Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Le général Michel Aoun appelle les responsables à trouver une solution rapide au dossier épineux des réfugiés en Israel

Posted by jeunempl sur février 9, 2009

El Nashra

aoun nasrallahDans une interview accordée à l’OTV, le général Michel Aoun, chef du bloc du « Changement et de la réforme » affirme que plusieurs clauses du document d’entente avec le Hezbollah, se sont réalisées comme l’interaction des libanais même en période de crise, la loi électorale, les relations avec la Syrie et le plan de la réforme, en attendant que d’autres sujets aussi importants se réalisent comme le retour des réfugiées en Israël et des autres disparus.

Selon Michel Aoun, la première clause du document d’entente prévoit le principe du dialogue entre tous les Libanais. Ce principe s’est réalisé en premier au parlement libanais et il se poursuit sous l’égide du président de la république, et les Libanais ont réalisé que le dialogue est la seule solution à tous leurs problèmes.

Au sujet des armes du « Hezbollah », Aoun trouve que c’est un problème interne qui ne peut être résolu que par le dialogue et l’instauration de la confiance entre les parties, et il faudrait trouver un moyen pour annuler la résolution 1559.

Puis, le général Aoun confirme que ce document d’entente est stratégique et ne rentre pas dans le cadre d’une alliance tactique, comme il forme un exemple type d’une entente entre deux parties qui avaient à la base des idées divergentes et ont finit par trouver des points communs et sont parvenues à défendre et s’adapter à ce modèle de coexistence. Mais le général Aoun ne nie pas l’existence des différences entre le « Courant Patriotique Libre » et le « Hezbollah », et ceci ne signifie pas que la différence se transforme en différend, et chaque partie respecte le droit à la différence de l’autre.
Le Général Aoun déclare que « le 6 Février représente un modèle d’harmonie entre les composantes de la société libanaise alors que le 5 Février représente la sédition et la destruction ».

Et pour terminer, Michel Aoun considère que ce document a survécu à des crises graves comme la guerre de juillet et l’incident de Mar Mikhayel, et les épisodes des chapelets et des graffiti ne pourront pas l’ébranler. « Ce document restera une page brillante dans l’histoire du Liban moderne, et à l’époque des changements, la société libanaise évolue pour devenir une société civile qui servira d’exemple au Moyen-Orient.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :