Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Liban : disparition du faux témoin de l’affaire Hariri

Posted by jeunempl sur mars 11, 2009

Altermonde Sans Frontières
Rafik HaririL’enquête sur la mort de Rafic Hariri (photo ci-contre), assassiné en février 2005, se complique un peu plus.
Personnage clé en 2005, placé sous protection de la France, ce Syrien est devenu embarrassant après de fausses déclarations. Il est aujourd’hui introuvable.

La france s’est-elle débarrassée, à bon compte, d’un personnage encombrant, à quelques mois de l’installation du tribunal international chargé de juger les assassins de l’ancien premier ministre libanais, Rafic Hariri ? La question se pose, après la mystérieuse disparition de Zouheir Assadiq de son domicile de Chatou en banlieue parisienne, où il était pourtant « surveillé » par la police.

« Récupéré » par la France en août 2005, l’homme est un membre des services de renseignements syriens recruté par le clan Hariri, qui fit de fausses déclarations à la justice internationale pour « charger » Damas et son allié libanais de l’époque, l’ancien président de la République, Émile Lahoud (Nos éditions du 30 novembre 2005). Assadiq a quitté sa maison le 13 mars. Selon la version officielle que nous a livrée la DST « sa famille se trouve aujourd’hui à Abu Dhabi, mais nous ne sommes pas sûrs de là où il est. Il est très vraisemblable qu’il ait quitté le territoire, mais on ne peut pas tout dire, c’est une affaire sensible. » Précision supplémentaire : « Nous n’avons pas participé à son départ. Mais on ne souhaitait plus le voir chez nous, c’est un affabulateur, un type plus que douteux. »

Ses interrogateurs s’en apercevront tout au long de ses deux ans et demi de présence en France, où il sera d’abord arrêté en vertu d’un mandat international, avant d’être remis en liberté.

« Coup monté »

Un retour en arrière s’impose pour remonter aux sources de la « manip ». Quelques mois après l’assassinat de Hariri en février 2005, l’entourage de l’ancien premier ministre rentre en contact avec un homme qui affirme détenir de lourds secrets. Chauffeur d’un général syrien à Beyrouth, Assadiq est exfiltré vers l’Arabie saoudite, où des proches de Saad Hariri, l’héritier, commencent à le « briefer ». Au Liban, Detlev Melhis, le procureur allemand en charge de l’enquête, est à la peine. Les témoignages abondent. Mais les preuves d’une implication syrienne manquent. Les ­pro-Hariri, qui collaborent étroitement avec la commission Mehlis, vont alors « faire endosser à Assadiq des informations recueillies par ailleurs ». Mais il faut un pays pour l’interroger. Au nom de l’amitié qui unissait Jacques Chirac à feu Rafic Hariri, l’ancien président accepte que les enquêteurs de l’ONU viennent dans l’Hexagone questionner le suspect. Assadiq sera exfiltré par les autorités françaises. Jacques Chirac savait-il qu’il s’agissait d’« un coup monté » ? Pas sûr. Mais dès ses premiers interrogatoires, la DGSE s’en aperçoit, et refile la « patate chaude » à la DST. Assadiq est d’abord gardé par une équipe du Raid, qui demande rapidement à être déchargée de sa protection. « Il était incontrôlable », se souvient un diplomate.

Le faux témoin finit par se griller en racontant aux policiers « avoir été payé pour dire ce qu’on lui a demandé de dire afin de faire avancer l’enquête dans le sens souhaité », confesse un connaisseur du dossier. Fin août 2005, hilare, Assadiq appelle même son frère Imad pour lui annoncer qu’il est devenu « millionnaire ». La « petite frappe » devient embarrassante. Qu’en faire ? Le Liban le réclame, mais la France ne peut l’extrader dans un pays où la peine de mort est encore appliquée. Assadiq patientera donc à Chatou, et la presse libanaise finit par s’en désintéresser, jusqu’à son évaporation le mois dernier.

« Je me cache en un lieu proche du territoire français »

Plusieurs hypothèses sont possibles. Le faux témoin est parti de sa propre initiative. Les Syriens l’ont récupéré au cours d’une opération clandestine. Les Français l’ont « planqué » pour le soustraire à la justice internationale. La plus vraisemblable serait ailleurs : « ceux qui l’ont amené en France, c’est-à-dire le camp Hariri, l’ont neutralisé en le mettant à l’abri », souligne un expert du renseignement, qui a suivi l’affaire. Avec ou sans l’aval de Paris ? « C’est techniquement possible que les Français ne soient pour rien dans son départ, ajoute un policier, dans la mesure où, aucune charge n’étant retenue contre lui, Assadiq était libre de ses mouvements, et sa surveillance n’était pas permanente. » En fait, selon une source diplomatique de haut rang, « la France, depuis septembre dernier, n’en voulait plus, le clan Hariri lui a alors coupé les vivres pour le faire partir, mais aujourd’hui, les proches de Saad Hariri le gardent vraisemblablement dans leurs radars. »

Avant-hier, Assadiq a redonné signe de vie, en parlant au journal koweïtien As-Syasiah. « Je me cache en un lieu tenu secret, proche du territoire français et du Tribunal international (La Haye, NDLR), et je suis en bonne santé. » Il ne serait donc pas avec sa famille dans les Émirats. Mais que valent de telles déclarations ? Seule certitude : Assadiq n’a pas été liquidé, comme son frère, Imad, l’a laissé entendre à un journaliste à Damas. La presse syrienne, proche du pouvoir, accuse la France d’avoir « facilité sa disparition ». Accusations reprises par son allié, le Hezbollah au Liban : « La France détient-elle des informations susceptibles d’influencer l’enquête et qui ont été cachées ? » s’interroge l’un de ses députés, Hassan Fadlallah.

En le mettant au secret, ses « protecteurs manipulateurs » ont voulu éviter que leur client les discrédite devant le tribunal international. Mais d’ici là, encore faudrait-il que l’aigrefin se taise.

Publicités

Une Réponse to “Liban : disparition du faux témoin de l’affaire Hariri”

  1. Article tres interessants qui m’ouvrent de nouvelles pistes de recherches.

    http://conspiright.wordpress.com/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :