Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Le terrorisme international frappe l’Inde alors qu’au Liban c’est le calme

Posted by jeunempl sur novembre 28, 2008

El Nashra

Une fois de plus, les représentants du peuple ont prouvé leur mérite et leur capacité à remplir les fonctions dont ils ont été investis par ce peuple, celui-là même qui scrute l’hémicycle à chaque fois qu’ils acceptent de s’y réunir. Et une fois de plus, la déception, la frustration et le ras-le-bol, les parlementaires ont le souffle court paraît-il, et les Libanais devraient s’y faire. En gros, une fois de plus, la session de l’assemblée générale a été ajournée faute de quorum.
Les représentants du peuple ont quand même eu le temps de voter quelques lois, en passant. Il est désormais du ressort de l’Etat de promouvoir les fonctionnaires des Forces de Sécurité Intérieure, de la Sûreté de l’Etat, et des douanes. Les députés du peuple ont également permis, à force de discussions et de tapage à fond électoral, au gouvernement d’emprunter de l’argent à la Caisse arabe du développement économique et social, pour financer et développer les ports maritimes, ainsi que les systèmes de collecte des eaux usées.

Le président de l’Assemblée, Nabih Berry, a donc ajourné la session de la veille au jeudi 4 décembre. Les députés absents faisant partie pour la plupart de la majorité, des sources du bloc du changement et de la réforme, ont vite fait de sauter à la conclusion la plus évidente: la majorité a « cassé » le quorum pour ne pas avoir à discuter le projet de loi présenté par le général Michel Aoun, chef du bloc, concernant le paiement des rétroactifs sur les salaires des fonctionnaires d’Etat, relatif à la décision prise en 1998, et dont l’application est toujours mise « sous veilleuse. »

Sur un autre plan, la visite du président de la République en Iran fait toujours des émules, surtout que les différentes parties se préparent à l’observation de la visite attendue du général Michel Aoun en Syrie.
Par ailleurs, le gouvernement se réunira ce soir à 18 heures au palais présidentiel de Baabda. Le Conseil des ministres discutera de 44 points différents, après que 10 points ont été ajoutés, en particulier une demande formulée par le ministre des AE et de l’Emigration concernant la création d’un comité conjoint de contrôle des frontières libano-syriennes.
Selon des informations du « Nahar », le mécanisme des nominations aux postes de première catégorie dans le service public sera également discuté en tant qu’article « urgent ». Selon le quotidien, les ministres s’attendent à ce que le président soulève la question, pour ainsi ouvrir la voie au ministre Chamseddine.

Sur le plan régional, le député Saad Hariri, chef du Courant du Futur, s’est rendu hier soir au Caire en compagnie des députés Bassem el-Sabeh, Mosbah el-Ahdab, Mohamed Hajjar, ainsi que l’ancien député Ghattas Khoury, pour y rencontrer le président égyptien Hosni Moubarak.

Sur le plan international, c’est le « terrorisme d’envergure » qui fait sa réapparition, cette fois-ci en Inde, et plus précisément à Bombay. La ville indienne a été secouée par au moins sept attentats hier, revendiqués quelques heures plus tard par un groupe inconnu jusqu’ici: les « moudjahidine du Deccan ». Les terroristes ont utilisé des armes automatiques et des grenades. Selon le dernier bilan, au moins 101 personnes ont été tuées et 300 autres blessées. Le chef de l’anti-terrorisme indien, Hemant Karkare, a été tué. Il s’agit des attentats les plus meurtriers depuis l’attaque du 11 juillet 2006. Sept explosions simultanées avaient fait plus de 200 morts.
Trois puissantes explosions ont retenti dans le sud de la ville aujourd’hui mais la situation semblait sous contrôle à Bombay ce matin. La police indiquait avoir pris le contrôle du Taj Mahal, l’un des deux hôtels de luxe attaqués par les terroristes dans la nuit. Mais trois puissantes explosions sont venues perturber le calme, tout relatif, qui régnait jusque-là dans la capitale économique de l’Inde.
La police s’est fait très discrète sur l’origine de ces explosions. Les médias locaux, eux, parlent d’une action en cours contre des hommes armés qui ont pris un rabbin en otage dans un autre immeuble, la Nariman House.
Les forces de sécurité indiennes seraient donc déployées autour de trois lieux : en plus de cette Nariman House, il font le siège des hôtels Taj Mahal et Oberoi-Trident – là où des étrangers sont retenus en otage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :