Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Dubaï bientôt en faillite ?

Posted by dodzi sur novembre 27, 2009

Lesinfos.com

L’Emirat de Dubaï, touché de plein fouet par la crise financière et économique, a prévenu jeudi 26 novembre qu’une des plus grandes entreprises du pays ne pourra pas rembourser une partie de sa dette. Cette annonce a fait l’effet d’une bombe sur les places financières du monde entier.

Dubaï a demandé à ses investisseurs financiers, qui représentent quelques 70 banques, d’échelonner la dette de son conglomérat Dubai World et d’instaurer un moratoire de six mois sur son paiement. Ce conglomérat contrôle Nakheel, le géant de l’immobilier, qui a su profiter du boom économique et immobilier de ces dernières années en allant jusqu’à l’excentrique. Un de ses projets les plus célèbres est l’île artificielle en forme de palmier, Palm Islands où les milliardaires du monde entier se sont précipités pour acheter leur villa. On peut aussi citer la tour la plus haute du monde (891 mètres), ou encore la construction d’une station de ski artificielle en plein désert. Aujourd’hui Nakheel est en incapacité de rembourser les 3,5 milliards qu’il doit.

La dette totale de Dubaï est estimée à 80 milliards de dollars en 2008. Les compagnies publiques accaparent 70 milliards de dollars, et Dubaï World, 59 milliards.

Les agences de notation financière, Moody’s et Standard and Poor’s, ont pris la décision, presque immédiate, de rétrograder respectivement six et cinq entreprises publiques de Dubaï. En baissant leur note, les prêts qu’elles doivent rembourser vont donc augmenter.

Les indices boursiers des quatre coins du monde ont décrochés et ont perdu en moyenne près de 3%. Le CAC 40 a chuté de 3,41%. Mais si l’Emirat fait vraiment faillite, les banques européennes pourraient en pâtir et perdre quelques 5 milliards d’euros selon le Crédit Suisse, car elles possèderaient 13 milliards d’euros de dette de Dubaï. Seraient concernées, BNP Paribas, Calyon, UBS, Lloyds et HSBC.

La situation de Dubaï pourrait s’aggraver dans la mesure où cet Emirat produit peu de pétrole, qui représente seulement 5% de son PIB. Le cheikh Mohammed Bin Rashid Al Maktou a décidé de diversifier son économie en misant sur l’immobilier, le tourisme et l’industrie du luxe, des secteurs qui en temps de crise, sont les premiers touchés. Depuis quelques mois les constructions se sont arrêtées, l’arrivée de nouvelles liquidités a été stoppée et les entreprises du bâtiment ne seraient plus payées. Les investissements de l’Emirat à l’étranger ont eux aussi souffert de la crise, aux Etats-Unis notamment.

Le cheikh a donc tenté de rassurer ces créanciers en affirmant que les fondamentaux de l’économie n’était pas touchés. Dubaï bénéficie encore d’un taux de croissance de 5% en 2009, mais très net recul par rapport à 2008 où il avait atteint 14%.

L’annonce du gouvernement de Dubai concernant la restructuration de Dubai World ne présage cependant rien de bon. Si le conglomérat ne trouve pas d’accord avec ses créanciers, il devra céder des actifs à l’étranger. Abou Dhabi, l’Emirat voisin, producteur de 90% du pétrole des Emirats, et grand investisseur, pourrait venir aider Dubaï qui représente une vitrine internationale pour toute la région.

La crise à Dubaï

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :