Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Elections 2009 – Programme du CPL: Télécommunications

Posted by dodzi sur mai 30, 2009

MPLBelgique.org

Programme complet du Courant Patriotique Libre

Programme-CPLChapitre 10 Télécommunications

Diagnostic

Le secteur des télécommunications est essentiel pour dynamiser l’économie et peut contribuer à la réalisation du développement équilibré. Il a cependant été considéré au Liban comme une source de revenus principale pour le Trésor et a été développé en tant que base d’imposition fiscale non équilibrée et non équitable (le service de la dette publique était en 1998 de 1,8 milliards US$ alors que les recettes générées par le secteur des télécommunications seul était de 1 milliard US$ en 2008 pour une dette publique de 48 milliards US$). Le secteur des télécommunications a connu une succession de périodes catastrophiques qui ont amené le Liban à être classé en 2008 au dernier rang des pays peu évolués dans le domaine des télécommunications. La situation pouvait alors être décrite comme suit :

1. Un chaos au niveau de l’organisation, des contradictions au niveau des lois et des compétences, une profusion de responsables, une administration paralysée, un surplus d’employés – surtout dans la Poste, une dénaturation du concept de service public qui ont abouti à des retards dans les prestations de service, à pénaliser le secteur privé et à défigurer l’image du secteur public.

2. Un développement des activités illégales dans le domaine des télécommunications internationales et de l’internet au détriment de la téléphonie publique ainsi que le développement anarchique des écoutes illégales qui ont abouti à priver l’Etat d’une partie de ses ressources et lésé les intérêts des citoyens.

3. Un développement illégal de la plupart des services internet et des bandes larges alors que les services publiques sont assurés par un nombre de lignes qui ne dépasse pas les 130 lignes de type E1, ce qui a poussé de nombreux jeunes compétents et de nombreuses entreprises à quitter le pays.

4. Un réseau de téléphonie mobile en déliquescence avec un taux de pénétration qui ne dépassait pas 32% durant l’été 2008, des tarifs parmi les plus chers au monde (74$ en moyenne par abonné) et des services auxiliaires réduits à presque rien.

5. Un réseau de téléphonie fixe peu utilisé et faiblement exploité. Seuls 700.000 Libanais ont pu obtenir une ligne fixe alors que la capacité du réseau est de 1.700.000 lignes. Pas de lignes de fibres optiques ni de stations de télécommunications ni de règlements évolués.

Objectifs

1. Passer à l’étape du changement et de la réforme après l’étape des réparations d’urgence qui s’est déroulée durant les dix derniers mois, aller jusqu’à la mise en oeuvre d’une vision globale qui ait pour but de construire une société de l’information accompagnant la révolution des télécommunications tel que cela figure dans le document de politique générale élaboré par le ministre des Télécommunications au début de l’année.

2. Construire la société de l’information au sein de laquelle tout individu aura une chance égale d’accès, d’utilisation et de participation à la connaissance, ce qui permettra de renforcer les liens qui lient les citoyens, de favoriser le développement équilibré et de rapprocher les divers groupes sociaux.

3. Généraliser la culture de la communication, ce qui aboutira à créer un système social et économique basé sur les besoins de l’Homme et son progrès, à augmenter sa productivité, à créer davantage d’opportunités d’emploi, à récupérer les jeunes compétents qui ont quitté le pays, à générer des revenus à l’Etat, à dynamiser l’économie à renforcer le rôle des femmes en société et à augmenter la participation des jeunes dans la vie économique.

4. Appliquer la loi 431 tout en y introduisant des changements, notamment en créant la compagnie « Liban Télécom », en complétant les nominations au sein de l’Autorité de Régulation des Télécommunications et en séparant les responsabilités opérationnelles, de régulation et de contrôle.

5. Respecter les libertés publiques en appliquant la loi 140 sur les écoutes téléphoniques et en y introduisant les modifications nécessaires. Il sera fait usage des techniques de communication pour empêcher le développement des crimes et du terrorisme et pour mettre sur pied des systèmes d’alerte dans les situations d’urgence et de catastrophes naturelles.

Actions

1. Créer la compagnie « Liban Télécom » comme première étape sur le chemin de la libéralisation du secteur et de sa privatisation et lui donner le support nécessaire pour qu’il devienne l’opérateur national et la première société de télécommunications du pays en vue de son développement international.

2. Mettre en place la bande large en procédant à :

• L’organisation des fréquences et à l’octroi des licences d’exploitation nécessaires.
• Augmenter les réseaux d’interconnexion entre le Liban et l’étranger et lier le pays aux câbles internationaux terrestres et maritimes (IMEWE, lignes Liban-Chypres, lignes Liban-Syrie, ligne spéciales et autres).
• Réaliser un réseau de fibres optiques dans tout le pays (5000 km) et exécuter les projets FTTH et FTTB spécifiques aux grandes villes.
• Compléter le projet DSL et passer de 32 centraux reliés au milieu de l’année 2008 à 83 centraux début 2009 et à 200 centraux fin 2009 pour relier tous les centraux du pays en 2010.
• Encourager les entreprises à adopter la technologie WIMAX et pousser OGERO ou Liban Télécom à la mettre rapidement en place.
• Diminuer les prix de l’internet, augmenter les capacités du réseau surtout pour les entreprises et développer une concurrence loyale entre fournisseurs d’accès.
• Favoriser l’emploi de l’ordinateur : passer de 28% d’utilisateurs de « desktops » à 70% et de 4% d’utilisateurs de « lap tops » à 20%.

3. Autoriser progressivement l’utilisation de la technologie VOIP à la suite des centres d’appels, encourager l’utilisation des systèmes de développement immobilier RED et lancer des projets de financement communs permettant d’utiliser tous les services de l’internet (e-learning, téléconférence, télécommerce, etc.).

4. Avoir recours à la privatisation dans un sens différent du sens habituel qui en fait une opération qui lèse l’Etat et profite aux compagnies étrangères privées. Il s’agit d’en faire une opération utile à l’économie nationale et aux entreprises privées libanaises. Cela doit se faire par :

• Le lancement du réseau de téléphonie fixe de Liban Télécom.
• Accorder à chaque Libanais des actions d’une valeur de 500 US$ qui est le montant de ce qu’il a payé pour avoir une ligne fixe de téléphonie mobile au début des années 90.
• Donner la priorité dans la souscription au capital de Liban Télécom aux fonds libanais tels que la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, aux investisseurs libanais et au public libanais et octroyer la gestion à une compagnie privée qui devra posséder plus de 30 ou 40% du capital.

5. Compléter les opérations d’extension des réseaux de téléphonie mobile, améliorer les services fournis, diminuer les tarifs et passer à la seconde étape au milieu de l’année 2009 après avoir achevé la première phase qui consiste à arriver à 2,2 millions de lignes et 1500 centraux afin de parvenir à :

• Un taux de pénétration de 60% en 2009, de 80 à 90% en 2010 et de 100% par la suite contre 32% en 2008.
• Un coût moyen de 55$ par abonné et par mois en 2009, de 40$ en 2010 et de 20$ par la suite contre 74$ en 2008, notamment par l’adoption de la seconde comme unité de facturation et de cartes prépayées d’une durée d’un an.
• L’émission de cartes et d’une tarification spéciaux pour les expatriés libanais.
• La fourniture de services et d’une tarification spéciaux pour les étudiants et les enfants et en heures de nuit.
• La fourniture de services spéciaux aux personnes âgées et la fourniture de toutes sortes de services de transmission de données évolués.

6. Exploiter entièrement le réseau de téléphonie fixe dans le but d’atteindre 1,5 million d’abonnés après que 75000 nouvelles personnes se soient abonnées au cours des derniers mois. Cela a pu se faire grâce à la modernisation du réseau, à l’introduction de services supplémentaires, à l’abaissement du coût de l’abonnement mensuel, à l’abaissement des tarifs pour les communications internationales, au lancement des lignes prépayées, au développement du réseau dans les régions les plus éloignées et au lancement des services IPTV (centraux aériens, internet et téléphone fixe à prix mensuel unique).

7. Mettre fin à tous types d’infraction en mettant les personnes en infraction en règle et en les incitant à régulariser leur situation après les avoir poursuivi de manière sélective et discrétionnaire. En plus, adopter des méthodes modernes pour garantir les revenus, mettre fin aux fraudes et contrôler les réseaux et la qualité du service.

8. Lancer des projets à financement partagé pour faire du Liban une cité de l’information ouverte. Lancer « Liban Sat » et tous les projets scientifiques et militaires possibles qui s’y rapportent.

9. Encourager le développement rapide des centres d’appel et les amener à fournir des services spécifiques dans tous les domaines et à être compétitifs afin qu’elles contribuent à la création de plusieurs milliers d’emplois.

10. Revoir le contrat avec Liban Post ou le remplacer afin d’améliorer la situation de ses employés, résoudre leurs problèmes et assurer des revenus supplémentaires à l’Etat tout en accordant des incitations et des facilités d’action supplémentaires à la société qui gèrera la poste.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :