Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Le Tribunal Spécial pour le Liban débutera dimanche où des surprises se produiraient… quant au budget coincé, il n’a pas été discuté par les ministres!

Posted by jeunempl sur février 27, 2009

El Nashra

En attendant que le Tribunal Spécial pour le Liban (TSL) entame ses activités, des détenus sont subitement libérés après trois ans de captivité… Certains guettent les « jugements » de ce Tribunal… Le budget reste « coincé » indéfiniment. C’est ainsi que les centres d’intérêt sont variés au Liban lors des dernières heures.

D’abord, les frères Ahmad et Mahmoud Abdelaal et le Syrien Ibrahim Jarjoura venaient à peine d’être libérés, que les milieux politiques, légaux et populaires ont commencé à poser des interrogations, surtout que cette libération précède de quelques jours le début des activités du TSL. Par conséquent, la question de la détention des quatre officiers a de nouveau été soulevée. Ces officiers demeurent dans leurs cellules, clamant leur innocence et attendent le jugement du Tribunal.

A ce niveau, un avocat de ces officiers a informé le quotidien As-Safir qu’il n’exclut pas l’éventualité que l’enquêteur judiciaire Sakr Sakr puisse avoir recours à la libération de l’un des officiers dans les prochaines heures. Il ajoute que le juge Sakr a accordé un délai de vingt-quatre heures pour accepter ou refuser. De son côté, le Maître Akram Azoury, avocat du général Jamil Sayyed, avait déclaré dans une série d’entretiens journalistiques, que les officiers recouvreront leur liberté dans quelques semaines.

En parallèle, les préparatifs du lancement du TSL, qui aura lieu dimanche prochain, ont constitué l’axe des attitudes des dernières heures. A ce niveau, le ministre de la Justice Ibrahim Najjar a tenu une conférence de presse qu’il a entamée par la lecture d’une lettre officielle adressée au TSL, créé en vertu de la Résolution 1757 de l’ONU. « Les autorités libanaises acceptent de transférer les prérogatives judiciaires en matière du code pénal du Liban en faveur d’une justice non libanaise n’était pas seulement nécessaire, mais indispensable tant les crimes commis étaient sans précédent », a commencé par rappeler le ministre Najjar, avant d’annoncer officiellement que la justice libanaise remettra « tous les dossiers, tous les procès-verbaux, tous les résultats des enquêtes et tous les détenus » au TSL, « ce qui veut dire », a-t-il précisé, que le Liban « accepte de coopérer » avec ce tribunal et de respecter ses « engagements internationaux ». Najjar a également annoncé que le transfert des quatre officiers ne nécessite pas l’accord du Conseil des ministres, précisant encore une fois que cela requiert que le Liban obéisse strictement à tout ce que demanderait le TSL. « Cela n’implique aucune réévaluation politique, aucune intervention de l’Exécutif dans le judiciaire », a-t-il expliqué, rappelant la sacro-sainte séparation des pouvoirs. Et d’expliquer que le TSL dispose d’un délai de deux mois, c’est-à-dire jusqu’à la fin avril, pour décider qui des suspects devraient être transférés aux Pays-Bas. « Nous attendons la décision » du tribunal, a-t-il déclaré.

Sur un autre niveau, suite à la réunion du conseil des ministres, Tarek Mitri, ministre de l’Information, a annoncé que les ministres ont approuvé le projet d’un décret qui organiserait la supervision internationale des prochaines législatives. De plus, ils ont déterminé la somme plafond que le candidat a le droit de dépenser pour mener sa campagne électorale.
Mais « l’absent essentiel » de cette réunion était sans doute le « projet du budget national »… Un budget coincé qui attend un miracle que le général Michel Sleiman, président de la République, s’active à réaliser. Bien que sa mission semble « impossible », une source ministérielle précise, dans un entretien accordé au quotidien An-Nahar, que les prochains jours témoigneront d’une reprise des discussions concernant le Conseil du Liban Sud.

Mais si les ministres ont évité d’aborder ce sujet, Gebran Bassil, ministre des Télécommunications, a proposé que le projet du budget soit voté lors de la prochaine réunion, à condition d’en éliminer les budgets des Conseils (Conseil du Liban Sud, Haut Comité de Secours et Caisse des Déplacés). Cette procédure préparerait l’annulation progressive des caisses et des conseils. Selon le quotidien As-Safir, le président Sleiman semble approuver cette suggestion et a demandé aux ministres de l’étudier.

En même temps, le quotidien An-Nahar rapporte deux conflits qui ont eu lieu lors de la session ministérielle, opposant le ministre dees Affaires étrangères et des Emigrés Fawzi Salloukh d’un côté, au ministre du Tourisme Elie Marouni et au ministre d’Etat Nassib Lahoud de l’autre. Marouni s’est opposé à la décision de Salloukh de soutenir la candidature de l’Emigré Arab Hobballah au poste de secrétaire général à l’organisation mondiale du tourisme. D’ailleurs, le Liban avait accepté la décision de 21 pays arabes que l’ancien ministre jordanien du Tourisme serait le candidat à ce poste. Selon Marouni, la décision de Salloukh provoquerait un problème entre le Liban et la Jordanie dont 30000 touristes arrivent chaque année au Liban. Le président Sleiman est intervenu à ce niveau, réclamant que ce sujet soit discuté plus tard. Dans le deuxième conflit, Salloukh a évoqué les activités des ambassadeurs au Liban, et la nécessité qu’ils se limitent aux « principes diplomatiques ». Le ministre Lahoud a répondu qu’alors les ambassadeurs libanais à l’étranger seraient traités de la même manière.

En ce moment, l’attention américaine accordée au Liban apparaissait sous sa meilleure forme. Dans cet ordre, le président américain Barack Obama a contacté son homologue libanais Michel Sleiman pour lui réaffirmer que « les Etats-Unis soutiennent la souveraineté et l’indépendance du Liban ». Obama a salué les efforts déployés par Sleiman pour instaurer la stabilité politique et économique au Liban.

Dans le même ordre, le quotidien As-Safir rapporte d’après des sources de Washington que le général Jean Kahwaji, commandant en chef de l’armée libanaise, s’est réuni hier avec plusieurs responsables militaires, notamment le général David Petraeus, chef du commandement central de l’armée américaine et l’amiral Michael Mullen, chef d’état-major interarmées. Mullen a également organisé un banquet en l’honneur de Kahwaji. Suite à une entrevue avec l’ambassadeur Jeffrey Feltman, secrétaire d’Etat adjoint au Proche-Orient par intérim, ce dernier lui a promis que les Etats-Unis continueront de soutenir le Liban, et de renforcer et d’améliorer les capacités de l’armée libanaise.

En même temps, les répercussions de la conférence de presse tenue par l’évêque Bechara El-Raï, président du comité épiscopal, se poursuivent. Le quotidien « As-Safir » estime alors que le conseil des ministres, qui se tiendra la semaine prochaine, qu’il pourrait approuver les déclarations d’El-Raï.

D’autre part, une délégation du bloc du changement et de la réforme s’est entretenue hier avec le Monseigneur Luigi Gatti, ambassadeur apostolique au Liban, au sujet du sketch diffusé par le dixième canal de la télévision israélienne. Ensuite, le député Nabil Nicolas a affirmé que les propos de l’évêque El-Rahi « lui ont rappelé le Moyen-Age, quand l’Eglise interdisait toute opinion qui ne lui corresponsait pas, ce qui l’a menée à la division ». Nicolas s’est demandé: « Où était l’Eglise lorsque des Chrétiens étaient tués par d’autres Chrétiens? Pourquoi ne les a-t-elle pas excommuniés, alors qu’elle menace aujourd’hui d’avoir recours à l’excommunication de ceux qui adoptent une position différente de la sienne? » Nicolas précise qu’il a observé une compréhension concernant les critiques politiques des responsables religieux, et assure que personne ne critique l’Eglise vis-à-vis des sujets religieux, mais politiques.

De plus, « Elnashra.com » a appris qu’une cinquantaine d’habitants maronites de Jbeil ont envoyé une lettre commune à l’évêque de leur diocèse Monseigneur Bechara El-Raï, l’appelant à leur accorder « l’honneur d’être excommuniés ».

En parallèle, le dixième canal israélien continue de porter atteinte aux religions. Moins d’une semaine après les insultes portées contre Jésus-Christ et la Vierge Marie, l’Islam et le Prophète Mahomet ont été victimes, à leur tour, des mêmes injures. D’ailleurs, il semble que la télévision israélienne n’a pas l’intention de mettre un terme aux outrages qu’elle mène, à l’ombre d’un silence international suspect.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :