Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Gebrane Bassile, ministre des Télécommunications: «Des ambassades et des politiciens ne paient pas leur facture»

Posted by jeunempl sur novembre 13, 2008

Magazine

gebran-bassil«Certains considèrent le ministère des Télécommunications comme celui de la revanche politique. Pour moi, il représente celui de la révolution. C’est la pierre angulaire du développement équilibré et le moyen le plus sûr de refaire du Liban le phare du Moyen-Orient, le pionnier en matière de télécommunications.» Dans une interview recueillie par Magazine (# 2662), Gebrane Bassile, ministre des Télécommunications, explique les réformes en cours, réformes susceptibles d’améliorer les performances de la téléphonie mobile, à condition que le Conseil des ministres accorde l’autorisation nécessaire à la concrétisation de ces changements.

Comment se porte le ministère des Télécommunications dont vous êtes en charge depuis quelques mois?

Nous avons réussi à réaliser un énorme travail en trois mois, mais il y a tant à faire que nous avons l’impression d’être toujours en retard. Depuis que le monde est devenu un village électronique, ce secteur revêt une importance majeure et offre des opportunités illimitées, dont des investissements étrangers, la création d’emplois, des rentrées pour les caisses de l’Etat…

Quelles sont les principales réalisations effectuées depuis que vous êtes à la tête de ce ministère?

Nous avons assuré les cadres légaux et les législations nécessaires pour la mise en place effective des centres d’appel internationaux. Nous avons présenté notre vision des télécommunications pour les années à venir, vision qui se résume par les points suivants: la libéralisation du secteur, sa privatisation, assurer la haute résolution pour Internet, développer tout ce qui a trait à la technologie et à l’information… L’un de nos projets en cours est de contrôler les revenus et de s’assurer que tout revient aux caisses de l’Etat. A titre d’exemple, en ce qui concerne les appels internationaux, depuis que nous avons mis un frein à l’anarchie qui sévissait, le volume des appels a augmenté de 19%, ce qui a entraîné une augmentation des rentrées. Et nous parlons de dizaines de millions de dollars.
Nous projetons de mettre en place 400 cabines téléphoniques sur tout le territoire dans des sites stratégiques ainsi que dans les camps des réfugiés palestiniens.
La couverture DSL a augmenté de 25%; cela va du centre de Beyrouth en passant par les cazas, au Nord, au Sud, à la Békaa, au Mont-Liban et, pour terminer, dans les villages.

Les citoyens se plaignent du fait que les téléphones mobiles et Internet fonctionnent mal ces derniers temps. Coupure sans raison, mauvaise audition et j’en passe. Quelles en sont les causes?

Cela s’explique par le manque de maintenance, par la nonchalance qui a prévalu, par la mauvaise gestion du ministère avant notre arrivée. Se masquant derrière le prétexte de la privatisation, les responsables ont fait preuve d’un laisser-aller sans pareil. La surcharge sur le réseau, surtout durant l’été dernier, a joué son rôle. S’ajoutent à tout cela des causes inexplicables, des événements bizarres dont les interférences venant de sources connues et parfois inconnues. Pour mettre un terme à toutes ces exactions, j’ai préparé un plan de réformes qui permettra une grande amélioration à ce niveau, à condition que le Conseil de ministres me donne l’autorisation nécessaire à sa concrétisation.
Ces changements que nous apportons ne sont pas seulement d’ordre technique, administratif, financier ou autres, mais visent à renforcer ce secteur dans son ensemble.

Vous avez, à maintes reprises, répété que l’usage des «repeaters», ces appareils qui renforcent le réseau dans un périmètre donné et le brouille aux alentours, est strictement interdit. Vos directives ont-elles été respectées?

Tout ce qui est illégal est contrôlé par des tournées d’inspection. Il y a les «repeaters» dont vous avez parlé, mais aussi les «V sat» des «dishes» qui captent et émettent les appels internationaux et les signaux internationaux. Les «SNG» pour les télévisions, les «E1» des lignes de haut débit qui permettent la transmission de données. Dix sociétés illégales ont été arrêtées. Les centres d’appels illégaux sont en cours d’étude. Les infractions seront sanctionnées.
Plus de 100000 abonnés au réseau fixe qui n’ont pas payé leurs factures ou ont commis des irrégularités n’ont plus le droit d’avoir leur propre ligne. Plus de 700 milliards de livres libanaises d’impayés. Le plus étonnant c’est qu’il y a des ambassades, des sociétés et des institutions privées ou étatiques ainsi que des personnalités politiques qui ne paient pas. Dès la fin du mois en cours, leurs lignes seront coupées s’ils ne règlent pas leurs factures.

Quelles sont les principales entraves que vous rencontrez?

Les entraves sont invisibles, mais elles existent. Les choses n’évoluent pas à la vitesse voulue, du fait que certaines parties sont dérangées par nos réalisations. Nos détracteurs sont nombreux. Certains considèrent le ministère des Télécommunications comme celui de la revanche politique. Pour moi, il représente celui de la révolution. C’est la pierre angulaire du développement équilibré et le moyen le plus sûr de faire de nouveau du Liban le phare du Moyen-Orient, le pionnier en matière de télécommunications.

Y a-t-il des ingérences politiques ou communautaires qui vous empêchent de mener à bien votre travail?

Tout le monde a compris que je suis intraitable sur ce point. A mes yeux, les appartenances politiques et communautaires ne comptent pas. Ce qui prime ce sont les compétences personnelles.

Quels sont vos projets à court terme?

J’ai lancé une invitation aux immigrés libanais travaillant dans le secteur des télécommunications à assister à un congrès qui se tiendra à Beyrouth le 29 décembre, leur demandant de contribuer à notre projet de travail. Nous profiterons de cette occasion pour essayer d’évaluer ensemble les conditions qui les inciteraient à revenir dans leur pays d’origine. Nous projetons d’assurer, à travers ce congrès, une interaction entre le Liban et ses fils établis à l’étranger.

Les tarifs du réseau cellulaire au Liban comptent parmi les plus chers du monde. Comment les rendre plus concurrentiels? Certains évoquent l’introduction sur le marché d’une troisième compagnie. Qu’y a-t-il de vrai dans cette information?

Il est, en effet, nécessaire d’avoir une troisième compagnie, celle de Liban télécom. Nous travaillons sur ce projet. Ceci est une nécessité pour améliorer les services, augmenter la compétitivité, combler le déficit au niveau de la capacité de couverture du réseau et faciliter l’accès du cellulaire aux classes pauvres. Le cellulaire est devenu une nécessité; ce n’est plus un luxe. Il est de notre devoir d’assurer ces services à tous les Libanais à des prix nettement inférieurs.
Il est également indispensable de baisser les prix. Ceci va permettre à une plus grande tranche de la société d’y avoir accès, ce qui augmentera l’utilisation du cellulaire et assurera, de ce fait, plus de revenus à l’Etat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :