Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

A Beyrouth, la nuit sans cigarettes fait un tabac

Posted by jeunempl sur octobre 30, 2009

Iloubnan

Beyrouth - centre villeanti-tabacLa moitié des bars et restaurants de Gemayzeh ont expérimentes, le temps d’une soirée, le concept peu répandu au Liban, d’interdiction de fumer dans les lieux publics. Ce 28 octobre au soir, pendant que certains profitaient comme jamais de cette bouffée d’air, d’autres faisaient de la résistance.

« S’il vous plait, Monsieur, pour la cigarette c’est dehors » rappelle poliment mais fermement, Joseph le serveur du restaurant la Tabkha à un client qui vient de dégainer son paquet et son briquet en attendant l’addition. Le client dépité obtempère sans broncher. Non, vous ne rêvez pas, nous sommes bien à Beyrouth, le royaume de la volute libre, la ville où la question  » une table fumeur ou non fumeur ?  » ne se pose jamais. Et incroyable mais vrai, en plein Gemayzeh, un fumeur va devoir, à la fin de son repas, aller griller sa cigarette dehors que cela lui plaise ou non,  » Ain’t smoking 2nite » oblige.

La seconde édition de la  » Nuit sans cigarette « , organisée par les jeunes du Rotaract et qui s’est déroulée mercredi 28 octobre rue Gouraud, a rencontré un succès inattendu. En 2008, sur les 76 bars et restaurant de la rue, seul 22 avaient accepté de jouer le jeu. Cette année, ils étaient plus de 35 établissements, dont une large majorité de restaurants, à avoir placardé sur la porte le slogan de la manifestation  » Eteints ta clope et suis-moi « . (Amélie Rousseau – iloubnan)

La vengeance des non-fumeurs… et résistance des autres
Le bouche-à-oreille, une large campagne d’affichage, mais surtout le réseau social Facebook ont fait parler de la nuit sans cigarette et attiré une foule de sympathisants. C’est le cas de Mary et Fouad, un couple de trentenaires pour qui cette nuit sans cigarettes est une véritable aubaine :  » C’est simple nous ne sortons presque plus, à cause du désagrément que nous cause la cigarette. Nous avons dû renoncer aux bars et aux restaurants, nous préférons rester chez nous et inviter des amis  » explique Fouad. Alors cette nuit, ils se vengent. Munis de la liste des établissements sans cigarettes et surexcités, ils ont prévu de faire la tournée des bars.

Sur leur chemin, ils croiseront peut-être George, Johnny et Majd, trio incontournable de la nightlife de Gemayzeh. Sans surprise, les trois garçons ont eux, décidé de faire de la résistance en se cantonnant aux bars qui les acceptent avec leur clope. Cigarette sur cigarette, ils noient dans un nuage de fumée les bonnes intentions de la  » Ain’t s moking 2nite « .

Le camp adverse, les jeunes bénévoles du Rotaract ont eux, installé leur base-arrière devant le restaurant le Cactus. Tracts en main, ils interpellent les passants et prêchent pour un esprit sain dans des poumons sains :  » Lorsque je m’assois dans un restaurant, je deviens fumeur passif. Mes risques d’avoir des pathologies augmentent sans que je ne fasse rien  » se plaint Saïd 30 ans, militant pour les droits des non-fumeurs. Mais au Liban, où même les salles d’attente des médecins disposent de cendriers, le combat de Saïd et de ses camarades est-il perdu d’avance? Pas si sûr. Un projet de loi concernant l’interdiction de la cigarette dans les lieux public, est en examen depuis 2006.  » Nous revendiquons juste le droit d’avoir le choix. Nous voulons que des zones spéciales nous soient consacrées et que le Liban se conforme aux conventions internationales sur le tabac  » plaide Saïd.(Amélie Rousseau – iloubnan)

Et la guéguerre reprend
En apparence, les organisateurs sont donc très pacifistes et leur argumentaire  » pro-choix « n’a rien d’offensif. Et pour démontrer cette ouverture d’esprit, l’un d’eux sort même de sa poche un paquet de Marlboro tout en expliquant :  » je suis fumeur et je ne vois aucun inconvenant à me plier à cette contrainte « . Pourtant, les méthodes de l’association ne sont pas appréciées de tous. Le serveur d’un des bars les plus en vue de Gemayzeh, qui tient à conserver son anonymat ne cache pas son agacement :  » Ils ont des méthodes très agressives. C’est soit on est avec eux, soit on est contre eux. L’année dernière, malgré notre refus de participer à cette manifestation, nous avons été inscrits sans notre accord dans la liste des participants. Cette  » nuit sans cigarettes « , je en veux plus en entendre parler  » s’emporte t-il.

Des accusations que le Rotaract nie en bloc :  » Ces enseignes sont sponsorisées par des marques de cigarettes. Parfois des bars nous disent  » oui « , mais une fois qu’ils sont inscrits sur notre liste, ils subissent des pressions de la part de ces compagnies de tabac. Ces compagnies appellent et font passer des consignes très claires. Ensuite, sans surprise, les bars se rétractent. C’est vraiment dommage» déplore Saïd.

Malgré cette guéguerre assez prévisible, la Nuit sans tabac a ressemblé à toutes les autres nuits de Gemayzeh : elle s’est étirée jusqu’au petit matin dans un nuage d’insouciance… et parfois de fumée.(Amélie Rousseau – iloubnan)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :