Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Liban: A bord d’une frégate brestoise

Posted by jeunempl sur décembre 1, 2008

Le Télégramme

Les 225 marins du Latouche- Tréville achèvent un déploiement de trois mois au large des côtes libanaises. Une mission exceptionnelle, pour un bâtiment d’ordinaire dévolu à la protection des sous-marins nucléaires basés à l’Ile Longue.

Beyrouth, ville durement touchée par les bombardements israéliens de l’été 2006, est en pleine reconstruction. Alors qu’une forêt de grues se dresse dans la capitale libanaise, l’activité portuaire bat son plein, porte-conteneurs, vraquiers et rouliers déchargeant un flot continu de marchandises. De la passerelle du Latouche-Tréville, qui vient d’appareiller, on peine à imaginer le danger. Pourtant, casques et gilets pare-balles sont de rigueur pour les marins, qui se tiennent prêts à repousser la moindre attaque.

« Fausse alerte »

La frégate double les passes. Soudain, deux jet-skis lancés à pleine vitesse surgissent et foncent droit sur le bateau français. Curieux souhaitant observer de plus près le puissant navire ? Prémices d’une attaque-suicide ? Pendant deux longues minutes, une dizaine d’affûts sont braqués sur les deux engins, qui changent finalement de route à quelques encablures. « Fausse alerte », commente un marin visiblement soulagé. Bien que basé à Brest, le Latouche-Tréville a été dépêché en septembre au Liban, où l’Onu, en plus des Casques bleus déployés à terre, maintient depuis deux ans une force navale permanente. « Nos missions ne sont pas exclusivement attachées au théâtre atlantique et à la lutte anti-sous-marine ; le Latouche-Tréville veille à la protection de la Force océanique stratégique et à la sûreté des approches maritimes françaises, explique Vincent Liot de Nortbécourt, commandant de la frégate. Mais ses capacités peuvent aussi lui servir à mener de nombreuses autres missions, comme la surveillance maritime et aérienne, la lutte contre le narcotrafic ou contre la piraterie. »

Triple mission

Délaissant la rudesse hivernale de l’Atlantique pour le calme de la Méditerranée orientale, l’équipage arbore le béret bleu des forces de maintien de la paix. La mission du bâtiment au sein du volet maritime de la Force Intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) est triple. Son mandat consiste à contrôler les flux maritimes et empêcher la livraison d’armes au Liban, à fournir une capacité d’évacuation de ressortissants, à soutenir la renaissance de la marine libanaise. Ainsi, des formations ont été dispensées à Beyrouth sur les procédures de visites de navires marchands ou la maintenance d’équipements électroniques et mécaniques. « Nous avons réalisé un audit de la marine libanaise pour faire un état des lieux du matériel, des bases et de l’organisation. Les Libanais sont très heureux de cette coopération car ils savent bien qu’elle a pour but de les faire progresser », résume le capitaine Laurent Servotte-Amouroux. Les hommes de la Marine nationale ont également oeuvré dans les sémaphores locaux. L’objectif est de permettre aux Libanais d’assurer, progressivement, la surveillance et le contrôle de leurs approches maritimes.

Collaboration

En attendant, les navires de l’Onu assurent au large une surveillance sans faille. « Tous les bateaux de commerce se rendant à Tripoli, Beyrouth et Sidon sont interrogés, précise le commandant Patrice Martin. Nous vérifions leurs identités ainsi que leurs cargaisons. Les navires suspects sont confiés aux Libanais, qui effectuent la visite et le contrôle ». Ce système suppose donc la confiance dans les contrôles effectués par l’armée libanaise. Depuis deux ans, 180 suspects ont été contrôlés, aucune découverte d’armes n’a été recensée.

Vigilance

La tension dans la région n’est toutefois pas retombée et les forces de l’Onu restent vigilantes. Quant à l’armée israélienne, elle veille par ses propres moyens à ce que le Hezbollah ne se réarme pas. Ainsi, depuis le Latouche-Tréville, on peut suivre au radar une intense activité aérienne. Drones et avions de reconnaissance israéliens se relaient chaque jour au-dessus du Liban, prêts à repérer une éventuelle menace qui justifierait, chacun le sait, de vives représailles et un nouvel embrasement.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :