Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Scandale Ezzeddine : escroquerie ou faillite due à la négligence ?

Posted by dodzi sur septembre 3, 2009

L’Orient le Jour

C’est, toutes proportions gardées, le Bernard Madoff libanais. Il s’appelle Salah Ezzeddine, il est originaire d’un village du Liban-Sud et régnait, avant qu’il ne fasse totalement faillite, sur un empire financier dont dépendaient à divers degrés, outre de grands cadres du Hezbollah, des centaines de petits épargnants des cazas de Tyr et de Bint-Jbeil, ainsi que de la banlieue sud.

Et pendant que cet homme à la réputation très controversée (certains ne jurent que par sa piété et sa générosité, d’autres laissent entendre qu’il est responsable de nombreuses opérations de blanchiment d’argent) est en garde à vue provisoire dans le cadre de l’enquête, le procureur général, Saïd Mirza, interrogé par notre confrère as-Safir, répétait qu’il est encore trop tôt pour évaluer l’ampleur des dégâts : « Nous avons besoin de temps pour ce bilan », a-t-il reconnu, sachant que le but des investigations de la brigade financière est de déterminer si la faillite a eu lieu en raison de négligences (la peine de prison varie entre un et trois ans) ou si elle est le résultat d’une gigantesque escroquerie (passible d’un emprisonnement allant de trois à sept ans).

En attendant, ce sont donc des centaines de personnes qui vivent la main sur le cœur, espérant un miracle qui viendrait d’on ne sait où et qui mettrait un terme au cauchemar : la grande majorité de ces petits épargnants, qui accordaient une confiance aveugle à Salah Ezzeddine, n’arrive plus à boucler le mois.

Parce qu’il faut dire que les pertes dues à cet homme atteindraient, selon certaines informations, jusqu’à un milliard six cents millions de dollars. Le choc au sein d’une grande partie de la communauté chiite est donc considérable. Des sources bien informées assurent que le président de la Chambre Nabih Berry, le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, ainsi que l’uléma cheikh Mohammad Hussein Fadlallah, littéralement harcelés par les victimes de modeste condition de ce plus grand scandale financier depuis la banque Intra, suivraient l’affaire « de très près ».

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :