Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Retrospective: reportage sur la résistance aouniste contre l’occupation syrienne (1ère partie)

Posted by dodzi sur février 7, 2009

MPLBelgique.org

Le Courant Patriotique Libre défend la souveraineté du Liban depuis la fin de la guerre civile. Ce reportage en cinq parties nous rappelle l’histoire du CPL et de ses résistants, qui malgré toutes les menaces, les emprisonnements et les tortures, ont lutté sans cesse contre l’occupant!

Au courant des années ’90, l’occupant syrien fait de plus en plus sentir sa présence. Sommé par l’illégitime accord de Taëf de restaurer la stabilité et l’état de droit au Liban, il agit en tant qu’occupant dictateur, imposant sa loi sur son impuissant pays voisin.

Un groupe de jeunes étudiants libanais prend le flambeau de la résistance, et raconte les péripéties qu’ils vivent, malgré toutes les menaces qui pèsent sur leurs vies. Ils sont surveillés jours et nuits, tous ont été arrêtés au moins une fois par les services de renseignements syriens, mais ils n’abandonnent cependant pas la lutte!

Au Liban, le régime syrien contrôle le gouvernement, l’armée, la police et les institutions judiciaires, mais pas ce groupe de jeunes patriotes, qui de plus en plus gagnent l’attention et le respect de tout le pays.

Ziad Abs, un des activistes les plus connus du CPL, fût arrêté plus de 20 fois en 9 ans, et poursuivi en justice pour « dégradation des relations avec un pays ami ».

Parler de la présence syrienne et de leur exploitation des ressources libanaises est formellement interdit. Autrefois, ils justifiaient leur présence en mentionnant l’occupation israélienne. Mais avec le retrait d’Israël du Sud du pays, en mai 2000, leur justification est caduque.

Ziad Abs raconte certaines de ses arrestations. L’occupant syrien dispose de 35 à 40.000 soldats, assistés par 25.000 agents de services de renseignement. Le prix à payer pour le retrait israélien et syrien vaut la peine. La lutte menée par le général Michel Aoun en 1989, se poursuit par une lutte clandestine, menée par les patriotes libanais.

Les Syriens disposent de nombreuses bases d’interrogation, de torture. Les cas les plus graves sont envoyé d’abord à Anjar, le chef lieu de l’occupant, puis dans les prisons syriennes en Syrie, dont on ne revient pas.

Dans une série de manifestations, les étudiants libanais sont descendus dans le rues pour protester contre la présence syrienne et les injustices commises contre les Libanais. Les manifestants réclamaient la libération de Ziad et de 5 autres disparus. Les chaîne télévisées libanaises n’ont jamais rapporté les manifestations. 15 personnes furent arrêtées, et 20 autres envoyées à l’hôpital. Dans les semaines qui suivirent, une douzaine d’autres ont été également arrêtées, kidnappées dans leurs maisons ou interpellées dans la rue.

(suite du reportage très prochainement)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :