Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

La guerre est déclarée… aux insoumis du code de la route

Posted by dodzi sur octobre 29, 2008

(AFP)

Le Liban se trouve aujourd’hui à un tournant: alors que le pays est réputé pour ses routes dangereuses, certains conducteurs commencent à s’arrêter au feu rouge, à attacher leur ceinture de sécurité et à ne plus avoir le téléphone portable collé à l’oreille. A l’origine de ce changement d’attitude : une campagne répressive de sécurité routière lancée par le ministre de l’Intérieur Ziad Baroud, qui compte bien faire respecter le code de la route à force d’amendes et de saisies de véhicules.

« Savez-vous qui est mon père? », s’indigne une dame pénalisée par des policiers pour usage de portable au volant, ainsi qu’un officier dont le statut ne l’a pas exempté. « Les ordres du ministère de l’Intérieur sont stricts: nul n’est au-dessus de la loi », précise le lieutenant Richard Karam en rédigeant une amende sur une autoroute près de Beyrouth. Un peu plus tard, un homme tente en vain de convaincre les policiers de ne pas saisir sa Mercedes de 1961, qu’il conduisait sans permis. Si on compte encore de nombreux récalcitrants, les automobilistes libanais doivent tout de même désormais se plier à la stricte campagne du nouveau ministre de l’Intérieur, Ziad Baroud, qui a chargé une petite armée de policiers d’imposer à coups d’amendes le code de la route longtemps ignoré. « Les lois sur la ceinture de sécurité, le téléphone portable, la vitesse, le casque pour les motocyclistes et le respect des feux de signalisation existaient depuis longtemps », déclare à l’AFP le commandant Hanna Laham, responsable de la circulation dans un district de Beyrouth. « Mais leur application est devenue plus stricte, vu les nombreux accidents », ajoute-t-il. Selon la police, les routes font quelque 500 morts et plus de 6.000 blessés chaque année au Liban, pays de 4 millions d’habitants. Le nombre de tués serait plutôt de 870 par an, en comptant ceux qui succombent à leurs blessures après l’accident, affirme Ziad Akl, fondateur de l’Association des jeunes pour la sensibilisation sociale (YASA) qui lutte pour la sécurité routière. « Nous ne détenons peut-être pas le record mondial des accidents mortels, mais ce qui est pire au Liban c’est que n’importe qui peut obtenir un permis, même ceux qui ne savent pas conduire », a ajouté M. Akl. « Des milliers de conducteurs non qualifiés courent les routes », déplore-t-il.

«Les Libanais vivaient dans le chaos, ils ont besoin d’être éduqués»

Faire une marche arrière sur une autoroute, ignorer les rues à sens unique, les passages pour piétons et les feux rouges sont monnaie courante au pays du Cèdre. Les enfants sont souvent placés, sans ceinture, à l’avant et même sur les genoux de leurs parents. Un guide touristique va jusqu’à avertir les visiteurs que la conduite au Liban « devrait être considérée comme une activité extrême”. Les infractions ont nettement diminué depuis le lancement de la campagne mi-septembre, affirme le commandant Laham. L’utilisation d’un téléphone portable, l’excès de vitesse ou la non-observation du feu rouge sont punis de 50.000 livres libanaises (33 dollars) d’amende. Un conducteur stoppé sans ceinture de sécurité doit payer 35.000 LL. « Avant la campagne, nous rédigions jusqu’à 1.300 amendes par jour, maintenant 600 environ », dit le commandant. Les nouvelles mesures ont été bien accueillies en général mais les vieilles habitudes ont la vie dure. « Peu à peu, les gens s’habitueront à l’ordre. Les Libanais vivaient dans le chaos, ils ont besoin d’être éduqués », dit Rozelle Azzam en recevant une amende d’un officier de police pour ne pas avoir attaché sa ceinture de sécurité. « Même moi, je continuerai probablement à utiliser mon portable jusqu’au jour où j’aurai une amende », dit-elle. Les autorités n’espèrent pas pour autant que les Libanais deviennent des citoyens modèles du jour au lendemain. « Il s’agit d’une campagne à long terme », affirme M. Akl, alors que certains arrivent encore à tirer leur épingle du jeu. « S’il vous plaît monsieur l’agent, je ne sais pas où sont mes papiers, vous allez me créer des problèmes avec mon mari si vous me donnez une contravention », supplie une dame… qui repart sans amende.

Publicités

Une Réponse to “La guerre est déclarée… aux insoumis du code de la route”

  1. Samy Chbeir said

    Incha Allah que ça sera pas oublié de l’Etat car il est vraiment temps de dresser la population sur la route!!! Comme c’est beau de voir les policiers faire leur boulot à 100% pour la première fois au Liban looooooooooooooooooooooool yalla espérons le bon côté!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :