Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Visite surprise de Hillary Clinton

Posted by jeunempl sur avril 26, 2009

Radio Canada

La secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, a effectué dimanche une visite au Liban qui n’avait pas été annoncée à l’avance, tout comme son passage en Irak, la veille.

Mme Clinton a rencontré le président Michel Sleimane pour discuter notamment des élections législatives au Pays du Cèdre, prévues le 7 juin prochain. « Le peuple libanais doit être en mesure de choisir librement ses représentants, à l’abri des violences, de l’intimidation et de l’influence extérieure », a déclaré la chef de la diplomatie américaine dans un communiqué remis aux journalistes.

Hillary Clinton souhaitait aussi rassurer le Liban, et sa fragile majorité antisyrienne, quant à la volonté exprimée par les États-Unis d’ouvrir un dialogue avec la Syrie. La secrétaire d’État a notamment salué le premier échange d’ambassadeurs en 60 ans entre le Liban et la Syrie.

« Je voulais rassurer tous les citoyens libanais. Les États-Unis ne feront jamais d’arrangement avec la Syrie qui trahira le Liban ou le peuple libanais », a déclaré Mme Clinton en conférence de presse, après sa rencontre avec M. Sleimane. Les relations entre les États-Unis et la Syrie sont tendues depuis plusieurs années, surtout en raison de l’invasion américaine de l’Irak, en 2003, et de l’assassinat de l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri, en 2005, dont on soupçonne qu’il a pu être planifié par les autorités syriennes.

Hillary Clinton devait d’ailleurs se rendre à la tombe de Rafic Hariri, dimanche. Washington n’avait toutefois pas prévu de rencontre avec un représentant du Hezbollah chiite, préférant plutôt se limiter à l’entretien M. Sleimane, dirigeant de consensus, et ainsi éviter toute apparence de partialité.

Le Hezbollah est sur la liste des organisations considérées comme terroristes par les États-Unis depuis 1997. L’administration du président Barack Obama a déjà indiqué qu’il n’y aurait aucun dialogue avec le Hezbollah à moins que ce dernier reconnaisse Israël et renonce à la violence.

Prenant acte des informations selon lesquelles le Hezbollah gagnerait du terrain en vue de l’élection, le numéro deux du parti, cheikh Naïm Kassem, a affirmé à l’Agence France Presse que les États-Unis ne pourraient plus ignorer la formation chiite, surtout en cas de victoire aux législatives. « L’un des ambassadeurs européens nous a informés que les Américains traiteraient avec n’importe quel gouvernement », a dit M. Kassem.

Sur les ondes de la chaîne du Hezbollah, un porte-parole du parti, Ibrahim Moussaoui, a plutôt parlé « d’interférence américaine ». Il a accusé les États-Unis de tenir un double discours, en encourageant les mouvements islamistes à participer aux élections, tout en refusant de reconnaître les résultats en cas de victoire.

Dans son communiqué, Hillary Clinton a également promis que les États-Unis continueraient à soutenir les voix modérées et les institutions au Liban. Depuis 2006, Washington a fourni 1 milliard de dollars au Liban, dont près de la moitié à l’armée et à la police libanaises

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :