Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

À l’occasion de la Semaine de la durabilité, Bassil renouvelle l’engagement en faveur des énergies renouvelables

Posted by jeunempl sur juin 5, 2010

(L’Orient le Jour)

Le ministre de l’Énergie Gebran Bassil a annoncé mercredi que son ministère a rédigé un document politique pour le secteur de l’énergie, espérant que le gouvernement l’étudierait au courant de la semaine prochaine. « Ce programme réaffirme notre engagement à encourager l’usage des énergies renouvelables et à rationaliser l’utilisation de l’énergie, ces questions faisant l’objet de trois des dix axes principaux et de 17 des 44 initiatives, a-t-il précisé. Ce papier comporte des stratégies et une vision globale, mais également un plan exécutif complet, commençant par les sources de financement et les délais. »

M. Bassil s’exprimait ainsi lors de l’inauguration de la Semaine de la durabilité, qui se déroule dans le cadre de l’exposition « Project Lebanon », au BIEL. Plusieurs ambassadeurs, directeurs généraux, représentants du secteur privé et des organisations locales et internationales étaient présents.

Le ministre a précisé que son ministère était prêt à se lancer dans la réalisation de certaines des parties du programme dont les études ont été finalisées, sachant que d’autres aspects nécessiteront des études plus approfondies. Abordant le sujet de la production d’électricité par les éoliennes, l’énergie solaire et les ressources hydrauliques, il a estimé que cette dernière approche « a subi un revers hier (mardi) en Conseil des ministres », en référence au refus de la ministre des Finances de débloquer les fonds nécessaires pour la construction de barrages. « Nous tenons cependant à profiter au maximum des ressources hydrauliques, puisque cette méthode de production est la moins coûteuse », a-t-il ajouté. Il a également souligné la nécessité d’encourager les initiatives personnelles d’installation de systèmes électriques renouvelables, évoquant en outre des questions en rapport avec le partenariat avec le secteur privé et la protection des investissements. Il a enfin évoqué des projets en préparation, comme le financement chinois pour l’installation de cent lampes de rue fonctionnant à l’énergie solaire et aux éoliennes, ainsi que la création d’une ferme solaire.

Le président de l’ordre des ingénieurs Bilal Alayli a expliqué comment le domaine de la construction ne pouvait plus être abordé sans être relié aux critères environnementaux, étant donné l’impact des constructions sur l’environnement à tous les niveaux. Il a précisé que l’ordre tente de développer la loi sur le bâtiment afin de rendre les critères écologiques contraignants.

Le directeur du Centre libanais pour la conservation d’énergie (LCEC), Pierre Khoury, a détaillé différents projets pilotes lancés dans le cadre du plan du ministère de l’Énergie. Il a expliqué que le travail dans le domaine de la conservation d’énergie a commencé relativement tard au Liban, seulement à partir de 2005, avec quelque vingt ans de retard sur d’autres pays, mais que le pays avait atteint en peu de temps une étape intéressante et devrait incessamment rattraper son retard. Il a parlé plus en détail de certains projets, comme celui de la distribution de 300 000 lampes à basse consommation aux domiciles libanais, ou encore le projet baptisé « un chauffe-eau solaire pour chaque maison ».

Enfin, le président de la branche de l’ingénierie mécanique à l’ordre des ingénieurs, Rabih Khairallah, a énuméré plusieurs recommandations pour rendre les constructions plus durables, notamment la mise en application de programmes de développement durable dans les régions et pour divers secteurs, l’élaboration d’une stratégie pour encourager l’usage de l’énergie renouvelable, l’adoption d’une loi du bâtiment plus « verte », l’audit énergétique des bâtiments, le transport durable, la sensibilisation écologique aux bâtiments verts…

Changement climatique et quartiers verts

Témoin direct du changement climatique, l’explorateur Maxime Chaaya a raconté son expédition en Antarctique, l’étayant de photos et de films montrant la fonte des glaces. Il s’est dit personnellement convaincu de la réalité du changement climatique et de la nécessité de maintenir la pression sur les pays industrialisés pour la baisse des émissions de gaz à effet de serre. Tout en reconnaissant le peu de contribution du Liban au changement climatique, M. Chaaya a souligné qu’il fallait commencer par régler nos propres problèmes écologiques, comme la multiplication des dépotoirs sauvages.

Dans une intervention extrêmement détaillée, l’architecte Ruba al-Abed, directrice du bureau parisien AR architectes, a montré comment il était possible de concevoir des constructions avec un impact environnemental minimum, voire une amélioration du milieu naturel, comme la reconstitution de la biodiversité. Pour mieux étayer sa présentation, l’architecte s’est basée sur deux études de cas, celui de la création d’un parc écologique à Nanterre et la réalisation d’un quartier écologique, également en France.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :