Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Gaza : plus de 1.000 morts, le négociateur israélien attendu au Caire

Posted by dodzi sur janvier 15, 2009

Al Oufok

Gaza: plus de 1.000 morts, le négociateur israélien attendu au Caire
L’armée israélienne poursuivait son offensive jeudi contre la bande de Gaza, qui a fait plus de 1.000 morts depuis le 27 décembre, au moment où s’esquissait une issue diplomatique sous les auspices de l’Egypte en vue d’un cessez-le-feu.
Le bilan des victimes s’est alourdi après de nouveaux raids de l’aviation israélienne dans la nuit contre Gaza, Khan Younès (centre) et la ville de Rafah (sud). Ils ont fait au moins 16 morts palestiniens, dont un adolescent de 13 ans, selon des sources médicales et des témoins.
Par ailleurs, cinq personnes ont été blessées dans un bombardement aérien visant une mosquée à Rafah, selon des sources médicales.
Depuis le début de l’offensive le 27 décembre, le nombre de morts dans le territoire palestinien est de 1.038 et celui des blessés de plus de 4.850, selon le dernier bilan fourni à l’AFP par le chef des services d’urgence à Gaza, Mouawiya Hassanein.
Alors que ce bilan ne cesse de s’alourdir, une source diplomatique égyptienne a annoncé que Le Caire avait obtenu l’accord du Hamas à son plan visant à mettre fin à la guerre et attendait désormais la réponse d’Israël. Le principal négociateur israélien, Amos Gilad, est attendu jeudi au Caire.
Mais un responsable du Hamas à Gaza est resté évasif lors d’une conférence de presse au Caire, ne disant pas clairement si le mouvement acceptait le plan.
Le Hamas ne demande pas « l’amendement des grandes lignes » du plan égyptien, mais a présenté sa vision « dans les détails » pour mettre fin à la guerre de Gaza, a déclaré Salah al-Bardawil. Il a souligné que le Hamas « n’avait pas de divergences avec l’Egypte, qui agit comme médiateur » dans les discussions indirectes avec Israël. Le représentant du Hamas au Liban et membre de sa direction, Oussama Hamdan, a pour sa part affirmé sur la chaîne d’information arabe Al-Jazira que des « points de divergences » demeuraient dans les discussions.
Le ministre espagnol des Affaires étrangères Miguel Angel Moratinos a indiqué à Ramallah (Cisjordanie) qu’un accord de cessez-le-feu était « très proche », mais la Maison Blanche a exprimé son scepticisme sur l’acceptation par le Hamas du plan égyptien. De son côté, le ministre allemand des Affaires étrangères Franck-Walter Steinmeier est arrivé jeudi matin en Israël, première étape d’une tournée destinée à tenter d’obtenir une trêve humanitaire à Gaza. Il doit se rendre à Ramallah puis au Caire.
Au moins 315 enfants et 100 femmes figurent parmi les morts de l’offensive israélienne dont l’objectif affiché est de contraindre le Hamas qui contrôle Gaza à mettre fin aux tirs de roquettes contre Israël.
Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, qui a entamé mercredi en Egypte une tournée régionale pour tenter d’obtenir l’arrêt des combats, a affirmé qu’il « n’y avait plus de temps à perdre ».
Une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU appelant à l’instauration « d’un cessez-le-feu immédiat » est restée lettre morte depuis son adoption le 8 janvier.
L’Assemblée générale de l’ONU se réunit jeudi en urgence pour montrer que « la communauté internationale est pleinement en faveur d’un cessez-le-feu immédiat », a expliqué un porte-parole.
Mais, selon un haut responsable du ministère israélien de la Défense, Israël ne se sent « pas sous pression pour mettre fin à l’opération à ce stade ». « La seule vraie issue que nous voyons se présentera lorsque (Barack) Obama arrivera à la Maison Blanche », a-t-il indiqué à l’AFP, en référence à la prise de fonction du président américain élu, le 20 janvier.
De son côté, le chef d’Al-Qaïda Oussama ben Laden a appelé dans un enregistrement au jihad (guerre sainte) « pour arrêter l’agression contre Gaza ».
Mercredi, 14 roquettes ont été tirées de la bande de Gaza vers Israël. Les tirs ont fait quatre morts dans le sud d’Israël depuis le début de l’offensive. Au total, dix militaires et trois civils israéliens ont été tués depuis le 27 décembre. Sept soldats ont été blessés mercredi, dont un grièvement.
Par ailleurs, trois roquettes tirées du Liban ont explosé près de la ville frontalière de Kyriat Shmona, selon la police israélienne, entraînant une riposte de l’armée. Cette attaque, la deuxième du genre depuis le 27 décembre, n’a pas été revendiquée.
Dans la bande de Gaza, un million d’habitants vivent sans électricité, 750.000 sont sans eau et les hôpitaux fonctionnent grâce à des générateurs de secours, selon l’ONU. Le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Jakob Kellenberger, a jugé la situation humanitaire dans le territoire, où il s’était rendu mardi, « dramatique » alors que le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) a qualifié d' »inacceptable » la mort de plus de 300 enfants.
La revue médicale britannique The Lancet a accusé les forces israéliennes d' »atrocités ».
Dans un entretien à la BBC, le président syrien Bachar al-Assad, dont le pays abrite le bureau politique du Hamas, a affirmé que l’offensive à Gaza risquait de « semer l’extrémisme et la terreur » dans la région. En signe de protestation, la Bolivie et le Venezuela ont rompu leurs relations diplomatiques avec Israël.
Les pays membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ont accepté la proposition de l’Arabie saoudite de tenir jeudi à Ryad un sommet régional sur la guerre à Gaza.
En revanche, la tenue d’un sommet arabe consacré à Gaza vendredi au Qatar restait incertaine, le quorum n’ayant pas encore été atteint.
Une trêve de dix jours envisagée entre le Hamas et Israel
Au 20e jour de l’offensive israélienne à Gaza, l’Egypte et le Hamas sont près de trouver un accord sur un cessez-le-feu de dix jours entre Israël et les activistes palestiniens. Le bilan de la guerre est de plus de 1.000 morts, d’après des responsables interrogés mercredi.
Des négociateurs égyptiens et du Hamas se disaient optimistes sur la possibilité d’obtenir un arrêt momentané des combats bientôt, avec un projet à présenter très vite à Israël. Mais même si les différentes parties impliquées signaient, de nouvelles discussions seront nécessaires pour résoudre les contentieux sur le contrôle des postes frontières de Gaza, et avant de conclure une trêve plus durable.
« Nous travaillons avec le Hamas et avec le côté israélien, et nous espérons obtenir bientôt un résultat, » a déclaré le porte-parole du ministère égyptien des affaires étrangères, Hossam Zaki à la BBC.
Les dirigeants du Hamas en exil ont des réserves, comme celles exprimées par Osama Hamdan, un dirigeant installé à Beyrouth. « Nous ne sommes pas d’accord avec l’initiative telle qu’elle est » a-t-il indiqué à la chaîne de télévision Al-Jazira.
Les combats ont repris jeudi matin au nord et au sud de Gaza ville, où des explosions et des tirs étaient entendus. Sept Palestiniens ont été tués dans deux bombardements aériens israéliens. Des responsables des hôpitaux ont indiqué que quatre militants avaient péri dans des frappes aériennes peu après minuit dans le sud de Gaza. Trois personnes ont ensuite été tuées une heure plus tard dans la ville de Gaza.
Avant l’aube, trois Palestiniens ont trouvé la mort dans des engagements au nord de Gaza, dont deux étaient des civils, d’après les responsables des hôpitaux.
Deux pompiers ont été tués par une attaque aérienne alors qu’ils combattaient le feu provoqué par une explosion dans un immeuble d’habitation au nord de Gaza ville, dans la soirée de mercredi. Un obus tiré contre un appartement a déclenché le feu.
L’offensive d’Israël a provoqué la mort de 1.028 Palestiniens au moins, pour moitié des civils, dont quelque 300 enfants et adolescents, d’après des responsables du ministère de la Santé de Gaza. Ce bilan comprend 68 personnes tuées ou décédées à la suite de leurs blessures mercredi. Plus de 4.500 Palestiniens ont été blessés, d’après des médecins. Treize Israéliens ont aussi été tués, dont quatre par des tirs de roquettes provenant de Gaza.
Neuf groupe de défense des droits de l’homme israéliens ont accusé l’armée de mettre en danger les civils à Gaza et demandé une enquête pour crimes de guerre. Ils ont écrit aux dirigeants israéliens que la campagne de Gaza ne laissait aucun lieu où fuir pour les civils.
L’Onu alloue une aide de sept millions de dollars à Gaza
Les Nations unies ont annoncé mercredi avoir débloqué 7 millions de dollars d’un fonds d’urgence afin de venir en aide aux habitants de la bande de Gaza, où le bilan de l’offensive israélienne a franchi le millier de tués côté palestinien.
Ces fonds serviront à la réparation de refuges endommagés, à l’achat de fioul pour alimenter les stations de pompage d’eau et les hôpitaux et au ravitaillement des refuges en eau potable et en rations alimentaires, a détaillé le responsable des affaires humanitaires à l’Onu, John Holmes.
Après 19 jours d’opérations aériennes et terrestres de l’armée israélienne, les conditions de vie à Gaza se sont fortement détériorées.
Dans un communiqué, Holmes a estimé à 500.000 le nombre de personnes n’ayant pas accès à l’eau courante. La bande de Gaza compte un million et demi d’habitants.
Lors d’une réunion du Conseil de sécurité, Holmes a plaidé pour un meilleur respect du droit humanitaire international dans les zones de conflit telles que Gaza.
« Pouvons-nous regarder ce qui s’est passé à Gaza ces trois dernières semaines et dire qu’Israël ou le Hamas ont respecté les règles (humanitaires) ? Je ne le pense pas », a-t-il estimé.

Le Hamas présente à l’Egypte ses idées sur une trêve à Gaza
Le mouvement palestinien Hamas a annoncé mercredi avoir exposé à l’Egypte son point de vue sur un projet de règlement de la crise de Gaza avancé par le président Hosni Moubarak, ajoutant qu’il revenait maintenant au Caire de transmettre ces idées à Israël.
« Le mouvement a présenté un point de vue détaillé aux dirigeants égyptiens afin que (l’Egypte) puisse continuer à oeuvrer pour la fin de l’agression et l’arrêt de l’injustice qui est faite à notre peuple dans la bande de Gaza », a déclaré un responsable du Hamas, Salah al Bardaouil.
« Les dirigeants égyptiens (…) examineront ces idées avec l’agresseur pour atteindre les objectifs que nous poursuivons. Dans l’intervalle, nous resterons vigilants », a-t-il dit lors d’une conférence de presse au Caire.
Bardaouil a refusé de fournir des précisions sur la réponse du Hamas au projet de cessez-le-feu, mais il a noté que son mouvement n’accepterait rien de moins que le retrait des forces israéliennes de Gaza et l’ouverture de tous les points de passage entre le territoire palestinien et l’extérieur.
Un autre responsable du Hamas, Ossama Hamdan, avait déclaré dans la journée à Beyrouth que des divergences de vues persistaient sur le projet égyptien.
Le plan égyptien, soutenu par l’Onu, prévoit une trêve provisoire suivie d’un cessez-le-feu durable, parallèlement à l’ouverture des points de passage frontaliers de Gaza et à la reprise de pourparlers de réconciliation entre le Hamas et le Fatah du président Mahmoud Abbas.
( Jeudi, 15 janvier 2009 – 08h45 – Avec les agences de presse )

PÉTITION
Non au terrorisme de l’État d’Israël contre les peuples Palestinien et Libanais

Signez et faites signer la pétition à l’adresse :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :