Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Echangeur autoroutier de Nahr el Mot: Les Beyrouthins dans l’impasse jusqu’au 29 avril 2011

Posted by jeunempl sur novembre 11, 2009

El Nashra

Echangeur autoroutier - LibanAccidents mortels, voitures complètement détruites, camions renversés, dépressions nerveuses… voilà la scène quotidienne dont témoigne les citoyens libanais, notamment les beyrouthins, suite aux embouteillages monstres causés par le lancement des travaux, depuis le 18 juillet 2008, à Nahr el Mot.
Il s’agit en effet du projet de l’échangeur autoroutier de Zalka- Nahr el Mot, exécuté dans le cadre d’un projet de transport urbain, dirigé par le Conseil de Développement et de Reconstruction (CDR), en coopération avec les ministères de l’Intérieur et des Municipalités, des Travaux publics, et du Transport.
A noter que c’est le carrefour le plus achalandé du Grand Beyrouth.

33 mois et demi de souffrance…

Les travaux portent sur la mise en place d’un pont en béton prêt à l’emploi, en parallèle au pont métallique existant, pour le remplacer après son élimination. Ce pont permet de lier la route du Nord aux régions de Jdeidé et Sin el Fil, aux régions de Zalka et Amarit Chalhoub de l’autre côté, ainsi qu’aux régions du Metn-Nord à l’aide d’un pont semi-circulaire qui en découlera.
Un second pont, semi-circulaire et en béton prêt à l’emploi, sera également construit, et permettra ainsi de lier les régions de Jdeidé et de Sin el Fil à Beyrouth, et à l’autostrade du Metn.

A noter que les travaux incluront la mise en place de deux passages supplémentaires, outre deux ponts pour piétons.
A ce titre, le CDR, qui a chargé la société « Matta et ses associés » d’exécuter tout le projet, révèle à notre site, Elnashra.com, que les travaux se prolongeront pour une durée de 33 mois et demi supplémentaires, pourvu qu’ils s’achèvent le 29 avril 2011.

4 étapes avant la fin du projet, et on n’a toujours pas commencé !

Le CDR explique à notre site que les travaux peuvent être réduits à 4 étapes principales :Echangeur autoroutier - Metn (Liban)

1-La construction d’un pont en béton prêt à l’emploi, en parallèle au pont métallique (R1 Bridge) existant, pour le remplacer après son élimination. Il sera probablement inauguré en mi-novembre.

2-L’élimination du pont métallique et la conversion du trafic vers le pont en parallèle.

3-La construction d’un pont semi-circulaire (R1A-Bridge) dérivant du premier pont.

4-La conversion du trafic vers la nouvelle autostrade avant juin 2010, et la construction d’un second pont semi-circulaire (R2-Bridge) liant les régions de Beyrouth et Sin el Fil à l’autostrade du Metn.
Ce pont sera effectivement inauguré en février 2011.
Plus de 21 millions de $ le coût du projet, et plus de 100 ouvriers chaque jour sur le terrain.

Le CDR aurait de même décelé certaines difficultés entravant le bon processus des travaux, dont l’organisation du trafic, et la modification des anciens réseaux d’infrastructure. En détails, le nombre d’ouvriers sur le terrain dépasse les 100 chaque jour, et s’élèvera encore plus dans les jours à venir. Par ailleurs, le coût du projet de l’échangeur est estimé à 21.293.145.72 de dollars, financé par des prêts concessionnels de la part du « Fonds Arabe pour le Développement Economique et Social » (FADES), et du « Fonds Koweitien pour le Développement Economique Arabe » (FKDEA).

Le cauchemar de « Nahr el Mot » poursuit les employés, et le Citymall s’avère être le plus lésé !

Charbel Mrad, âgé de 28 ans, travaille aux boutiques « Aïshti » à Jal el Dib. Témoignant du « malheur » engendré par ces travaux, il met chaque jour une demi-heure pour aller de Nahr el Mot à Jal el Dib, une distance qui nécessite normalement 4 minutes. « J’ai pensé pouvoir m’habituer à ces embouteillages monstres, aux ouvriers, aux cris et aux injures », dit-il. « Mais après un an, je réfléchis mille fois avant d’y arriver ».

De son côté, Joelle Moubarak (35 ans), qui habite à Jbeil et travaille au centre-ville, pense que « ce qui se passe à Nahr el Mot est désormais insupportable ». « La politique, les routes, la cherté de vie… Nous ne pouvons plus endurer davantage de pressions qui dépassent la capacité du citoyen libanais », affirme-t-elle alors.

Quant au « City-Mall », le fameux centre commercial, il s’avère être le plus lésé par ces embouteillages et travaux, du fait qu’il se situe directement en face de la scène. Et ce qui a mis l’huile sur le feu, c’est la clôture du passage qui permettait aux visiteurs du centre arrivant de Dora d’y accéder directement. Ils sont maintenant obligés d’aller jusqu’à Jal el Dib avant de virer au centre et perdre 10 minutes de plus. Par conséquent, le nombre des visiteurs a diminué. Les directeurs du centre ont du mal à absorber les « désastres émergents » qui affectent directement leurs ventes. Avec encore plus de travaux dans les mois à venir, ils s’attendent au pire…

Publicités

Une Réponse to “Echangeur autoroutier de Nahr el Mot: Les Beyrouthins dans l’impasse jusqu’au 29 avril 2011”

  1. eliane said

    je crois que plus des photo et donner des commentaires sur l’avis des personnes qui traverse la route chaque matin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :