Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

« A l’aise » au Metn et à Beyrouth I, le courant patriotique libre prévoit un bloc de plus de 35 députés après avoir assuré qu’il ne « pardonnera » pas le passé

Posted by jeunempl sur mars 20, 2009

El Nashra – Paula Astih

michel-aoun_electionsLa période s’étendant entre 2005 et 2009 a témoigné d’évènements qu’aucune nation n’a connu en un laps pareil de temps. Assassinats de chefs politiques, vide présidentiel, élection présidentielle, renversement de gouvernement, formation de gouvernement, conflits dans les rues menaçant de se transformer en guerre civile, alliances historiques réunissant le Courant Patriotique Libre, le chrétien par excellence, et le Hezbollah, parti chiite le plus important.

Beaucoup d’évènements se sont produits modifiant toutes les positions. Mais le peuple libanais guette les prochaines législatives qui introduiront une nouvelle phase dans le pays.

A ce niveau, le Courant Patriotique Libre, dont le rôle est fondamental, est accusé par la majorité d’avoir renversé ses principes. Toutefois ce courant, dirigé par le général Michel Aoun, attend les législatives pour confirmer la justesse de ses attitudes et de ses prises de position.

Allié au Hezbollah, le général Aoun a entrepris deux visites « historiques », en Iran et en Syrie. Il espère jouir d’un « feu vert chrétien » pour compléter sa mission.

Moukheyber : Les batailles électorales se produiraient dans l’Ouest-Békaa, à Zahlé, à Batroun, à Koura et dans la première circonscription de Beyrouth

Antoine Moukheyber, coordinateur général des élections au courant patriotique libre, révèle que les sondages au sein du courant sont menés par Nassib Hatem et Kamal Feghali. Il énumère alors les régions chrétiennes où une « victoire aouniste » serait relativement facile: Jbeil, Jezzine, Keserwan, Baabda. Toutefois, il estime que la bataille sera « difficile » dans l’Ouest-Békaa, la première circonscription de Beyrouth, à Zahlé, Batroun et Koura.
Quant au Metn Nord, Moukheyber précise: « La situation au Metn est critique, mais nos sondages montrent que nous devançons l’autre groupe, surtout que le député Michel Murr a tranché sa décision ».

Il ajoute que 35000 « volontaires » s’activent au sein de la machine électorale, en plus de 5000 personnes qui ont rempli les formulaires, via Internet, se mettant à la disposition du CPL.

Au niveau des candidatures, il annonce que les identités des candidats seront proclamées progressivement. Il ajoute que les listes seront complètes, même au Metn Nord, avant de se reprendre: « Rien n’est définitif dans le monde de la politique ». Assurant que le conflit relatif à la circonscription de Jezzine, il révèle qu’une réunion regroupera prochainement le général Michel Aoun, chef du bloc du changement et de la réforme, Sayyed Hassan Nasrallah, Secrétaire général du Hezbollah, et Nabih Berry, président de la Chambre des députés, afin de résoudre tous les différends d’ordre électoral.

Quant au financement de la campagne électorale, il déclare: « Au niveau local, le financement est prodigué par des donateurs, des partisans et des activistes. Au niveau extérieur, nos partisans constituent la source financière essentielle ». A ceux qui accusent le CPL de recevoir des sommes d’argent de certains pays, Moukheyber dit: « Nous recevons des sommes de toutes les personnes et de tous les pays, sans leur permettre de nous imposer leurs conditions, parce que nous ne sommes les recrus de personnes ».

Mozaya : L’expression « Il faut pardonner le passé » ne fait pas partie de notre vocabulaire

chamelmouzayaLe député Chamel Mozaya, membre du bloc du changement et de la réforme, considère que le CPL serait totalement prêt pour participer aux élections de 2009. Selon lui, le peuple libanais est totalement conscient de la corruption de l’autre groupe et des pots-de-vin qu’il offre aux émigrés. Il assure qu’en cas de réussite, le courant luttera contre la corruption afin d’en purifier toutes les institutions étatiques. Et d’ajouter: « Le pardon vis-à-vis des erreurs du passé ne fait pas partie de notre vocabulaire ».

D’autre part, Mozaya rejette les propos évoquant « l’extrémisme chrétien » censé affronter « l’intégrisme chiite ». D’ailleurs, note-t-il, « les militants de la Résistance sont les personnes les plus honnêtes et les plus équitables ».
Quant aux régions qui témoigneront de dures batailles électorales, il mentionne les zones suivantes: Battroun, Zahlé, Koura et le Metn Nord. Selon lui, « il s’agit des circonscriptions dont les maires ont été délégués vers l’extérieur afin d’acheter les consciences de certains émigrés ».

Sur un autre niveau, Mozaya a décrit la relation du CPL avec les autres partis:
– Liens normaux avec les Forces Libanaises: pas de dialogue, pas de provocation, mais l’hostilité ne durera pas indéfiniment.
– Relation normale avec le parti « Kataëb », mais moins tendue qu’avec les FL.
– Pas de relations avec le parti socialiste progressiste.
– Relation ordinaire avec le courant du Futur, « mais nous aurons apprécié qu’il se joigne au document d’entente que nous avons établi avec le Hezbollah ».

Kamal Feghali : Le bloc parlementaire du général Aoun comprendra 10 à 15 députés de plus

Vote - UrneKamal Feghali, chercheur expert dans les affaires électorales, révèle, après deux mois de sondages, que les résultats montrent un « avancement » de l’opposition.

Cette dernière a progressé de 5% au Keserwan et de 9% au Metn Nord. Mais elle a obtenu des scores égaux à ceux de la majorité à Zahlé.
Feghali estime que les résultats seraient en faveur de l’opposition, surtout à l’ombre des évènements régionaux, notamment les réconciliations inter arabes.

Dans cet ordre, il n’exclut pas l’éventualité que les derniers moments verraient la naissance de listes électorales communes entre les deux camps.
Quant au bloc parlementaire du général Aoun, Feghali estime que dix à quinze députés de plus s’y joindraient, répartis comme suit: cinq sièges supplémentaires au Liban Nord, cinq sièges à Baabda, un siège dans l’Ouest-Békaa, deux ou trois sièges dans la première circonscription de Beyrouth.

Les prochaines législatives constitueraient une évaluation les nouvelles alternatives du général Aoun

Rozana Bou Mounsef, analyste politique, écarte la présence d’un « extrémisme chrétien » face au chiisme. Elle note que les élections de 2009 consisteraient en une évaluation des nouvelles alternatives adoptées par le général Michel Aoun, surtout en ce qui concerne l’alliance avec le Hezbollah et l’ouverture sur la Syrie.

Selon elle, les circonscriptions qui seront sujettes aux batailles électorales tendues, sont: Zahlé, Keserwan, Jbeil, Metn, Batroun et Koura.

Quant à la suspension du dialogue entre les différents partis libanais, Bou Mounsef précise que « les dirigeants libanais héritent des rivalités et des désaccords ». Elle ajoute que l’intérieur libanais a besoin d’une reconsidération de ses alternatives, tout en prenant comme exemple à l’appui le document d’entente signé par le courant patriotique libre et le Hezbollah, ainsi que l’entente entre le courant du Futur et les Forces Libanaises.

Après les élections, une nouvelle tournure s’établira dans le cadre d’un gouvernement d’unité nationale

Sleiman Takieddine, analyste politique, considère que l’alliance « Hezbollah – CPL » a résisté à plusieurs obstacles depuis son établissement, tout en notant que la majorité populaire se rend compte de l’importance de cette entente. Écartant toute possible régression de la popularité du général Aoun suite à son accord avec le Hezbollah, il précise « qu’au contraire, l’entente avec le Hezbollah a élargi la popularité du général même dans les régions non chrétiennes.

Selon Takieddine, Aoun n’a pas modifié son programme, mais uniquement son discours politique. « La principale réclamation du général était le retrait syrien et ensuite, de bonnes relations avec la Syrie s’établiraient », déclare-t-il; et d’ajouter: « La question des armes de la Résistance requiert un dialogue national, sinon nous aboutirons à une guerre, ce que le général ne désire pas ». Il conclut alors: « Le général Aoun n’a pas changé de position, il est simplement en train d’approcher les évènements d’une manière différente ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :