Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Elections 2009 – Programme du CPL: Energie

Posted by dodzi sur mai 30, 2009

MPLBelgique.org

Programme complet du Courant Patriotique Libre

Programme-CPLChapitre 8 Energie

Diagnostic

1. En 2006, 96,2% des sources d’énergie était importé. En 2007, la valeur des importations nettes de sources d’énergie fossiles (dérivés pétroliers et charbon) a été de 2,6 milliards US$, soit près de 11% du PIB et un tiers du déficit commercial du pays. Ce montant est supérieur de 10% à la valeur totale des exportations du pays au cours de cette année-là. Les importations ont représenté 25,2% de la valeur totale des importations au cours de la même année et encore ce chiffre ne tient-il pas compte des importations illégales à travers la frontière syrienne.

2. L’électricité produite à partir de l’énergie hydraulique n’a représenté en 2006 que 7,4% de l’énergie produite au Liban en dehors de la production par des groupes électrogènes privés.

3. Le développement des énergies renouvelables est faible : près de 49 m2 de capteurs/1.000 habitants en 2007 contre près de 800 à Chypres et 500 en Grèce. Aucun usage de l’énergie éolienne.

4. L’efficacité énergétique du pays est également faible : le PIB par unité d’énergie consommée est inférieur d’un tiers à celui des pays les plus avancés et il est inférieur de 17% à celui des pays de la zone Moyen-Orient-Afrique du Nord : bâtiments mal isolés, industries peu performantes sur le plan de l’énergie (pas d’audits énergétiques, fortes pertes d’énergie, faible efficacité des équipements de combustion), moteurs des véhicules peu performants (mauvaises conditions, forte consommation), transports en commun peu développés, très nombreuses petites unités de production (générateurs individuels ou de quartier) pour palier les pannes d’EDL et dont les rendements sont inférieurs aux rendements des usines électriques, pertes techniques élevées sur ses lignes et dans les circuits de distribution (15% contre 3% en France).

5. Taux de croissance moyen attendu de la consommation électrique de 4% par an durant la période 2005-2015 et de 3,5% par an sur la période 2005-2030. Cela représente plus du doublement de la consommation de combustibles pour la production d’électricité d’ici 2030 alors que leurs prix ont fortement augmenté au cours des années 2005-2008 et devraient continuer à augmenter une fois la crise financière terminée. Cela signifie aussi un doublement des capacités de production même si l’entretien atteint un très haut niveau de qualité (marge de sécurité ramenée à 10% seulement).

Objectifs

1. Diminuer les volumes d’hydrocarbures importés et augmenter l’indépendance énergétique du pays dans le but de le rendre moins vulnérable aux tensions qui existent sur les marchés internationaux d’hydrocarbures et de diminuer le déficit commercial. Pour cela, il est également nécessaire d’augmenter la part des énergies renouvelables dans la production totale d’énergie.

2. Optimiser la consommation d’énergie dans les entreprises afin d’améliorer la compétitivité de l’économie du pays et optimiser la consommation d’énergie domestique afin de libérer une partie du pouvoir d’achat des ménages, ce qui est contribuera à augmenter les taux de croissance de l’économie.

Actions

1. Introduire des standards thermiques dans les nouveaux bâtiments et maisons individuelles de manière réglementaire sur la base des études réalisées à la Direction Générale de l’Urbanisme.

2. Accréditer des bureaux d’études en thermique du bâtiment auprès de la Direction Générale de l’Urbanisme et faire contrôler les plans de construction du point de vue thermique par ces bureaux d’étude en préalable à l’obtention du permis de construire.

3. Imposer l’utilisation de l’énergie solaire collective pour les chauffe-eau dans les nouveaux bâtiments et maisons individuelles.

4. Créer un « fonds pour la promotion de l’énergie solaire et de l’efficacité énergétique ». Confier à ce fonds la mission de subventionner l’installation de chauffe-eau solaires collectifs dans les anciens bâtiments résidentiels et de chauffe-eau individuels dans les anciennes maisons individuelles ainsi que la mise en conformité de ces bâtiments et de ces maisons avec les standards thermiques. Instaurer une « taxe verte » sur les tranches les plus élevées de la consommation d’électricité dans les locaux résidentiels et maisons individuelles dans le but d’alimenter ce fonds.

5. Exonérer de la « taxe verte » les bâtiments résidentiels et les maisons individuelles qui sont en conformité avec les standards thermiques et qui utilisent des chauffe-eau solaires (chauffe-eau solaires collectifs dans le cas des bâtiments résidentiels et chauffe-eau solaires individuels dans le cas des maisons individuelles).

6. Accréditer des bureaux d’étude en efficacité énergétique auprès du ministère de l’Energie et de l’Eau et mettre en place sous son contrôle un système d’incitations fiscales destiné à favoriser les investissements des entreprises dans des équipements qui améliorent leurs performances énergétiques (ce système sera similaire au système que ce ministère a développé en faveur des industriels qui se mettent en conformité avec les standards environnementaux qu’il a établis).

7. Procéder à la réhabilitation et au redémarrage d’une des deux raffineries arrêtées de Zahrani et de Beddaoui, réhabiliter les réservoirs d’hydrocarbures de l’Etat situés dans ces deux localités et constituer un stock stratégique national d’hydrocarbures.

8. Construire un terminal de gaz naturel liquéfié à Zahrani. Développer un réseau de gaz naturel reliant les centrales de Zahrani, Zouk, Jyeh et Deir Ammar. Etendre le gazoduc vers les régions industrielles où se situent des industries grosses consommatrices d’énergie, notamment Chekka, Selaata et la région de Chtaura.

9. Favoriser les investissements privés dans le secteur des énergies renouvelables en instaurant une loi permettant la production et la vente sur le réseau national par des opérateurs privés et par des collectivités locales d’électricité produite à partir de sources d’énergie renouvelable (éolienne, hydraulique, biogaz, solaire).

10. Favoriser les solutions pour le traitement des déchets solides et des eaux usées qui permettent la production d’énergie électrique.

11. Développer l’organisme de planification et de maîtrise de l’énergie (Lebanese Center for Energy Control and Planning) en le dotant de compétences élargies et de moyens d’action suffisants.

12. Lancer des campagnes de sensibilisation aux économies d’énergie sur tous les médias et aux heures de grande audience.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :