Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Allocution du général Michel Aoun: à l’occasion de la présentation du programme électoral du Courant Patriotique Libre le 7 mai 2009

Posted by jeunempl sur mai 9, 2009

Tayyar.org

Programme CPL1

Chers concitoyens et concitoyennes,

Chères mères, chers pères, chers jeunes,

Auguste assemblée,

Je ne m’adresse pas à vous aujourd’hui pour vous parler d’un communiqué électoral qui concrétise vos ambitions et vos attentes puisque notre programme est assez éloquent et parle pour lui-même ; ni pour vous rappeler les élections électorales  qui auront lieu dans un mois puisque c’est avec impatience que vous les attendez pour dire votre mot décisif dans notre processus de changement et de réforme. Je m’adresse à vous plutôt pour raviver votre mémoire et vous rappeler ce que nous avons tous enduré dans ce pays et toutes les tentatives dont nous faisons l’objet à tous les niveaux pour nous empêcher d’effectuer le bon choix. Les forces au pouvoir cherchent à oblitérer la mémoire du citoyen libanais et à remplacer tous les souvenirs factuels qu’elle renferme et condamne irrévocablement par des sensations primaires qui nous éloignent de l’essence même des élections visant à demander des comptes aux responsables pour avoir noyé notre société dans un bourbier de crises chroniques. Une grande partie de nos ressources humaines et matérielles a déjà été épuisée et la situation continue à se dégrader menaçant même notre société de l’effondrement total si toutes les forces vives du pays ne s’unissent pas pour se libérer du joug des factions mafieuses au pouvoir.

Treize ans auparavant, le 15 juillet 1996, je vous avais  appelé à continuer à boycotter les élections parce qu’elles ne vous permettaient pas alors de choisir les personnes à même de vous représenter et de défendre vos droits. Il s’agissait plutôt d’une estampille pour corroborer un diktat et consacrer une classe politique totalement résignée et soumise à toute volonté étrangère qui arrivait à s’imposer.

Mais aujourd’hui, vous avez la chance historique de renouveler l’action démocratique et enrichir le parlement et les institutions politiques par un mode nouveau de pensée et d’action pouvant renforcer notre capacité de changement et donner de l’élan au processus de réforme.

Quant à ceux qui scandent aujourd’hui prétendument les slogans de la souveraineté, de la liberté et de l’indépendance, ce sont ceux-là mêmes qui ont été assez lâches pour les brandir face à la tutelle et qui, bien au contraire, ont défendue cette tutelle en qualifiant la perte de souveraineté de légitime, nécessaire et temporaire. Ce sont ceux-là mêmes qui ont fait du symbole de votre identité, à savoir le drapeau libanais, le baiser de Judas et alors, quiconque le portait était arrêté, emprisonné, battu et torturé.

Ce sont ceux-là même qui ont amené le pays à crouler sous les dettes, qui ont détruit les institutions de l’état pour ériger des compagnies privées sur leurs décombres et qui vous ont asservi en clients de ces compagnies tirant ainsi bénéfices de vous au lieu que vous soyez des citoyens à pleins droits.
Pour toutes ces raisons, nul besoin de vous poser des questions ou de demander l’opinion de quiconque. C’est à vous que la décision appartient et c’est vous qui détenez la réponse

Il est vrai que nous sommes les pionniers du changement et de la réforme. Il est aussi vrai que malgré tous les obstacles qui ont été mis en travers de notre chemin, nous avons pu accomplir de nombreuses réalisations importantes à travers notre responsabilité au sein du parlement et du gouvernement ; cependant, le chemin reste encore long et nous avons besoin de la majorité parlementaire pour pouvoir obtenir la ratification des réformes que nous avons déjà préparées et mettre en œuvre notre programme électoral.

Ouvrez grand vos yeux et vos esprits sur ce qui vous entoure, faites le point de votre situation actuelle, essayez de voir qui pousse le pays en avant et qui le tire en arrière ; vous trouverez alors la réponse par vous-mêmes et vous arriverez sans trop d’effort à la solution. A ce moment, vous saurez s’il vous faut choisir le changement ou renouveler le mandat des forces au pouvoir !…

Oui… Que l’ouvrier parmi vous s’interroge sur ses conditions de travail actuelles. Que choisira-t-il : le changement ou la reconduction du mandat de dénégation des droits ? C’est dans sa pauvreté extrême qu’il puisera la réponse péremptoire.

Que l’industriel parmi vous s’interroge sur l’état de son industrie aujourd’hui. Que choisira-t-il : le changement ou la reconduction du mandat des requins de la finance ? C’est dans la crise industrielle dont il souffre qu’il trouvera la réponse tranchante.

Que le commerçant parmi vous s’interroge sur la situation de l’économie. Ne trouvera-t-il pas dans la récession et le marasme où elle se débat réponse à la certitude qu’il recherche ?

Que le paysan parmi vous retourne à ses champs et à ses cultures et qu’il leur demande : si je choisis de proroger l’ère de la négligence persistante, pourrais-je sauver ma production agricole de sorte qu’elle ne soit pas détruite et jetée dans les rues ? S’il obtient une réponse affirmative, qu’il opte pour la prorogation.

Que le fonctionnaire parmi vous se demande en son for intérieur : si je reconduis l’ère de la corruption, mon salaire suffira-t-il pour subvenir aux besoins de ma famille pour plus que la moitié du mois ? S’il obtient une réponse affirmative, qu’il opte pour la reconduction.

Que le contribuable parmi vous, et vous êtes tous des contribuables, s’interroge sur les taxes et les sommes exorbitantes qui lui sont imposées : si je reconduis le mandat actuel, me libérerais- je de ce poids accablant demain ? S’il obtient une réponse affirmative, qu’il opte pour la reconduction.

Que les mères et pères de famille s’interrogent sur les scolarités à venir, sur les charges de la vie demain si les mêmes forces au pouvoir étaient reconduites. Qu’ils s’interrogent sur l’avenir de leurs enfants et s’ils trouvent dans la réponse une infime lueur d’espoir d’une amélioration quelconque, qu’ils optent pour la reconduction.

Que le chômeur parmi vous aujourd’hui se demande : la reconduction m’assurera-t-elle du travail pour mener une vie digne ? S’il obtient une réponse affirmative, qu’il opte pour la reconduction.

Que ceux parmi vous qui appartenaient jadis à la classe moyenne et qui frôlent aujourd’hui la pauvreté se demandent s’ils ont le moindre espoir de voir leur situation sociale s’améliorer sous ce mandat. S’ils obtiennent une réponse affirmative, qu’ils optent pour la reconduction.
Que les plus pauvres et les plus nécessiteux se demandent si la reconduction du pouvoir actuel aujourd’hui leur épargnera l’humiliation demain. S’ils obtiennent une réponse affirmative, qu’ils optent pour la reconduction.

Que les déplacés se rappellent ce qu’il est advenu aux promesses de retour à leurs maisons et qu’ils demandent à leurs rêves partis en cendres où en est leur espoir dans un retour digne. S’ils trouvent la réponse dans la caisse des déplacés, qu’ils optent pour la reconduction.

Que les jeunes parmi vous s’interrogent sur l’état d’égarement et de dispersion dans lequel ils se débattent. S’ils reconduisent un pouvoir qui les a traités en un produit d’exportation, parviendront-ils à s’installer dans leur pays et à ne plus emprunter le chemin de l’émigration ? S’ils obtiennent une réponse affirmative, qu’ils optent pour la reconduction.

Interrogez-vous sur vos ruines et vos vestiges, fierté de votre civilisation. S’ils ne sont pas sur la voie de l’anéantissement et de la disparition, optez pour la reconduction.

Interrogez-vous sur l’environnement pollué et contemplez-le : s’il ne vous semble pas en détérioration continue et abandonné à un sort inéluctable, optez pour la reconduction.

Penchez-vous sur le discours de vos dirigeants politiques sur la cohésion et l’unité nationales. S’il vous apparaît qu’ils s’y sont engagés, même imperceptiblement, optez pour la reconduction.

Demandez aux députés loyalistes actuels de vous expliquer les lois dont ils ont entravé la promulgation. Si vous arrivez à trouver dans cette entrave le moindre intérêt pour vous ou pour votre pays, optez pour la reconduction.

Demandez aux pantelants parmi eux, et à tous ceux qui gravitent autour d’eux, avides de vous représenter au parlement s’ils sont maîtres de leurs décisions. S’ils vous semblent jouir de cette liberté, optez pour la reconduction.

Que les juges s’interrogent sur la réputation de la justice. S’ils en sont satisfaits, qu’ils optent pour la reconduction.

Que les journalistes et les professionnels des médias se demandent à quel point ils jouissent de la liberté d’expression et d’opinion. S’ils en sont satisfaits, qu’ils optent pour la reconduction.

Demandez à la Trésorerie à combien s’élève la dette publique, aussi bien interne qu’externe. S’il vous semble que vos enfants et vos grands enfants pourront la rembourser sans soumission ni aliénation, optez pour la reconduction.

Demandez à qui appartiennent les projets prodigieux en cours ? Dans l’intérêt de qui sont-ils ? Interrogez-vous sur les compagnies géantes qui ont été récemment établies, et continuent d’être établies. Si vous trouvez que les libanais en détiennent les actions et bénéficient de leur rendement, optez pour la reconduction.

Demandez aux nantis jusqu’à l’opulence et assoiffés de pouvoir par qui et pour qui dirigeront-ils le pays ? Si c’est par vous et pour vous, optez pour la reconduction.

Le Liban se trouve aujourd’hui à un croisement décisif de son histoire et de sa vie politique et nationale. Les élections que prévoient les dirigeants, avec les dispositifs et les fonds qu’ils y consacrent ainsi que le pouvoir de désinformation qu’ils y utilisent, constituent un piège hautement dangereux. Prenez garde de ne pas y succomber, évitez-le et ne laissez personne vous leurrer : ceux qui ont tenu les rênes du pouvoir pendant dix sept ans consécutifs sont incapables de changement sinon ils l’auraient réalisé. Ils sont soit incompétents ou mal intentionnés et dans les deux cas, le résultat est le même. Ce champ d’ivraie ne vous donnera pas du bon blé et dans toutes ces ronces pas un seul figuier ne poussera.

Sachez, chers compatriotes, que les ressources de l’économie libanaise sont aujourd’hui au plus bas et que l’état des finances est à la merci du volume des dépôts bancaires. En effet, la mauvaise politique financière adoptée par les forces au pouvoir et fondée sur les taxes et l’endettement à des taux d’intérêt élevés a centuplé les dettes, paralysé nos secteurs de production et transformé notre société en une société rentière.

Les expériences passées vous ont assez leurrés tout au long de dix sept ans, ne vous laissez pas leurrer pendant quatre autres années. Les élections sont prochaines et représentent une occasion de salut pour vous ; saisissez-la en optant pour le changement.

Vive le Liban.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :