Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

MENSONGES – Trêve brisée, buts de guerre, bombes intelligentes, civils massacrés

Posted by dodzi sur janvier 11, 2009

Le Quotidien

les bombes à phosphore blanc, et les bombes à fragmentation.

Israel utilise des armes interdites: les bombes à phosphore blanc, et les bombes à fragmentation.

Les trous d’air de la propagande sioniste

Aucun autre Etat au monde proche des pays occidentaux ne serait sorti indemne de la foudre des sanctions et des représailles de la «communauté internationale» s’il était coupable d’un centième des carnages quotidiens perpétrés par Tsahal dans l’enfer de Gaza. Mais Israël, Etat terroriste par essence, abonné aux crimes de guerre parce qu’il se sait intouchable, a les mains libres quand sa pseudo sécurité est en jeu. Le châtiment collectif que ses armées infligent aux Palestiniens de Gaza est la conséquence d’une impunité garantie et dont la continuité repose fondamentalement sur le mensonge et le travestissement des faits. Sous le parrainage des Etats-Unis, de la France, de la Grande Bretagne, avec la complicité d’Etats arabes.

Par Momar DIENG

A lire le communiqué de presse publié par l’Ambassade d’Israël à Dakar en date du 28 décembre 2008, c’est-à-dire au lendemain du début du carnage sur la Bande de Gaza, puis à entendre l’ambassadeur dudit Etat sur la bande Fm, on mesure l’étendue des difficultés auxquelles un diplomate peut être confronté entre la vérité et le mensonge. C’est hallucinant !

Dans le communiqué en question, il est dit que c’est «le Hamas (qui) a unilatéralement mis fin à la trêve qui prévalait entre lui et Israël en tirant des centaines de roquettes et d’obus de mortier, depuis Gaza, contre la population civile israélienne». En toute logique, poursuit la même source, «Israël, obligé de défendre sa population agressée chaque jour par le Hamas, a commencé une opération contre les installations du Hamas à Gaza, le 27 décembre 2008. La riposte de l’aviation israélienne est (donc) une réponse à la reprise des bombardements par le Hamas, et ce, depuis la fin de la trêve, le 19 décembre 2008».

On savait les diplomates adeptes du réalisme le plus froid. Mais il y a forcément une exception israélienne, car ces propos de l’Ambassade d’Israël à Dakar sont un véritable conte de fée, un terrible mensonge véhiculé par un système dont la base idéologique reste encore et pour longtemps le Sionisme.

Le fil conducteur qui justifie le carnage de l’armée israélienne sur les populations de Gaza, c’est donc la violation de la trêve par le Hamas. Il n’y a rien de plus faux. La vérité qui fait mal aux sionistes ainsi qu’à messieurs George Walker Bush, Gordon Brown, Nicolas Sarkozy, Bernard Kouchner et toutes ces autorités occidentales et arabes incapables de résister aux charmes du mensonge et prisonniers de leurs alliances politiques et idéologiques, c’est justement que durant toute la trêve de six mois, pas une seule roquette venue des bantoustans palestiniens n’est tombée en territoire israélien, et notamment sur Sdérot. La vérité, dure à avaler, est que cette fameuse trêve, c’est Israël qui l’a rompue à dessein à partir du 4 novembre 2008 en perpétrant l’assassinat à Gaza même de douze militants palestiniens dont un paysan. De fait, c’est au lendemain de ce massacre «à petite échelle» que le Mouvement de la résistance islamique a décrété la fin de ladite trêve. Où est le problème ?

Avant le début des bombardements meurtriers sur les populations gazaouies, le Hamas revendiquait deux choses : la fin des opérations militaires israéliennes en Cisjordanie et la levée du blocus de la Bande de Gaza, deux exigences à la fois légitimes et légales que Yuval Diskin, le chef du Shin Beth (Sécurité intérieure) a présenté le 23 décembre – soit quatre jours avant le coup d’envoi des massacres – au Conseiller des ministres avec l’espoir qu’elles seraient acceptées. Mais le Cabinet israélien était déjà en guerre dans la tête.

En réalité, et sans revenir sur les antécédents historiques de ce conflit, l’évidence aujourd’hui consiste à reconnaître qu’il y a infamie israélienne sur toute la ligne. Ehud Olmert, Ehud Barak, Tzipi Livni avaient tous pris l’«engagement» d’épargner les civils palestiniens. Ils mentaient tous car ils savent trop bien comment est configurée Gaza, grosse bourgade dont la population, sur-importante d’environ 1,7 million habitants, tient sur 360 kilomètres carrés (soit moins que Dakar et ses 550 km2) et une densité de plus de 4 000 personnes au km2. Sur ces pauvres gens délestés de leurs terres depuis Mathusalem par l’Etat hébreux et ses soutiens occidentaux, Tsahal a laissé s’abattre des centaines de missiles présumés intelligents et dénommés bunker-buster GBU-39. Cet engin de la mort auquel des spécialistes militaires reconnaissent une haute précision a des caractéristiques effrayantes : près de 23 kg d’explosifs enfouis dans ses 113 kg de poids net, longueur de 1,75 m capables de transpercer 90 cm de béton armé… On comprend pourquoi plus d’un millier de Palestiniens en sont morts en seulement quelques jours de bombardements. La mauvaise foi des autorités sionistes est sidérante et ignoble. Après le massacre aveugle et massif contre les occupants de l’école de l’Onu, elles ont prétexté qu’il y avait des combattants cachés, une fuite en avant monstrueuse que les responsables onusiens ont très vite démontée. L’un d’eux ne s’est pas prié de rappeler que l’établissement avait même pris la précaution de remettre à Israël les coordonnées Gps de l’école. C’est dire !

ENCORE DES BOMBES INTELLIGENTES

Les mensonges accumulés depuis si longtemps renseignent sur les véritables buts de guerre de l’Etat d’Israël. Tsahal a certes quitté la Bande de Gaza comme le souligne l’ambassadeur d’Israël à Dakar, mais que disait Dov Weiglass, l’ex-conseiller d’Ariel Sharon dans les colonnes du quotidien Haaretz en octobre 2004 ? «Le désengagement, c’est du formol, en réalité. Il fournit la quantité de formol qui est nécessaire pour qu’il n’y ait pas de processus politique avec les Palestiniens… L’ensemble de ce paquet que l’on appelle l’Etat palestinien a été retiré de notre ordre du jour indéfiniment.» Israël en était donc partie en laissant le chaos derrière lui, empêchant toutes livraisons de vivres, médicaments, produits pétroliers, ne se privant même pas d’abattre au missile l’unique centrale électrique de la ville !

Le massacre dans cette école, ce n’était que du remake car les autorités politiques et militaires israéliennes restent en réalité les véritables terroristes de l’histoire. Travestir les faits ne sert à rien si, comme le rappelle le correspondant au Moyen-Orient du quotidien anglais The Independent, Robert Fisk, on convoque l’histoire récente. En 1982, Sharon a supervisé de manière étroite le massacre de près de 2 000 civils par ses supplétifs libanais dans les camps palestiniens de Sabra et Chatila, ainsi que d’une centaine de civils libanais à Qana en 1996. Lors de l’invasion du sud Liban en 2006 suivie d’une terrible défaite militaire de grande envergure, plus de 1 000 morts ont été dénombrés. Chiffres bas, exemples non exhaustifs.

L’aide humanitaire, d’après l’ambassadeur, «continue d’entrer dans la Bande de Gaza». Il aurait été intéressant qu’il ajoute deux éléments à cela : d’abord qu’Israël largue ses bombes sur les populations qui réussissent l’exploit de s’approvisionner ; ensuite que l’Ong Oxfam a noté durant tout le mois de novembre passé, que «seuls 137 camions de vivres ont été autorisés à pénétrer dans la Bande de Gaza pour nourrir 1,5 millions de personnes». Le courage de défier le ridicule doit être un fardeau bien léger à porter pour les sionistes qui gouvernent ce pays depuis sa création par une résolution des Nations-Unies.

<!–
var prefix = ‘ma’ + ‘il’ + ‘to’;
var path = ‘hr’ + ‘ef’ + ‘=’;
var addy95251 = ‘momar’ + ‘@’;
addy95251 = addy95251 + ‘lequotidien’ + ‘.’ + ‘sn’;
document.write( ‘<a ‘ + path + ‘\ » + prefix + ‘:’ + addy95251 + ‘\’>’ );
document.write( addy95251 );
document.write( ‘<\/a>’ );
//–>\n momar@lequotidien.sn

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :