Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

La manipulation des religions pour détruire le Liban

Posted by jeunempl sur juillet 24, 2010

Roger Akl

Le Liban est un pays multi religieux et multiethnique ; il est formé de dix huit confessions musulmanes, chrétiennes, juives, « minoritaires » et même agnostique. Son système gouvernemental cherche à partager équitablement et démocratiquement le pouvoir entre ses différentes communautés, contrairement à Israël, qui veut être reconnu comme un « état juif ET démocratique ». Il est vrai qu’Israël veut être comme les théocraties arabes qui se disent musulmanes, mais qui n’ont aucune ambition d’être reconnues comme démocratiques. Mais, Israël  peut tout se permettre, puisque jusqu’à maintenant les lobbies pro-israéliens contrôlent la politique étrangère des gouvernements occidentaux, surtout américain.

Le Liban le dérange pour deux raisons principales :

1 – son expérience de vie en commun entre ses différentes communautés religieuses pourrait réussir et prouver la fausseté de la thèse israélienne qu’il est impossible de vivre démocratiquement avec les musulmans.

2 – Sa résistance a été la seule à avoir plusieurs fois battu son armée la forçant à battre en retraite, sous couvert de résolutions et de troupes internationales, toujours planifiées suivant l’intérêt d’Israël.

Il fallait donc que le Liban soit divisé comme il le fut déjà à partir de 1975, suivant des scissions confessionnelles, provoquées par les suspicions et les peurs les uns des autres.

Le Liban partagé en ghettos ennemis

A partir de 1973, les citoyens juifs libanais commencèrent à émigrer en grandes quantités (sur conseils israéliens ?), tandis que les chefs chrétiens du Liban écoutaient les sirènes occidentales, dont les « maternelles » françaises, pour tromper et armer leurs propres communautés contre les « velléités syriennes d’occupation et les désirs des Palestiniens sunnites et communistes de prendre le pouvoir au Liban ». Bien sûr, les sunnites, les chiites, les druzes, les Alaouites et autres furent aussi lancés, par les Etats occidentaux, « frères » arabes et autres, dans une guerre sans merci, les uns contre les autres et contre les chrétiens.

Le Liban fut détruit une première fois. La Syrie reçut mandat international et arabe sur le Liban, puis, par l’accord constitutionnel de Taëf, le Président de la République maronite fut délesté de ses pouvoirs, en faveur du Président du Conseil sunnite, qui devait être un sujet saoudien, le Président défunt Hariri. Le Liban était ainsi sous mandat syro-saoudien, tandis qu’Israël obtenait sa part, en poursuivant son occupation du Liban Sud : Tout allait très bien pour tout le monde, sauf pour les Libanais. Mais cela ne dura pas longtemps, car les habitants du Sud Liban, sous la direction du Hezbollah, se révoltèrent contre l’occupant israélien et le forcèrent à une retraite précipitée en l’an 2000.

L’assassinat

Le Liban, entre 2000 et 2005, sous la direction des présidents Lahoud et Hariri, commença à renouer avec la sécurité, la démocratie et l’expansion. Cela ne faisait pas l’affaire d’Israël. Ce fut à ce moment-là que le Président Hariri fut assassiné et, tout de suite, on accusa la Syrie, le Président Lahoud et ses adjoints militaires tandis que le monde entier, c’est-à-dire ses grands, se réunissaient pour désigner un tribunal international pour le Liban. Personne n’osa suggérer un quelconque intérêt israélien possible dans cet assassinat.

Le tribunal International pour le Liban

Dès le début, le tribunal agit comme une cour de non droit. Au lieu d’enquêter avec ceux qui auraient intérêt à diviser les Libanais, par cet assassinat, à leur tête Israël, il s’est tourné vers ceux qui ne pouvaient qu’en pâtir. Les accusations étaient lancées dans les médias, contre la Syrie, le Président Lahoud et ses adjoints militaires ; des faux témoins furent payés pour détourner l’attention des vrais coupables. Quand leurs mensonges furent prouvés, ils furent protégés par des Etats, même européens, possédant le droit de veto au Conseil de Sécurité et se qualifiant comme démocratiques ; tandis que le Tribunal International refuse toujours de les juger ou de remettre leurs faux témoignages aux plaignants qui furent emprisonnés injustement à cause d’eux (4 ans de prison, pour chacun des 4 généraux, qui furent les adjoints du Président Lahoud).

Que faut-il donc pour dire que ce tribunal est peu crédible et que l’argent dépensé par le Liban pour ses frais est un argent volé à notre pays déjà fortement endetté ?

Une nouvelle guerre civile libanaise planifiée

Mais cela n’est rien à côté de ce qui nous attend. Le chef d’Etat-major israélien a déjà affirmé qu’il s’attend à une nouvelle guerre civile libanaise, car « le procureur général auprès du Tribunal International va accuser des chefs du Hezbollah (chiite) du meurtre du Président Hariri (sunnite) ». Quoi de mieux pour déclencher une guerre confessionnelle entre les deux plus puissantes communautés du pays, dont l’une détient les pouvoirs de l’Etat et l’autre ceux du nombre et des armes ? Bien sûr les chrétiens y participeront dans les deux camps qu’on veut ennemis.

Déjà, tous les chefs libanais de tous les bords sont sur le sentier de la guerre et excitent leurs troupes, tandis que les ennemis du Liban se frottent les mains.

Sommes-nous à tel point imbéciles pour nous laisser tromper encore une fois par les mêmes chefs d’Etat du monde entier, qu’ils soient Européens, Américains, Israéliens ou Arabes ? Ne voyons-nous pas que « ça craint », comme disent les Français ? Que vaut un tribunal manipulé par les grands, à leur tour manipulés par le gouvernement israélien ?

Conclusion

En conclusion, je voudrais citer, à l’adresse du gouvernement fanatique israélien et de ses colons, encore plus fanatiques, des passages d’une prophétie de Jérémie (7, 1 -11).

Parole du Seigneur : « Si vous vous fiez à des paroles trompeuses, sans valeur, vous pourriez donc voler, tuer… opprimer l’immigré (opprimer le Palestinien chez lui, c’est encore pire), la veuve et l’orphelin, condamner à mort l’innocent… et venir ensuite dans cette Maison qui porte mon Nom en vous disant  nous sommes à l’abri… Cette Maison qui porte mon Nom est-elle donc une caverne de bandits ? Quant à moi, c’est ainsi que je la vois. » Parole du Seigneur.

Cette parole ne s’applique pas seulement aux chefs israéliens, mais aux dirigeants de tous les pays, les religions, les confessions et à leurs peuples, à commencer par les Libanais. Israël est un pays qui veut nous détruire, car notre existence même démontre l’invalidité de ses prétentions de vouloir être un Etat juif ET démocratique.

On ne peut pas être démocratique et confessionnel, à moins que la solution libanaise ne soit prouvée impossible. Israël doit donc la détruire et nous devons la défendre, coûte que coûte, car c’est notre vocation, notre mission, notre « message ».

Nous ne pouvons nous défendre qu’en étant dissuasifs, car les Israéliens profitent de nos faiblesses pour nous agresser et prendre nos terres, nos eaux et nos libertés. Nous avons vu ce que nous a coûté le moto : « notre force vient de notre faiblesse ».

Nous ne pourrons dissuader Israël qu’avec notre unité et des armes dissuasives. Seule le Hezbollah les possède. Ce n’est pas en le désarmant que nous dissuaderons Israël, mais en en prenant l’exemple et en armant toute notre population à commencer par l’armée que le monde entier, aux ordres d’Israël, veut garder faible et sans armes.

Oui, notre défense doit se faire par l’unité du peuple, de l’armée et de la résistance.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :