Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Joumblatt franchit le pas décisif : Notre alliance avec le 14 Mars ne peut pas continuer

Posted by dodzi sur août 3, 2009

L’Orient le Jour

Walid JoumblattLe chef du PSP, Walid Joumblatt, a franchi hier un pas décisif dans le processus de recentrage qu’il avait entamé au lendemain du 7 mai 2008, déclarant que son parti devrait revenir à ses constantes historiques arabistes et de gauche et que son alliance avec le 14 Mars ne pouvait plus continuer.

M. Joumblatt s’exprimait dans le cadre d’un long discours prononcé lors d’une assemblée générale extraordinaire du PSP. Cependant, tout en proclamant verbalement son intention de prendre davantage de distances avec ses alliés du 14 Mars et en se livrant à une autocritique de sa période d’idylle avec les néo-conservateurs américains de l’ère Bush, M. Joumblatt a soigneusement évité de remettre en question de manière explicite les options politiques fondamentales du 14 Mars, notamment la primauté de l’État sur l’infrastructure paramilitaire du Hezbollah, dont il n’a ouvert question.

Après une longue introduction historique mettant en relief les positions du PSP en faveur des options arabistes radicales lors des précédentes décennies, M. Joumblatt s’est attaqué à l’actualité libanaise en ces termes : « À ceux qui se sont réjouis de la victoire (aux législatives), nous disons qu’il s’agit d’une réjouissance provisoire. Nous avons vu comment cette occasion s’est évaporée. C’est une victoire qui n’a pas de sens et qui montre combien il est nécessaire d’en finir avec le système confessionnel. »

« Nous sommes entrés aujourd’hui dans ce qu’il convient d’appeler la démocratie consensuelle qui nous rappelle les réunions des tribus et des clans », a-t-il ajouté.

« Il est nécessaire de réécrire l’histoire de notre parti. Le PSP n’a pas de valeur s’il ne reste pas ancré à gauche. Il perd toute signification s’il abandonne son engagement en faveur de l’arabisme et son identification à la cause palestinienne. »

Et de poursuivre : « Nous nous sommes alliés au cours d’une phase déterminée, sous le slogan du 14 Mars, avec un groupe de partis et de personnalités, et cette alliance était objectivement rendue nécessaire par les circonstances qui dominaient le pays à cette période-là. Mais cela ne peut pas continuer. Nous devons réfléchir à une nouvelle configuration, d’abord à l’intérieur du parti et ensuite au niveau national. Il nous faut sortir de cet alignement sur la droite et retourner à nos constances de gauche, arabistes, syndicalistes, paysannes, etc. »

« Après la révolution du Cèdre et les suites de l’assassinat de Rafic Hariri, nous avons été parfois jusqu’à l’acceptable, mais parfois aussi jusqu’à l’inacceptable. Il est vrai que le sentiment a pris souvent le dessus sur la raison », a encore dit M. Joumblatt.

« Nous avons rempli notre devoir au sujet du Tribunal international. Nous souhaitons que le tribunal nous apporte la vérité, tout en étant un instrument de stabilité. Nous ne voulons pas que cette instance soit une cause de chaos, simplement qu’il puisse mettre un terme à la pratique de l’assassinat politique et qu’il rende justice à tous. »

« Mais nous sommes allés vers l’inacceptable lorsque nous nous sommes rapprochés des néo-conservateurs pour protéger la révolution du Cèdre. Ce rapprochement est contre-nature, c’est un point noir dans l’histoire de ce parti, mais à l’époque le souci majeur était d’obtenir le tribunal », a-t-il rappelé.

« Car enfin, tous ces slogans de souveraineté, de liberté et d’indépendance n’ont plus de sens si on les vide de leur contenu arabe et de l’identification à la cause palestinienne. Ils nous ramènent au Liban du mandat, celui de Michel Chiha, le Liban de l’isolationnisme, de la droite », a-t-il dit.

« Nous devons relancer la pensée arabiste dans nos rangs avant d’élargir l’alliance à des formations desquelles nous sommes proches objectivement sur le plan de l’arabité du Liban, du système des classes sociales, de la défense des intérêts des paysans et des ouvriers, du soutien à la cause palestinienne et de l’établissement de relations privilégiées avec la Syrie, et, à travers elle, avec le monde arabe », a-t-il lancé, avant d’ajouter : « L’ère de la tutelle (syrienne) est derrière nous. L’armée syrienne s’est retirée. Cessons donc de nous lamenter. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :