Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Le gaz naturel liquéfié, une solution potentielle à la crise du courant

Posted by jeunempl sur juin 18, 2010

(L’Orient le Jour)

Un rapport du consultant mondial dans les affaires énergétiques Poten & Partners a déploré « l’état de crise » dans lequel baigne le secteur de l’énergie au Liban, préconisant le recours au gaz naturel liquéfié (GNL), notamment à la lumière de la hausse importante des réserves mondiales de gaz.

L’utilisation du gaz naturel liquéfié (GNL) pourrait économiser 75 à 80 millions de dollars par an au secteur de l’énergie au Liban, selon un rapport du consultant Poten & Partners, accrédité par la Banque mondiale (BM). Selon l’étude, citée par le bulletin hebdomadaire de la Byblos Bank, Lebanon this Week, l’usage du GNL contribuerait à réduire à moyen terme le déficit de l’Électricité du Liban (EDL), le coût de production électrique propre à ce combustible étant moins important que celui généralement engendré par d’autres combustibles fossiles. Le rapport préconise ainsi l’usage de cette source d’énergie alternative pour pallier la pénurie chronique de courant au Liban, d’autant que le secteur est aujourd’hui dans un « état de crise, au vu de la faible capacité de production et des coûts élevés » qui en découlent, selon Poten & Partners.

Dans les détails, le rapport propose de réduire les coûts de production de la turbine à gaz à cycle combiné (TGCC) de Zahrani, en remplaçant le fioul distillé (plus cher et plus polluant) par le GNL.

Poten & Partners rappelle à cet égard que la TGCC de Beddawi (au nord du pays) est déjà alimentée en gaz naturel en provenance de l’Égypte, via les gazoducs Arab Gas et Gasyle 1. Cependant, selon le rapport, il serait coûteux de transporter du gaz naturel vers le Sud à travers les mêmes gazoducs, d’où la nécessité d’examiner les moyens susceptibles d’alimenter la centrale de Zahrani à un moindre coût. À cette fin, la mise en place d’une infrastructure portuaire coûterait environ 700 millions de dollars, tandis que l’approvisionnement par le biais d’un site offshore (au large) impliquerait un coût total de 70 millions de dollars, estime le consultant (voir par ailleurs).

Les réserves mondiales de gaz naturel à la hausse

Outre l’impact positif sur l’environnement et le coût de production de l’énergie, le rapport de Poten & Partners indique que le marché de l’énergie aussi bien dans le monde que dans la région est de plus en plus propice à l’usage du gaz naturel, d’autant que les réserves globales devraient augmenter en moyenne de 80 millions de tonnes par an d’ici à 2013.

La région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord serait la meilleure source de ravitaillement du Liban, ajoute le rapport, la production de GNL dans cette région, qui augmente à raison de 55 millions de tonnes chaque année, devant atteindre 140 millions de tonnes par an en 2015. L’Algérie, le Qatar, le Yémen et l’Égypte sont les pays-clés pour un approvisionnement potentiel du Liban, en raison des quantités importantes de gaz naturel dont ils disposent et de leur proximité géographique. La production de GNL dans ces pays est en outre contrôlée par « des compagnies bénéficiant d’une grande expertise sur le double plan technique et commercial et qui peuvent servir de partenaires potentiels pour le Liban », dont Sonatrach, Qatar Petroleum, GDF-Suez, BG et Total, ajoute Poten & Partners.

Le Liban appelé à profiter d’un marché excédentaire

En ce qui concerne la demande locale, les consultants ont estimé entre 1,5 et 2 millions de tonnes les besoins du Liban en gaz naturel liquéfié d’ici à 2020, et ont encouragé les autorités à enclencher dès à présent le processus d’approvisionnement avant que la hausse des réserves mondiales ne s’estompe, le niveau de production devant se stabiliser à partir de 2014.

Ils ont également souligné la nécessité, en termes de négociations de prix, d’amorcer le processus dans les plus brefs délais, le Liban pouvant, selon les estimations du rapport, obtenir un prix de 7 dollars pour un million d’unités thermiques britanniques, sur un marché encore excédentaire.

Poten & Partners a toutefois émis des réserves quant à la possibilité de conclure des contrats d’achat avec l’Électricité du Liban (EDL) en raison de la situation financière précaire et du manque de crédibilité du producteur national, préconisant à cet égard plus de garanties de la part de l’État libanais et/ou une garantie partielle du risque (GPR) de la part de la Banque mondiale.

Le rapport a enfin souligné que le projet visant à alimenter la centrale de Zahrani en gaz naturel liquéfié est économiquement réalisable et il devrait aboutir à des économies variant entre 75 et 80 millions de dollars annuellement, avec un taux de rentabilité interne (TRI) de 90 % et un délai de récupération de l’investissement (investment payback) d’un à deux ans.

Une infrastructure inappropriée
Poten & Partners a toutefois évoqué l’existence de certaines failles d’ordre technique qui risquent de compromettre l’exécution du projet d’importation de GNL vers la centrale de Zahrani, comme l’absence d’infrastructure portuaire dans la région ainsi qu’une profondeur d’eau peu suffisante pour l’accostage des navires. La technologie de regazéification offshore serait ainsi la plus adéquate pour pallier ces manques, souligne le rapport ; les coûts liés à l’installation d’un terminal onshore s’élèveraient en effet à 550 millions de dollars, auxquels s’ajouteraient 200 millions de dollars pour la construction d’une unité de stockage flottante (USF) amarrée en permanence à la jetée, qui permettrait au gaz d’être livré dans les plus brefs délais.

En revanche, l’approvisionnement en gaz à partir d’une USF offshore coûterait 70 millions de dollars, soit dix fois moins, estime le rapport.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :