Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Joumblatt boude les consultations et s’en prend à Siniora et Hariri

Posted by dodzi sur juin 29, 2009

L’Orient le Jour

Walid Joumblatt

« Je ne participerai à aucune équipe qui envisagerait la privatisation », a affirmé M. Joumblatt.

Revirement Le Premier ministre désigné, Saad Hariri, aura du pain sur la planche. Non seulement il doit traiter avec les exigences de l’opposition qui a déjà annoncé la couleur en affirmant qu’elle ne participera qu’à un gouvernement d’union nationale, mais il doit également tenir compte des griefs de ses alliés.

Contre toute attente hier, le chef du PSP, Walid Joumblatt, a annoncé qu’il ne participera pas au gouvernement si celui-ci envisage de privatiser certains secteurs publics, critiquant au passage le bloc formé par le Premier ministre désigné, Saad Hariri, « le Liban d’abord ».

C’est à l’occasion d’une cérémonie organisée à Baakline en l’honneur du directeur général des transports en communs et des chemins de fer, Radwane Bou Nasreddine, qui part à la retraite, que M. Joumblatt et le ministre des Travaux publics, Ghazi Aridi, ont tous deux critiqué le gouvernement Siniora, l’accusant de s’être posé en obstacle devant le développement du réseau des transports publics.

« Je pense, a déclaré M. Joumblatt, que nous avons réussi à hisser une élite aux ministères et dans l’administration, comme Radwane Bou Nasrdeddine et d’autres. Nous avons préservé le secteur des transports publics et nous espérons que le nouveau ministère en fera autant. Je ne participerai à aucune équipe qui aurait en tête la privatisation des transports publics, de la CNSS, de la téléphonie mobile ou de l’électricité. Nous sommes en faveur de l’administration, du secteur public et de l’État. Ils tiennent le même discours, mais ils veulent aussi la privatisation ? Alors, je ne participerai pas au gouvernement, ni plus ni moins. »

M. Joumblatt a ensuite indiqué qu’il participera aux consultations pour la formation du cabinet, soulignant que les intentions seront sondées grâce à la déclaration ministérielle. Affirmant que M. Aridi s’était efforcé de développer le réseau des transports publics, il a accusé le gouvernement Siniora, et notamment la présidence du Conseil, de l’avoir « combattu, parce que l’idée de la privatisation de ce secteur prévalait ». « Il (M. Aridi) a beaucoup enduré dans tous les domaines, mais il a tenu bon. Nous continuerons de résister pour renforcer les transports en commun et le secteur public », a-t-il fait valoir.

L’arabité du Liban

Déplorant ensuite qu’« à une certaine période, les slogans aient disparu », M. Joumblatt s’est arrêté sur l’arabité et la cause palestinienne, plaidant pour « une arabité ouverte ». « Parce qu’aujourd’hui, nous sommes dans l’ère du repli sur soi, de la fausse dévotion et des slogans se rapportant à des entités étriquées », a-t-il dit, avant de s’en prendre au Premier ministre désigné, Saad Hariri, mais sans le nommer. « Le Liban d’abord ? Mais le Liban n’a pas de sens sans l’arabité, sans la Palestine et sans l’unité arabe, au sens large du terme. Malheureusement, nous sommes retournés aux quartiers, au fanatisme et au sectarisme. Nous verrons comment les générations futures seront éduquées. Nous n’avons pas été éduqués sur base du slogan, « le Liban d’abord », mais sur celui de l’arabité, de l’horizon grand ouvert dont le Liban fait partie », a-t-il déclaré. Il convient de rappeler que M. Hariri est le chef du bloc parlementaire « le Liban d’abord ».

Dans son discours, M. Aridi a formulé presque les mêmes griefs que M. Joumblatt, dénonçant le clientélisme et les critères de nomination des fonctionnaires au sein de l’administration. Il a indiqué que M. Bou Nasreddine avait élaboré un plan pour le développement du secteur des transports publics, déplorant que celui-ci soit resté dans les tiroirs de la présidence du Conseil. « Ils ne voulaient pas appliquer la décision du Conseil des ministres relative à l’achat de nouveaux bus, parce que certains envisagent de privatiser ce secteur, au moment où les auteurs de cette idée y renoncent », a-t-il indiqué en mettant l’accent sur l’importance du rendement du secteur des transports publics, pour le Trésor. Selon lui, celui-ci a pu transporter 12 millions de passagers en un an, et ce grâce à 12 bus seulement et a pu assurer de bonnes recettes.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :