Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

De grandes attentes sur le Proche-Orient

Posted by dodzi sur janvier 20, 2009

Le Figaro
Silencieux depuis le début de l’opération contre le Hamas à Gaza, Barack Obama doit s’exprimer sur le sujet dès qu’il sera officiellement investi.

Pressé de toutes parts de passer immédiatement à l’action, à la tête d’une Administration démocrate soucieuse de rattraper au plus vite les erreurs et l’inaction de George Bush, Obama hérite d’une situation qui ne permet pas de reprendre le processus de création d’un État palestinien là où il s’était arrêté à la fin des années 1990.

Israël n’a plus de premier ministre charismatique capable de faire accepter une paix à une opinion qui s’est radicalisée. Les colonies se sont considérablement développées depuis dix ans, grignotant inexorablement la Cisjordanie. Les Palestiniens sont à présent divisés en deux entités ennemies, une Autorité palestinienne discréditée et un Hamas radicalisé.

Obama aura besoin de temps

Les États du Moyen-Orient sont eux aussi divisés entre un front égypto-saoudien, deux pays aux dirigeants octogénaires, et un front irano-syrien, qui a repris une lutte armée indirecte contre Israël, via des mouvements comme le Hamas palestinien et le Hezbollah libanais. Des élections vont avoir lieu dans les prochains mois en Israël, au Liban et en Iran, ainsi qu’en Irak, où les Américains possèdent toujours un important contingent.

Mélange de bonne volonté, de maladresse et de naïveté, l’influence américaine n’a jamais abouti à des avancées décisives, le forcing de Clinton n’ayant pas mieux réussi que l’attentisme de Bush pour résoudre un conflit alimenté par sa propre logique. La plupart des avancées dans la région ont été accomplies sans que les Américains en soient les initiateurs : le voyage de Sadate à Jérusalem et la paix avec l’Égypte, les accords d’Oslo et le traité de paix israélo-jordanien ont été préparés sans eux. Plus que de réactiver des processus de négociation périmés, Obama aura besoin de temps pour identifier les nouvelles forces politiques de cette région complexe, avant de s’engager. L’actualité ne le lui laissera sans doute pas ce délai.

De notre correspondant à Jérusalem, Adrien Jaulmes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :