Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

À Brad pour commémorer le 1.600ème anniversaire de la mort de saint Maron, le général Aoun pour une conception universelle du Christianisme

Posted by jeunempl sur février 16, 2010

Revue du Liban

“Nous, Levantins, pionniers du Christianisme, avons porté notre chrétienté riche en spiritualité jusqu’en Occident et avons prêché au monde entier le message du Christ. Nous continuons toujours d’apporter une présence humaine en harmonie avec les différentes cultures en faveur des valeurs humaines universelles véhiculant l’amour, le droit, la dignité et la justice. Endossant ces valeurs, nous ne faiblissons pas devant l’injustice car nous résistons alors que même forts de notre droit, nous sommes tolérants”. C’est ce qu’a assuré le général Michel Aoun lors d’une brève allocution qu’il a prononcée à l’occasion de la messe célébrée en la cathédrale Saint Julianos à Brad, au nord d’Alep, à l’occasion du 1.600ème anniversaire du décès de Saint Maron.

Le chef du Bloc de la réforme et du changement qui se rend pour la deuxième fois dans le village antique de Brad où le patron de l’Eglise maronite s’est consacré au culte de Dieu, a vécu et fut inhumé, a par ailleurs tenu à souligner que “les disciples de saint Maron, qui commémorent le 1.600ème anniversaire de son décès scandent aujourd’hui face à ceux qui prônent le conflit des civilisations, que les civilisations ne s’affrontent pas mais elle dialoguent et communiquent entre elles pour dessiner une meilleure trajectoire pour l’évolution de l’humanité et assurer une plus haute échelle des valeurs de manière à consolider la paix entre les êtres humains”.

Évoquant la vie et le message de Saint Maron, ce moine ermite qui a consacré ses jours au culte de Dieu et au service de l’être humain, a lutté contre les païens et offert son aide à ceux dans le besoin, le général Aoun a estimé que cette rencontre sur la sépulture de saint Maron dépasse son cadre instantané pour devenir un “rendez-vous avec l’Histoire”. En effet, le général Aoun qui n’a pas manqué d’exprimer son appréciation vis-à-vis du président syrien Bachar Assad et du peuple syrien pour “la volonté d’organiser cet évènement prestigieux” qui, dit-il contribue à l’éveil de la conscience historique des chrétiens de l’Orient a dit: “Si nous nous sommes longtemps absentés de nos sources et racines, cela n’est peu face à l’éternité que représente ce lieu grandiose. C’est ainsi que nous nous libérons des critères temporels et nous suivons par le biais de nos méditations saint Maron foulant cette terre de ses pieds, comme si nous marchons à ses côtés en ces moments historiques pour vivre avec lui, y puiser notre force et aspirer à de plus larges horizons”.

Présidé par l’archevêque maronite d’Alep, Youssef Anis Abi Aad, l’office religieux s’est déroulé en présence de nombreuses personnalités dont du côté libanais, l’ancien chef d’Etat libanais Emile Lahoud, le chef du parti des Marada le député Sleiman Frangié, le ministre de l’Energie et des Eaux Gebran Bassil, l’ancien ministre Michel Samaha ainsi que de nombreux députés et cadres du CPL. Du côté syrien, ont pris part à la messe le ministre syrien du Waqf Mohamed Abdel-Sater, M. Ali Mansoura administrateur d’Alep ainsi que plusieurs dignitaires religieux en tête desquels figure le nonce apostolique à Damas Mgr Mario Zenari. Dans son homélie, Mgr Abi Aad a remercié la Syrie pour l’intérêt qu’elle accorde à ces lieux saints affirmant que cette dernière, sous la direction du président Bachar el-Assad, était toujours la première à célébrer ses saints et à réanimer ce patrimoine éternel. De son côté, Mgr Mario Zenari nonce apostolique à Damas, a transmis les salutations de fraternité et d’amitié du Souverain Pontife au président Assad et au peuple syrien. Il a également souligné la nécessité pour les chrétiens du Moyen-Orient, d’assumer la responsabilité d’être les signes et les instruments pour le rapprochement, la rencontre et l’unité de la famille humaine pour confirmer les principes de fraternité, de réconciliation et de paix, particulièrement dans cette région.

Arrivé à Alep à bord d’un avion privé en compagnie de l’ancien président Emile Lahoud et du ministre Gebran Bassil, des députés Walid Khoury, Fadi Aouar, Naji Gharios, Ziad Assouad, Nabil Nicolas, Hikmat Dib et Simon Abi Ramia, Emile Rahmé, ainsi que les anciens députés Sélim Aoun, Emile Lahoud et Marwan Abou Fadel pour une visite de deux jours afin de participer à la commémoration organisée à Brad, à l’occasion de la fête de saint Maron pour la deuxième fois depuis 1.200 ans (la première fois étant fin 2008 lors de la première visite du général Aoun en Syrie) le général Aoun, a été et ce, dès son arrivée, reçu par le mohafez d’Alep. Il a, à l’occasion prononcé une allocution dans laquelle il a affirmé que sa visite en Syrie “revêt une importance historique du fait qu’elle entame un nouveau processus pour la renaissance de l’héritage culturel chrétien du Machrek. Car c’est de là que le christianisme est originaire et, surtout, l’Eglise d’Antioche à laquelle appartiennent toutes les communautés chrétiennes du Machrek”.

Ripostant aux vives critiques concernant sa visite à Alep, le député du Kesrouan qui a insisté sur l’aspect purement religieux de son séjour a indiqué avoir “déjà entendu dire que les chrétiens auraient dû s’unir lors de la fête de saint Maron. Ce sont des propos superficiels et empoisonnés”, a-t-il estimé, précisant que “les maronites célèbrent cette fête aux quatre coins du monde et non au sein d’une même Eglise. Au Liban, il y aura des centaines de messes qui seront célébrées. Il y en aura également en Europe, en Amérique, en Australie et en Afrique”, a-t-il répliqué.

“Que l’on célèbre à Beyrouth ou ici, peu importe. Les lieux saints du christianisme se trouvent en Palestine, même si le centre du catholicisme se trouve au Vatican”, a expliqué le général Michel Aoun soulignant que “la messe qui se tiendra à Brad n’élimine pas les messes qui seront célébrées ailleurs” appellant à avoir “une conception universelle du christianisme”.

Rappelons que dans l’après-midi, la délégation libanaise rejointe par le chef des Marada, Sleiman Frangié et plusieurs prélats de l’Eglise maronite, s’est rendue à une exposition portant sur le thème de saint Maron et représentant la période durant laquelle a vécu ce saint et à laquelle ont assisté l’ambassadeur libanais à Damas Michel Khoury, ainsi que Mme Boutheïna Chaaban. Elle a en fin de journée pris part à un dîner offert en son honneur par l’administrateur de la ville.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :