Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Mon Général, vous m’avez fait pleurer trois fois

Posted by jeunempl sur décembre 9, 2008

Bernard Mikael

Dans notre culture orientale, un homme ne doit pas pleurer, du moins, ne doit pas afficher ses sentiments excessifs.

Mais, quelque soit la force intérieure de la personne, sa volonté, la pression de la société qui s’exerce sur l’individu, il y a des moments et des situations où l’homme se détache de son milieu, de son entourage, ignore sa culture, et donne la parole à son cœur.

Un certain 13 octobre 1990, après une journée éprouvante, pleine de désespoir, de déception, de deuil, je claque la porte de ma maison pour sortir prendre l’air et me couper de la télévision et ses images noires, je croise mon voisin, un soldat, échappé d’une mort certaine là où tous ses camarades ont donné leurs vies pour le Liban de mes rêves, il se jette sur moi, enfonce sa tête entre mes épaules pour cacher ses yeux en larmes.

Pour compléter cette triste scène, un camion de l’armée syrienne passe devant nous dans la rue, c’était la première fois que je vois un soldat syrien depuis 8 ans, depuis leur départ de Beyrouth en 1982. Une scène irréaliste à l’époque, insoutenable, un soldat libanais en larmes entre mes bras, et des soldats syriens devant ma maison. Plus aucun espace libre dans notre Liban, occupé au Sud par Israël et le reste par la Syrie, j’ai pleuré. C’était la première fois de mon âge adulte.

Et puis, quinze ans après, un certain 7 mai 2005, devant mon écran de télévision que je ne pouvais pas quitter des yeux. C’était le jour de votre retour au Liban après 15 ans d’exil. Je n’ai pas pu contenir mes émotions, mes sentiments qui se mélangent, joie et fierté. C’était un jour qu’on a tellement attendu, un jour qu’on a tellement préparé, en France et au Liban, un moment dont on a tellement rêvé. Nos yeux grands ouverts, nos souffles coupés, nos langues muettes, on n’entendait que la télé et les battements de nos cœurs, et puis, vous voilà arriver saluer la foule venue vous retrouver après tant d’attente. Et c’est quand vous prononcez cette phrase qui a tant mobilisé les libanais « Oh grand peuple du Liban ». Tout se bouscule dans ma tête, mon cerveau ne gère plus mes sens, il ne sait plus s’il doit demander à ma gorge de crier, à mes jambes de sauter, à mes bras de faire le V de la victoire, finalement, mon cerveau choisit mes yeux pour exprimer sa joie. J’ai pleuré pour la deuxième fois de ma vie d’homme, mais cette fois, c’était les larmes de la joie, encore plus, les larmes de la fierté.

La troisième fois fut un jeudi, le 04 décembre 2008, une fois encore devant mon écran de télévision lors de votre conférence débat avec les étudiants de l’université de Damas. En dehors de votre courage de dire ce que vous dites en Syrie même, rien de votre discours ne nous était étrange. Et puis, il y a cette jeune étudiante, elle demande la parole, elle obtient le microphone, sa voix aussi tremblante que sa main, elle parle avec son cœur, sa langue ne fait que répéter, elle vous dit « Nous, les Syriens, on ne tient pas un discours communautaire, mais j’aimerais, quand même, vous dire que chaque citoyen syrien vous souhaite la bienvenue… en tant que syrienne chrétienne, je suis fière de vous, tous les chrétiens sont fiers de vous. Vous, vous avez dit « Je viens en Syrie la tête haute, en toute fierté » et moi je vous dis que nous, les chrétiens de la Syrie, sommes fiers de vous ». Devant l’émotion de cette fille, sa sincérité, ses mots qui touchent le cœur, j’ai pleuré. Ce n’était ni les larmes de la tristesse, ni celles de la joie, mais celles de la fierté. Ce n’était pas, peut-être, mes larmes à moi, mais les vôtres que vous n’avez pas pu versées dans ce lieu et devant ce public.

Qu’elles soient les miennes ou les vôtres, mes yeux ont pleuré pour la troisième fois.

Les paroles de cette jeune étudiante m’ont permis de réaliser la grandeur de ce moment, mais aussi l’ampleur de votre visite et la noblesse de notre cause.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :