Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Bachar el-Assad demande à Obama "un plan d’action pour la paix"

Publié par jeunempl le novembre 13, 2009

LePoint.fr

France - drapeauBachar al-AssadUSA - drapeauBachar el-Assad se félicite du rapprochement avec la France, mais regrette la faiblesse du "parrain américain" pour construire la paix au Proche-Orient. Alors qu’il sera reçu vendredi par Nicolas Sarkozy, le président syrien a fait le point sur les relations de son pays avec l’Europe et les États-Unis dans une interview accordée au Figaro.

Certes, Bachar el-Assad reconnaît que, depuis l’arrivée de Barack Obama au pouvoir, "les relations se sont améliorées", mais seulement "de manière mesurée". " Nous n’en sommes pas encore au regain de confiance" entre les deux pays, regrette-t-il. En cause, la faiblesse du "parrain américain" dans le dossier du Proche-Orient. "Ce que le président Obama a exprimé au sujet de la paix (notamment dans son discours au monde musulman, ndlr) était une bonne chose. Nous sommes d’accord avec lui sur les principes, mais (…) quel est le plan d’action ? Le parrain doit élaborer un plan d’action", a-t-il poursuivi en réclamant une plus grande implication de "la plus grande puissance mondiale".

En miroir, le président syrien dresse un bilan flatteur de sa relation avec Nicolas Sarkozy. "Un an et demi après la reprise des bonnes relations entre la France et la Syrie, nous avons d’abord bâti un climat de confiance et nous pouvons, à présent, élaborer une vision plus claire pour l’avenir", a-t-il estimé. Il envisage maintenant de relancer les relations économiques et culturelles entre les deux pays.

Soutien à l’Iran, méfiance vis-à-vis de l’Europe

Concernant le dossier nucléaire iranien, le président syrien réaffirme le droit de son allié d’enrichir de l’uranium à des fins civiles. Et de soutenir l’attitude de Téhéran qui refuse tout transfert "total" de son uranium à l’étranger pour l’enrichissement. Selon lui, l’Iran a raison de réclamer un transfert par étape de l’uranium, car, assure-t-il, les Européens n’offrent "aucune garantie" sur sa restitution.

Le président syrien soutient également l’Iran dans le dossier Clotilde Reiss, l’étudiante française qui attend son procès à l’ambassade de France à Téhéran. "Je pense que vous devriez aborder cette question comme relevant de la justice et non comme une affaire judiciaire", conseille-t-il tout en rappelant les positions très dures adoptées par la France après la réélection du président conservateur Mahmoud Ahmadinejad en juin dernier.

Par ailleurs, Bachar el-Assad justifie le report par Damas à une date indéterminée d’un accord d’association proposé par l’Union européenne et réclame de l’Europe "davantage d’indépendance politique". "Les Européens ont complètement viré du côté des États-Unis, au détriment de la Syrie. Un partenaire doit être un ami, et nous ne l’avons pas constaté de la part de l’Europe ces dernières années."

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 40 followers

%d bloggers like this: