Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Amnesty International demande aux Etats-Unis de suspendre les ventes d’armes à Israël

Posted by dodzi sur février 24, 2009

The Guardian/Questions critiques

Rory McCarthy à Jérusalem

Des missiles Hellfire et des obus au phosphore parmi les armes utilisées dans les attaques « sans distinction » contre les civils

Une Palestinienne contemple sa maison détruite après une frappe aérienne à Jabalya, au nord de la Bande de Gaza. (Photo : Mohammed Salem/Reuters)

Une Palestinienne contemple sa maison détruite après une frappe aérienne à Jabalya, au nord de la Bande de Gaza. (Photo : Mohammed Salem/Reuters)

Des preuves détaillées de l’utilisation intensive par Israël d’armes de fabrication américaine durant sa guerre contre Gaza, le mois dernier, incluant des obus au phosphore blanc, des bombes de 250 kilos et des missiles Hellfire, ont été établies.

Dans un rapport publié aujourd’hui, Amnesty International a établi la liste des armes utilisées et a appelé à un embargo immédiat sur les armes, contre Israël et tous les groupes armés palestiniens. L’association a appelé le président des Etats-Unis, Barack Obama, à suspendre l’aide militaire à Israël.

L’association des droits de l’homme a déclaré que ceux qui armaient les deux camps dans ce conflit « étaient parfaitement conscient du modèle de mauvaise utilisation répétée par les deux camps et doivent, par conséquent, endosser la responsabilité des violations perpétrés. »

Les Etats-Unis sont depuis longtemps le plus gros fournisseur d’armes à Israël ; en vertu d’un accord vieux de 10 ans, négocié par l’administration Bush, les Etats-Unis doivent apporter 30 milliards de dollars d’aide militaire à Israël.

« Comme tous les principaux fournisseurs d’armes à Israël, les Etats-Unis ont une obligation particulière de stopper toute fourniture qui contribue aux violations flagrantes des lois de la guerre et des droits de l’homme », a déclaré Malcolm Smart, le directeur du programme pour le Moyen-Orient et l’Afrique d’Amnesty. « Dans une large mesure, l’offensive militaire d’Israël contre Gaza a été menée avec des armes, des munitions et des équipements militaires fournis par les Etats-Unis et payés par le contribuable américain. »

Pour leur part, les partisans de la lutte armée à Gaza avaient des « armes rudimentaires », incluant des roquettes fabriquées en Russie, en Iran et en Chine et achetées à des « sources clandestines », dit ce rapport. Environ 1.300 Palestiniens ont été tués et plus de 4.000 blessés durant ce conflit de trois semaines. Du côté israélien, 13 personnes ont été tuées, dont trois civils. Amnesty a déclaré que les forces armées israéliennes avaient mené des « attaques directes contre des civils et des objectifs civils à Gaza, et que ces attaques avaient étaient disproportionnées et effectuées sans distinction. »

Les officiels israéliens ont critiqué ce rapport, disant que l’armée n’a utilisé que des armes légales en vertu de la loi internationale et qu’elle n’avait pas visé intentionnellement des civils. La ministre des affaires étrangères [Tzipi Livni] a dit qu’il était « inapproprié » de comparer les fournitures d’armes à Israël et au Hamas.

« Tous les efforts sont faits pour éviter d’avoir des innocents pris dans échanges de tirs entre nous et le Hamas », a déclaré Mark Regev, le porte-parole du Premier ministre Ehoud Olmert. « Ce rapport ignore le fait que le Hamas ait délibérément utilisé la population civile palestinienne comme bouclier humain. »

Les militants palestiniens ont également tiré des « roquettes sans distinction » contre des civils, a dit Amnesty, qui a appelé à une enquête indépendante sur les violations de la loi internationale par les deux camps.

Un porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a dit que ce rapport était « injuste », disant qu’il n’y avait aucune comparaison entre l’armée israélienne et les « Palestiniens qui se défendent avec quelques fusils et autres moyens primitifs. »

Les chercheurs d’Amnesty à Gaza ont découvert, après les combats, plusieurs fragments d’armes. L’un de ces fragments provenait d’une bombe Mark-82 de 227 kilos à guidage par ailette, qui avait des marques indiquant que des éléments étaient fabriqués par la société américaine Raytheon. Ils ont aussi retrouvé des fragments d’obus d’artillerie au phosphore blanc fabriqués par les Etats-Unis, de marque M825-A1.

Le 15 janvier, plusieurs obus au phosphore blanc, tirés par l’armée israélienne, ont frappé le siège de l’UNRWA (l’Agence onusienne d’aide aux réfugiés) à Gaza-ville, détruisant les médicaments et l’aide alimentaire. Un fragment découvert sur la scène portait des marques indiquant qu’il avait été fabriqué en octobre 1991 par Pine Bluff Arsenal, dont le siège est en Arkansas.

Cette association des droits de l’homme a dit que l’armée israélienne avait utilisé le phosphore blanc dans des zones civiles densément peuplées, ce qu’elle a déclaré être une forme d’attaque sans distinction et un crime de guerre. Ses chercheurs ont retrouvé du phosphore blanc encore en train de brûler plusieurs jours après le cessez-le-feu.

Sur la scène d’une attaque israélienne, qui a tué trois auxiliaires médicaux palestiniens et un garçonnet à Gaza-ville le 4 janvier, Amnesty a découvert des fragments d’un missile Hellfire AGM114, fabriqué par Hellfire Systems Orlando, une joint-venture entre Lockheed Martin et Boeing. Ce missile est souvent tiré depuis les hélicoptères Apache.

Amnesty a dit qu’elle avait trouvé aussi des preuves [d’utilisation] d’un nouveau type de missiles, apparemment tiré depuis des drones, et qui ont explosé en nombreux fragments, des « minuscules cubes de métal de 2 à 4 mm chacun . »

« Ils semblent avoir été conçus pour causer un maximum de dommages », a dit Amnesty. De nombreux civils ont été tués par cette arme, dont plusieurs enfants, a dit l’organisation.

Les roquettes tirées par les militants palestiniens étaient soit des missiles Grad de 122mm, soit des roquettes Qassam de courte portée, une arme d’artillerie improvisée de fabrication locale. Les têtes explosives ont été, soit introduite en contrebande, soit fabriquée avec des fertilisants.

L’arsenal d’armes était « à petite échelle comparé à [celui d’] Israël », a dit Amnesty, ajoutant que la gamme de l’arsenal de roquettes déployées par le Hezbollah dans la guerre du Liban de 2006 était « hors de portée des groupes militants palestiniens ».

Leur armement

Israéliens : Les missiles lancés depuis les hélicoptères et les drones, incluaient des canons de 20mm et des missiles Hellfire. Des bombes plus grosses à guidage laser et autres, larguées depuis des F-16. Une utilisation intensive d’obus d’artillerie au phosphore blanc de 155mm de fabrication américaine et des obus éclairant de fabrication israélienne de 155mm qui éjectent des petites bombes au phosphore blanc par parachute. Plusieurs morts ont été causées par des fléchettes, de 4cm de long, empaquetées dans des obus de char de 120mm et des fragments d’obus de char de 120mm de fabrication américaine.

Palestiniens : Les militants ont tiré des roquettes dans le sud d’Israël, dont des roquettes Grad de 122mm de fabrication russe, chinoise ou iraniennes, ou des roquettes plus petites Qassam improvisées, souvent fabriquée dans la Bande de Gaza et portant en général une charge explosive de 5kg et des éclats.

Traduit de l’anglais par [JFG-QuestionsCritiques]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :