Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Le président libanais rentre au Liban, confiant en des promesses de support militaire iranien, alors que les Libanais craignent les guerres et les assassinats!

Posted by jeunempl sur novembre 26, 2008

El Nashra

Une visite réussie en Iran, résultant en des promesses de support, a été accomplie par le général Michel Sleiman, président de la République. Malgré les tentatives « timides » de campagnes lancées contre cette visite, elle a initié une nouvelle phase des relations bilatérales entre le Liban et l’Iran.
Sleiman a couronné sa visite par une rencontre avec Sayyed Ali Khameneï, guide suprême de la révolution islamique en Iran, qui a confirmé le support iranien à l’unité des Libanais contre le danger de « l’administration sioniste ». De plus, il a insisté sur le rôle du président libanais dans la consolidation de l’unité nationale.
Une conférence de presse menée par le président Sleiman et Mahmoud Ahmadinejad, son homologue iranien, a clôturé cette visite. Sleiman a affirmé que sa visite en Iran était utile pour les deux pays assurant les résultats seront suivis à travers les réunions bilatérales entre les institutions communes pour activer tous les accords signés précédemment entre le Liban et l’Iran.
De son côté, Ahmadinejad a annoncé que l’Iran continuera à soutenir l’unité et l’indépendance du Liban. Il a déclaré que la collaboration bilatérale est possible notamment sur le plan de l’énergie et de l’industrie. Il a ajouté que son pays est prêt à soutenir le Liban dans sa guerre contre Israël soulignant que la résistance a empêché les tentatives israéliennes de perturber la stabilité et la paix au Liban.
En ce moment, l’Assemblée nationale se réunit en une session législative avec, sur son ordre du jour, 20 projets, dont la plupart sont d’ordre social. A ce niveau, le premier ministre Fouad Siniora présentera sa vision des faits, concernant les affaires économiques, sociales et financières, a rapporté le quotidien « An-Nahar ».
En même temps, face aux menaces israéliennes, Cheikh Naïm Kassem, vice secrétaire général du Hezbollah, a assuré que  » la destruction d’Israël sera totale », au cas où elle tente de mener des affrontements contre le Liban.
Dans le même ordre, Nabih Berry, président de la Chambre des députés, a mis en garde contre les menaces israéliennes, qui s’accentuent contre le Liban. Dans un entretien accordé au quotidien « As-Safir », il a appelé à une nouvelle approche de la prochaine période, au niveau local, régional et international, et à ne pas transformer le Liban en une « victime des débats électoraux ». De plus, il a critiqué certains discours qui échappent à l’ambiance de stabilité, de dialogue et de réconciliation.
Dans un autre entretien accordé au quotidien « An-Nahar », Berry n’a pas voulu intervenir dans les débats engendrés par le discours de Amine Gemayel, président du parti « Kataeb ». Mais il a établi une comparaison de la situation vécue par la société israélienne et la phase que traversent les Libanais, notamment après les derniers propos d’Ehud Barak, ministre israélien de la Défense, qui menacent le Liban. Il a également exhorté le peuple libanais à s’entendre, à coopérer et à tirer des leçons à partir des erreurs du passé.
En marche de ces évènements, les débats semblent devenir « le pain quotidien des politiciens » pour des « raisons purement électorales ».
A ce niveau, dans une entrevue accordée à l’agence « Reuters », l’ancien ministre Sleiman Frangieh, chef du courant « Marada », a émis ses craintes que des assassinats, semblables à celui de l’ancien premier ministre Rafic Hariri, ne se produisent, et aboutissent à l’ajournement des élections législatives. De plus, il a accusé l’Arabie Saoudite de financer la coalition du « 14 mars ».
Face à ces accusations, les partisans de cette coalition ont réagi. Le député Samir Frangieh a dénoncé les propos du « membre de sa famille ». De son côté, Abdel Aziz Khoja, ambassadeur de l’Arabie Saoudite au Liban, a précisé que les prochaines élections législatives accentuent la campagne contre l’Arabie Saoudite. L’ambassadeur a ajouté : « Nous sommes surpris par l’ampleur de ces accusations. Que Dieu leur pardonne ! »
Au milieu de tous ces évènements, la visite prévue du général Michel Aoun, chef du bloc du changement et de la réforme, en Syrie, continuent à susciter les commentaires. Certains avis « approbateurs » estiment que cette visite initiera de nouvelles relations entre le Liban et la Syrie, tandis que d’autres, « rivaux politiques de Aoun », s’y opposent. Parmi ces derniers, Samir Geagea, chef du conseil exécutif des Forces Libanaises, considère que les visites à la Syrie, peu avant les élections, prêtent à confusion. Il rappelle à Aoun et au peuple libanais que « la Syrie est accusée de 20 attentats ou tentatives d’assassinats, menés au cours des dernières années, contre des pôles libanais ». Finalement, il annonce que si le tribunal international innocente la Syrie, il admettrait son erreur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :