Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

VIe Jeux de la Francophonie: Le rideau est tombé

Posted by jeunempl sur octobre 7, 2009

El Nashra

Jeux-Francophonie-LibanLe rideau est tombé hier sur les VIes Jeux de la francophonie que le Liban a accueillis durant 10 jours. Dix jours de sport, de culture, d’exploits, de joie, de larmes, de regrets, mais aussi, et surtout, de fierté pour le Liban qui a réussi son pari fou d’accueillir le plus grand événement sportif de son histoire. Par ailleurs, lors de cette dernière journée, le Congo a décroché la dernière médaille d’or de ces Jeux aux dépens de la Côte d’Ivoire, 5 tirs au but à 3, en finale du tournoi de football, les deux pays n’ayant pas pu se départager à l’issue du temps réglementaire 0-0, hier à Saïda.

Le stade Rafic Hariri de Saïda affichait pour le match de clôture une finale 100 % africaine entre la Côte d’Ivoire, vainqueur du Maroc en demi-finale et le Congo bourreau des Canadiens.

Très motivés, les poulains d’Alain Gouamené entamaient la rencontre sur les chapeaux de roue pour essayer de surprendre le Congo d’entrée de jeu. Surpris par cette entame tumultueuse, les Congolais subissaient sans paniquer et coupaient facilement court à toutes les tentatives adverses. Surnommés les « Éléphanteaux », les joueurs de Côte d’Ivoire se présentaient pourtant en prétendants affichés de la consécration ultime, soucieux sans doute de conserver le titre acquis par leurs aînés au Niger.

Malheureusement, toutes leurs tentatives restaient vaines. Le Congo s’efforçait par contre de neutraliser le jeu, en appliquant à la lettre la tactique mise au point par leur entraîneur afin de préserver les forces de ses protégés. Du coup, la première mi-temps se transformait carrément en spectacle soporifique. Les deux équipes se renvoyaient presque la balle au milieu du terrain devant des spectateurs baillant à l’envi. La pause était sifflée sur le score nul (0-0).

De retour des vestiaires, les deux équipes revenaient avec de meilleures dispositions sur le terrain. Bien que très loin du niveau de jeu affiché lors des tours précédents, le Congo prenait quelque peu l’initiative et montrait de timides velléités offensives. Très vite cependant, la rencontre retombait dans l’ennui général. Jusqu’à la 60e minute où l’arbitre expulsait le joueur du Congo Mfoutou pour avoir confondu le talon de son adversaire avec un paillasson. Cet incident aurait pu être le tournant de la rencontre pour les joueurs ivoiriens. Cela ne l’a pas été. Sonnés par ce coup du sort, les Congolais se repliaient prudemment en défense contrairement aux Éléphanteaux, qui se montraient dès lors plus entreprenants.

Superbe transversale

Aucune des deux équipes ne parvenait, toutefois, à se créer la moindre occasion de but pendant les 25 premières minutes de la deuxième période.

La première occasion digne de ce nom survenait, enfin, à la 71e minute du match, lorsque l’avant-centre des Ivoiriens, Bakary Kone, crochetait à l’intérieur de la surface de réparation et tirait en force sur le gardien Wolfring Mongondza Ngobo qui repoussait le ballon sur sa ligne. Deux minutes plus tard, Ange interceptait une superbe transversale de son ailier et décrochait un boulet en direction du but adverse, mais le portier congolais s’interposait de nouveau avec brio. Petit à petit, les joueurs ivoiriens prenaient l’ascendant sur leurs adversaires, monopolisant totalement la balle, mais ils ne parvenaient pas à concrétiser leurs occasions.

Regroupés autour de leur gardien, comme s’ils avaient peur qu’il ne prenne la fuite, les Congolais pratiquaient un jeu résolument défensif et évoluaient uniquement par contre-attaques.

À la 77e minute, Konan Ruffin Ngouan s’infiltrait par un trou de souris sur le côté gauche et frappait un tir puissant qui ne surprenait nullement le bondissant gardien congolais. À la 88e minute, Kone tirait un dernier coup franc en faveur de Côte d’Ivoire, que Mongondza Ngobo repoussait sans problèmes.

Séance de tirs au but

L’arbitre libanais, Ali Sabbagh, sifflait la fin du temps réglementaire sur un score toujours vierge. Une prolongation, de deux mi-temps de 15 minutes chacune, allait être disputée dans l’espoir de départager les deux équipes. Les Jeux de la francophonie gagnaient une rallonge de trente minutes. Les joueurs de la Côte d’Ivoire tentaient d’exploiter la fatigue de leurs adversaires en faisant un nouveau forcing. Les Congolais avaient dans leurs jambes les conséquences de leur match marathon face au Canada en demi-finale et accusaient le coup de leur infériorité numérique. Avec un Mongondza Ngobo excellent dans les buts, la sélection congolaise pliait, mais ne rompait toujours pas. Le Congo parvenait à clore la prolongation sans accident de parcours.

Il fallait alors recourir à la redoutable épreuve des tirs au but pour désigner le vainqueur de la compétition. Dans cet exercice délicat, le Congo bien servi par son exceptionnel gardien, qui avait déstabilisé les tireurs canadiens, reprenait cette fois-ci l’avantage psychologique. Les joueurs congolais maîtrisaient mieux la situation et réussissaient tous leurs essais. L’Ivoirien Antoine Jean Ngossan tirait sur la barre transversale manquant l’immanquable. Le reste n’était plus qu’une formalité, Tsiba Oliver se payant même le luxe d’une « panenka ». Le Congo détrônait la Côte d’Ivoire (5-3) et remportait la médaille d’or du tournoi de football des Jeux de la francophonie. À défaut de cérémonie de clôture, les spectateurs du stade municipal de Saïda avaient alors droit à la danse traditionnelle – de victoire – des joueurs du Congo. Le rideau était définitivement baissé sur les Jeux de la francophonie au milieu des chants de joie congolais…

Les équipes :

Côte d’Ivoire
Christian Fabrice Okoua, Laglais Xavier Kouassi, Nguessan Katalin Comoe, Didier Bris Kadio, Kouakou Junior Mansou, Bakary Kone, Mamadou Coulibaly, Wakalible Junior Lago, Konan Ruffin Ngouan, Antoine Jean Ngossan, Serge Deble, Ange Gnangbo, Vamouti Diomande.

Congo
Wolfring Mongondza Ngobo, Yann Haris Kombo Melo, Lury Romarick Makolo Cancred, Fridrich Rodhel Diafouka Guelord, Lia Pato Ngavouka Cseke, Holgersson Makosso N’Douma, Gitel Hermelin Boukama Kaya Jusly, Jose Princelin Kouyou, Amour Ivynick B. Malonga Lemina, Anderson Tsiba Oliver, Steven Orland Bitsindou, Kessel Wrich Tsiba Moukassa, Carllias Olando Blandin, Chancel Melvy Tsiomo, Mariend Glady Lebongui Ngayaba, Nulva Franciel Ayessa Nelson, Roland M. Passi.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :