Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Les dangers qui menacent le pays

Posted by jeunempl sur juillet 20, 2009

Général Michel Aoun

Général Michel Aoun (chef du Courant Patriotique Libre)Il est évident de dire que l’Etat est un ensemble de territoire et de peuple, car ceux-ci sont ses éléments constitutifs dans sa forme préliminaire et simple. Cet Etat ne remplira ses fonctions que lorsqu’il devient un Etat qui bénéficie d’institutions nécessaires à la gestion des affaires publiques au sein de l’indépendance et de la souveraineté. A partir de cette définition de l’Etat, nous pourrons déterminer les principaux dangers qui le menacent et qui aboutissent à sa disparition au cas où nous ne prenons pas les mesures nécessaires.

Pour que le traitement soit efficace, il faut agir tout de suite, car les symptômes maladifs se développent et les pertes deviennent de plus en plus importantes.
Aujourd’hui, le Liban est atteint dans ses trois composantes principales; le territoire, le peuple et les institutions. Son territoire est vendu aux étrangers sans aucun respect des lois, sa population émigre constamment et les villages sont vidés de leurs habitants qui sont allés à la recherche de leur subsistance ailleurs. Alors que les institutions étatiques, elles, font l’objet de vente depuis 1992. Et ceci a augmenté de façon extraordinaire aux dernières élections, de sorte que plus de la majorité du parlement a été vendue afin de pouvoir contrôler le pays.

Nous avons parlé d’éléments très importants qui étaient décisifs dans les dernières élections dans certaines circonscriptions électorales, comme le pouvoir et l’argent, alors que ces mêmes éléments n’ont pas été efficaces dans d’autres circonscriptions. Ainsi, l’influence de l’argent a différé d’une région à une autre, selon le degré de connaissance et de sensibilisation patriotique des citoyens. Comme les justifications des faiblesses et les explications que donnaient certains étaient superficielles et ne permettaient pas de distinguer entre le vrai et le faux, nous nous sommes trouvés responsables d’étudier profondément toutes les données afin de discerner ce qui est authentique et éviter de se perdre dans le superficiel. Il est connu que celui qui voudrait fuir une obligation, invente des justifications qui couvrent son manquement à ses obligations. Dans la plupart des cas, le besoin ainsi que la peur poussent les faibles à fuir la confrontation, même si celle-ci était simplement verbale. Qu’en est-il si cette confrontation est accompagnée d’une offre financière et de promesses?

Avant 2005, les Libanais prétendaient que les services de renseignements syriens et libanais exerçaient sur eux des pressions et les menaçaient, ce qui les empêchait d’exercer librement leur droit de vote bien que l’isoloir pouvait les protéger. D’autres ont osé rester libres sans qu’ils ne soient atteints de mal. En 2005, les troupes syriennes se sont retirées du Liban et les Libanais ont été libérés de l’intimidation mais plusieurs d’entre eux sont tombés victimes de la convoitise et ont vendu leurs voix justifiant cela par le besoin. La plupart de ceux qui se sont rendus esclaves de la peur, une fois libérés, ont vendu leurs voix. Entre une peur sous l’occupation devenue illusoire plus tard et des besoins réprimés qui se sont éveillés après l’indépendance, les conduites de certains Libanais sont restées telles quelles et ils ont renouvelé le mandat de ceux qui les ont appauvri. Et le pire, c’est que la majorité des émigrés libanais a oublié la raison de son émigration et ceux-ci sont rentrés au Liban le jour des élections pour voter pour ceux qui les ont expatriés.

Ainsi, les Libanais ont commencé à revendiquer une réforme qu’ils ignorent et un changement sans qu’ils s’y changent de l’intérieur. L’esclavage des citoyens en se servant de leurs besoins a plusieurs figures, et le blocage graduel des institutions sociales est l’une de ses figures. En plus de l’hégémonie sur le parlement, ceux qui ont gouverné le Liban depuis 1992 ont oeuvré à abuser des besoins des citoyens, ainsi ils ont bloqué les institutions étatiques pour les remplacer; de sorte que les services médicaux et éducatifs ne sont plus des obligations étatiques de façon régulière et juste, mais il se sont transformés en services assurés occasionnellement et exceptionnellement aux citoyens. A partir de là, le travail de ses institutions devrait être examiné de près et leur gestion devrait être exposée au public, sachant que leur blocage stratégique est inadmissible, après qu’il a été instrumentalisé dans les dernières élections pour manipuler ceux qui ont besoin d’hospitalisation, de médicaments et de scolarisation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :