Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Georges Ibrahim Abdallah: décision le 5 mai

Posted by dodzi sur mars 26, 2009

Le Nouvel Observateur

geoges-ibrahim-abdallahLa chambre de l’application des peines de la cour d’appel de Paris, statuant en matière terroriste, a mis en délibéré au 5 mai sa décision sur la demande de libération conditionnelle du Libanais Georges Ibrahim Abdallah, 57 ans, condamné en 1987 à la réclusion criminelle pour l’assassinat de deux diplomates en France, a-t-on appris de sources judiciaires.

Depuis la loi sur la rétention de sûreté, les détenus qualifiés de dangereux doivent être examinés par une commission pluridisciplinaire chargée de se prononcer sur leur dangerosité avant une demande de libération conditionnelle. Selon le comité de soutien à Georges Ibrahim Abdallah, l’avis de la commission a été négatif.

« Il revendique ses actes et les justifie par son engagement politique; il se présente comme un ‘résistant’ qui, à l’époque, luttait par la violence contre l’occupation du Liban par Israël, avec la complicité des Etats-Unis (…) Sa dangerosité est démontrée par son indifférence pour le sort des victimes et la force intacte de ses convictions qui peuvent à nouveau, si le contexte politique s’y prêtait, le pousser à se comporter en activiste résolu et implacable », explique la commission dont une partie de l’avis a été rendu public par le comité de soutien.

Le 10 octobre 2007, une première demande avait été rejetée par le tribunal d’application des peines, jugeant insuffisantes les garanties de réinsertion du fondateur des Fractions armées révolutionnaires libanaises (FARL). Incarcéré à Lannemezan (Hautes-Pyrénées), Abdallah s’est déjà vu refuser sa remise en liberté en septembre 2005.

Georges Ibrahim Abdallah est né en 1951. Vers 1969, il rejoint le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) du Dr Georges Habache, un chrétien de rite grec-orthodoxe, au sein duquel il rencontre Illitch Ramirez Sanchez, plus connu sous le pseudonyme de Carlos.

Au début des années 1980, Abdallah fonde les FARL avec ses frères, cousins et proches. Ce groupe aux allures de clan familial revendique au total huit « actions » de 1981 à 1984.

Le 18 janvier 1982, Charles Ray, attaché militaire adjoint à l’ambassade des Etats-Unis, est assassiné d’une balle de 7,65mm dans la nuque en sortant de chez lui. Les FARL signent à Beyrouth leur première revendication. Le 3 avril de la même année, Yacov Barsimentov, deuxième secrétaire à l’ambassade d’Israël, subit un sort semblable. Le 26 mars 1984, le consul américain à Strasbourg, Robert Onan Homme, échappera d’extrême justesse à un attentat.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :