Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Gebran Bassil : Plus de la moitié des stations-service au Liban opèrent dans l’illégalité

Posted by jeunempl sur février 14, 2010

L’Orient le Jour

Gebran Bassil a indiqué lors d’une conférence de presse hier que la facture pétrolière du Liban a dépassé les 3 milliards de dollars en 2009, déplorant une politique de subvention du mazout qui profite aux commerçants bien plus qu’aux consommateurs.

Moins de 44 % des stations-service au Liban détiennent les licences et les autorisations administratives imposées par la loi, a indiqué hier le ministre de l’Énergie, Gebran Bassil, lors d’une conférence de presse axée sur le secteur pétrolier au Liban.
Selon ces chiffres, il y a au Liban quelque 3 250 stations-service opérant au Liban, dont 1 100 ne disposent d’aucune licence et 693 fonctionnent avec des licences expirées. Il reste donc quelque 1 421 stations qui respectent les exigences légales et possèdent la licence attribuée par le mohafazat après autorisation de la Direction générale du pétrole, qui constitue une des divisions du ministère de l’Énergie.

Gebran Bassil a en outre mis l’accent sur le nombre excessif de stations-service opérant au Liban, en comparaison avec la surface du pays et la taille de sa population et de son parc immobilier. En effet, il y a au Liban 307 stations par mille kilomètres carrés, une station pour chaque 420 voitures ou 1 250 habitants. À titre comparatif, la Jordanie possède quatre stations par mille kilomètres carrés et une station pour 16 500 habitants. De son côté, l’Italie possède une station-service par 6 400 habitants ou 3 985 voitures et 30 stations par mille kilomètres carrés. « Le nombre exorbitant et injustifié de stations-service opérant au Liban est anormal, a affirmé le ministre. Cela nous pousse à nous interroger sur le fait de savoir si ces installations sont créées pour servir la population, pour stocker des marchandises ou pour d’autres raisons. Nous œuvrerons pour le règlement de ce dossier. »

Les sociétés pétrolières

Par ailleurs, Gebran Bassil a indiqué qu’il existe au Liban 176 sociétés pétrolières qui possèdent les licences nécessaires pour importer des hydrocarbures. Néanmoins, dans les faits, seules 30 sociétés ont procédé à des opérations d’importation en 2008, contre 25 en 2009, a-t-il ajouté.
« Mais en réalité, seules 16 sociétés importent la plus grande part des hydrocarbures consommés au Liban, a-t-il poursuivi. Et parmi celles-là, 5 sociétés contrôlent 60 % des importations pétrolières du Liban. Cependant, cela ne veut pas dire que le marché est contrôlé par un oligopole puisqu’il existe 176 compagnies. »

Gebran Bassil a également indiqué qu’il y a au Liban trois sociétés de réexportation de dérivés pétroliers, dont deux spécialisées dans le mazout et une dans le gaz. « Par contre, les sociétés de distribution n’ont pas besoin d’obtenir une licence du ministère pour opérer, a-t-il expliqué. Pourtant, il faudrait les surveiller et nous tenterons de régler cette question. »

Le ministre a aussi indiqué qu’il y a au Liban quelque 720 camions-citernes détenant une licence pour transporter des hydrocarbures. « On dit toutefois qu’il y a 1 500 camions-citernes dont 1 300 sont inscrits auprès de l’ordre », a-t-il souligné.

Gebran Bassil a en outre déploré le monopole du marché du gaz à utilisation domestique par une seule compagnie qui « importe 99 % du propane consommé au Liban ».

La subvention du mazout rouge

Évoquant le dossier du mazout rouge et de sa subvention, le ministre a rappelé que cet hydrocarbure est importé par l’Électricité du Liban (EDL) en vertu de contrats conclus avec la compagnie algérienne Sonatrach ainsi que par les complexes pétroliers gérés par l’État qui organisent régulièrement des adjudications publiques. « Le prix du bidon de mazout rouge est fixé à 19 400 livres, dont 1 491 livres de taxe sur la valeur ajoutée (TVA), et est subventionné à hauteur de 3 000 livres », a-t-il précisé.

Cette subvention a coûté à l’État quelque 206 milliards de livres ou 137 millions de dollars depuis 2004, a souligné Gebran Bassil. « À mon avis, ces montants ont surtout profité aux commerçants et la population n’en a guère profité, a-t-il déclaré. Je suis contre cette politique et les fonds qui lui sont consacrés pourraient être mieux rentabilisés. »
Le ministre a en outre indiqué que la facture pétrolière du Liban s’est élevée à 3,833 milliards de dollars en 2008 et 3,133 milliards de dollars en 2009, avant de déplorer « la non-unification de la politique de taxation des dérivés pétroliers ». « La fiscalité de ces produits devrait être reconsidérée pour la rendre plus équitable, a-t-il affirmé. Par exemple, le bidon d’essence à 98 octanes qui coûte actuellement 31 700 livres est taxé à hauteur de 39 %, soit 12 412 livres, TVA et droits d’accise compris, alors que le gaz domestique est exempté de TVA et que le fioul oil est soumis à la TVA et exempté des autres taxes. »

Sous-effectif et indemnités démesurées

Sur un autre plan, Gebran Bassil a déploré la vacance du poste de directeur général du pétrole au sein de son ministère et de 60 % des 38 postes de la Direction générale du pétrole. « De plus, le budget de cette direction n’a pas dépassé les 668 millions de livres, soit moins de 450 000 dollars en 2009. Comment réguler le secteur pétrolier du Liban avec un budget aussi restreint ? » s’est-il interrogé.

Cependant, le ministre a indiqué que les complexes pétroliers appartenant à l’État sont en situation de sureffectif et la masse salariale de leurs 426 employés s’élève à plus de 1,34 milliard de livres par mois. « Un salarié de ces complexes a même reçu 1,6 milliard de livres en indemnités de fin de service ! » s’est-il étonné, s’engageant à mettre un terme à ces irrégularités.

Et Gebran Bassil de déplorer l’absence de politique pétrolière au Liban, promettant de soumettre bientôt au Conseil des ministres un projet de loi sur le pétrole afin de créer une instance compétente pour procéder à l’exploration pétrolière dans les eaux territoriales du Liban tout en introduisant des réformes structurelles dans l’ensemble du secteur.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :