Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Fanatique, le Hezbollah ?

Posted by jeunempl sur janvier 29, 2010

(Roger Akl)

Une des réactions à ma lettre « Liban quelle défense ? » a été la suivante : « Bravo, cher Roger pour ton plaidoyer clair, bref et néanmoins convaincant en faveur du Hezbollah. Tu as su éliminer l’assimilation de son action au terrorisme. Reste à éliminer avec la même acuité l’assimilation au fanatisme religieux. En effet l’extrémisme religieux est souvent amalgamé à la politique des mouvements anti-israéliens ou antioccidentaux et c’est un évident repoussoir à leur approbation, car le mélange politique-religion fait peur. »

J’ai aussi  reçu une lettre d’insultes d’un correspondant et collègue, professeur d’université et écrivain politologue. Je pense l’avoir perdu désormais. Mais, il m’a fait penser à la réponse du Christ[1] au garde qui l’a giflé: « Dis-moi ce que j’ai dit de mal, sinon pourquoi me gifles-tu ? »[2]  Quelqu’un qui insulte ou qui frappe sans raison logique, ne serait-il pas aussi un fanatique, même s’il était politologue ?

Le fanatisme, c’est subjectif.

D’après le dictionnaire, le fanatisme est un zèle excessif. Ce qui est une définition subjective. Ainsi, toute personne qui se sacrifie pour une cause serait fanatique, aux yeux de ceux qui sont contraires à cette cause ; ce qui inclurait tous les grands patriotes, les résistants à l’envahisseur, dont ceux français, en 39-45, ou américains durant la guerre d’indépendance, aux yeux de leurs ennemis. C’est pour cela que « fanatisme », dans notre cas, devrait seulement signifier zèle excessif rigide, injuste et nuisible à autrui.

Aux yeux de qui le Hezbollah est-il aujourd’hui fanatique ? Aux yeux d’Israël et de ses alliés les plus zélés, parmi les Occidentaux. Nous pourrions leur renvoyer la balle en disant que leur zèle dans la défense d’Israël est excessif, qu’ils sont donc eux aussi fanatiques, car ils ont tendance à appuyer les crimes mêmes de ce pays. Que dirions-nous du Président des Etats-Unis qui a commencé par exiger l’arrêt des implantations dans les territoires conquis en 1967, ce qui serait la moindre application de la loi internationale, puis a reculé confus devant le refus d’obtempérer du Premier ministre israélien, alors qu’Israël reçoit trois milliards de dollars par an d’aide des Etats-Unis, sans compter l’appui en armes, munitions et pressions politiques internationales.

Comment peuvent-ils parler du fanatisme du Hezbollah, alors qu’ils appellent « modérés » certains états arabes de leurs alliés et protégés, jetant en prison les malheureux, attrapés par la police religieuse, avec un Evangile ou une Bible sous le bras, ou fermant les yeux sur l’assassinat de leurs citoyens chrétiens ? Nous voyons que l’accusation de fanatisme est toute relative, hypocrite et relève surtout de la propagande et de la désinformation stratégiques. Mais passons quand-même à des faits.

Historique.

La communauté chiite au Liban est esseulée : la Syrie, Israël, et plus loin la Jordanie ou la Turquie sont des pays où la communauté chiite n’existe pas ou alors en petite minorité. Ils n’ont donc aucun soutien direct. La menace et les agressions israéliennes et la crainte de voir annihiler leur présence ou, du moins, leur influence au Liban, ont poussé à la création du Hezbollah.

Cela a commencé en 1982 avec l’invasion israélienne poussant les habitants du sud, essentiellement chiites, à s’organiser pour se défendre contre l’ennemi frontalier. L’instinct de survie? La réaction de l’Iran, pays chiite par excellence, ne se fait pas attendre. Il court au secours de ses frères chiites libanais en lui fournissant l’armement et le financement nécessaires au développement de ce que nous pouvons assimiler, en pleine guerre civile, à une milice.

Plus tard, après la guerre civile, le rôle du Hezbollah se transforme en une résistance nationale proprement dite. Rappelons que ce sont les accords de Taef qui ont consacré les armes du Hezbollah, accords établis et approuvés par tous les pays occidentaux et leurs « protégés » locaux.

L’évolution du Hezbollah est lente mais perceptible à chaque étape importante que traverse le pays. Ainsi, lorsqu’en l’an 2000, Israël se retire du Sud Liban, tout le monde s’attend à un carnage de la part du ‘parti de Dieu’. C’est ce qu’espérait Israël en se retirant si rapidement sans même prévenir ses alliés et collaborateurs obéissants de l’Armée du Liban Sud (ALS). Déjà organisés, les résistants n’ont fait de mal à personne. Ils ont capturé leurs ennemis et les ont remis à l’armée libanaise pour être jugés par les tribunaux.[3]

Ce fut ainsi que même si la crainte persistait du côté chrétien, leur image s’est améliorée au fur et à mesure que le Hezbollah montrait de la mansuétude envers ses ennemis, pour peu qu’ils soient Libanais, et gagnait ainsi l’image d’un parti patriotique unificateur libanais, intègre et appelant à éradiquer la corruption.

En février 2006, coup de théâtre, c’est l’entente historique avec le Courant Patriotique Libre du général Aoun. Suivant l’accord entre les deux parties, les armes ne sont plus un sujet tabou et le désarmement du Hezbollah est accepté, suivant certaines conditions : retrait israélien des terres occupées, libération des prisonniers, respect de la souveraineté du Liban et réception des  cartes des régions minées par Israël. Plusieurs autres sujets importants sont abordés, notamment celui de promouvoir la société civile, loin du sectarisme et surtout loin de l’idée d’un état islamique.

Quant à l’Iran, son soutien qui était d’ordre communautaire (et existentiel pour la communauté chiite) s’est transformé en un combat national contre l’occupant. La résistance résiste. Elle n’attaque pas. Elle ne cherche pas (ou plus) à aller au delà du territoire libanais. Depuis la fin de la guerre, en aout 2006, pas une seule roquette ne fut tirée par le Hezbollah en direction d’Israël, malgré les provocations quotidiennes.

Dans cet esprit, ce soutien ne peut déranger personne dans la mesure où aucun autre pays « ami » n’est prêt à fournir à notre armée un matériel sophistiqué et capable de repousser les attaques de l’ennemi israélien et protéger les populations du Liban, surtout du Sud et de la Bekaa. Il est bon également de rappeler que l’armée libanaise a subi un embargo occidental de 1989 à 2005.

L’Europe et les Etats-Unis refusent encore aujourd’hui de fournir le nécessaire à l’armée libanaise pour assurer avec un minimum de crédibilité la défense du Liban et des Libanais. Le Président du Conseil, M. Hariri, durant sa dernière visite en France, en janvier 2010, s’est vu affirmer par Messieurs Fillon et Kouchner que la France est prête à fournir des armes à l’armée libanaise à condition qu’elles ne soient pas utilisées contre Israël. A quoi serviraient-elles, à la parade ou à tuer des Libanais ? Quant aux missiles anti-aériens, il n’est pas question de les fournir à l’armée libanaise.[4] Cela permettra à l’aviation israélienne de se promener impunément et sans danger aucun, dans le ciel libanais et de bombarder à satiété, l’infrastructure, les villes et les villages de son voisin. Le Président Obama a fait comprendre la même chose au Président de la République libanaise. Toujours la même politique de laisser les Libanais sans défense, pour les pousser à se battre les uns contre les autres, par peur des représailles israéliennes.

Que doivent ressentir les Libanais chrétiens et non chrétiens vis-à-vis de la France, leur « tendre mère » ? Comment les empêcher de se jeter dans les bras de l’Iran, alors que tout Libanais raisonnable ne peut accepter de laisser son pays désarmé et se tournerait vers quiconque lui fournirait des armes, sans conditions ? C’est l’Occident qui jette le Liban entre les bras de l’Iran, sinon de la Russie (qui a fait cadeau de 10 Mig 29 à l’aviation libanaise) ou de la Chine.

Fanatisme, dites-vous ?

Nous avons parlé plus haut de l’idée de l’état islamique qui a été implicitement abandonnée dans le document d’entente avec le Courant Patriotique Libre (CPL) du général Aoun. Et il l’est même désormais de manière explicite dans la nouvelle charte du Hezbollah, rendue publique le 3 décembre 2009. Le nouveau manifeste du Hezbollah marque un changement de ton de la part du mouvement chiite qui veut se poser comme un véritable partenaire dans le processus politique. Il montre l’intégration du Hezbollah dans la vie politique libanaise. Avant,  il se posait ouvertement comme partisan d’une République islamique, mais, dans ce document, il fait l’équilibre entre les liens du parti avec le Liban et ceux avec l’Iran.

Il s’agit du second manifeste du parti chiite depuis sa fondation en 1985. Le premier, auparavant, prônait la création d’un Etat islamique au Liban, mais, au fil des ans et à mesure que le parti s’imposait comme une force politique incontournable, ses dirigeants ont modéré leur rhétorique. Sayyed Hassan Nasrallah Secrétaire Général du parti, a certes souligné que le parti restait attaché idéologiquement au régime islamique iranien, mais il a aussi assuré que cela ne contredisait pas son rôle dans l’arène politique.

Pour certains analystes libanais, c’est le début d’une nouvelle ère dans l’histoire du parti. Le Hezbollah confirme qu’il est un protagoniste majeur sur la scène locale. Il ne dit pas qu’il est la seule force et parle de cohabitation entre une armée forte et une résistance populaire. Il se dit favorable à un Liban représentant tous les Libanais. « Nous voulons un Liban uni, par sa terre, son peuple, son Etat et ses institutions », a dit Hassan Nasrallah en présentant le manifeste de 32 pages.

Enfin, il ne faut pas négliger le soutien indéfectible du Hezbollah au général Michel Aoun. Comment un parti fanatique peut-il à ce point soutenir les revendications d’un général chrétien connu pour sa lutte contre l’occupation syrienne et l’indépendance totale du Liban ? A Doha en mai 2008, et lors de la formation du gouvernement en octobre 2009, la confiance et le soutien mutuels ont permis surtout aux chrétiens de retrouver leur place au sein de l’Etat. Sans cette alliance, jamais les partis chrétiens n’auraient obtenu une loi électorale aussi représentative, bien qu’elle ne soit pas parfaite, loi qui leur a permis d’exiger plus de participation au gouvernement.

Un proverbe libanais conseille de « suivre le menteur jusqu’à la porte de sa maison ». Pour ceux qui ne croient pas en la transformation nouvelle du Hezbollah et veulent le désarmer, je préconise donc de revenir à l’accord signé avec le CPL et de satisfaire aux conditions qui y sont inscrites pour ce faire : retrait israélien des terres occupées, libération des prisonniers, respect de la souveraineté du Liban et réception des cartes des régions minées par Israël.

Il faudra quand même y ajouter la fourniture à l’armée libanaise d’armes crédibles de défense, contre les agressions israéliennes, car il y en a en Israël et non des moindres, qui voudraient occuper toutes les terres où le peuple hébreu a passé durant son histoire. Je vous avoue que cela fait peur à tous les musulmans, les Arabes et surtout aux Libanais.[5] Ne serait-ce pas pour cela qu’Israël refuse de quitter les terres libanaises et que les colons israéliens continuent à chasser les Palestiniens de leurs maisons en Cisjordanie et à Jérusalem Est, tandis que le siège de Gaza affame plus de 1,5 million de personnes, convaincus qu’ils sont que cette terre leur a été donnée par Dieu ?[6]

Qui pensez-vous est fanatique ?

Roger AKL

[1]Non, pour me comparer à Lui, mais comparer le politologue au garde, les deux réagissant ‘excessivement’ sans raison valable.

[2] Jean 18, 22-23

[3] Comparez avec le comportement des résistants français au moment de la libération. Qui des deux a eu un comportement plus juste et moins fanatique ?

[4] Le Figaro

[5] Incitant beaucoup de musulmans du monde entier à s’enrôler dans Al Qaeda.
[6] Dans le cadre de leurs croyances que le Messie d’Israël est déjà là et que ce n’est pas une personne, mais une situation. Cette conviction est renforcée par l’appui total de l’Occident à Israël, que ce dernier ait tort ou raison.

2 Réponses to “Fanatique, le Hezbollah ?”

  1. Jean K said

    un echange de banner?

    http://www.lanationlibanaise.org/

    bonne journee,

    Jean K

    • jeunempl said

      Bonjour Jean,

      Nous possédons une page « liens » dans laquelle nous pourrions rajouter votre site, mais il nous faudrait un petit descriptif.
      Si cela vous intéresse, on peut également publier vos articles d’opinions.

      Merci et à bientôt!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :