Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

La Syrie promulgue l’établissement de relations diplomatiques avec le Liban

Posted by jeunempl sur octobre 14, 2008

Le Liban continue de fêter l’exploit de son armée et réaffirme sa présence à l’étranger

El Nashra

L’exploit de l’armée nationale n’a pas fini de valoir l’estime des Libanais qui regardent fièrement leurs soldats après que les forces de sécurité, conjointement avec l’armée, ont réussi à mettre la main sur la cellule terroriste responsable de plusieurs attaques de « représailles » contre l’institution militaire.
Les Libanais espèrent que cette première affaire classée conduise les forces de sécurité à démanteler d’autres groupes terroristes et démasquer d’autres manoeuvres machiavéliques prenant pour cible la stabilité du pays.
Sur le plan international, alors que la visite du président de la République Michel Sleiman à Riyad arrive à terme, la visite du député Michel Aoun, chef du bloc du changement et de la réforme, se poursuit à Téhéran, où il a rencontré le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad. Cette dernière visite a écopé des pires qualificatifs et des pires interprétations depuis qu’elle a commencé. Il faut dire que Michel Aoun a choisi la date hautement symbolique pour ses partisans qu’est le 13 octobre pour effectuer son déplacement dans la capitale iranienne. Evènement assez remarquable aussi vu que le déplacement aouniste coïncide avec le déplacement présidentiel, ce que certains ont interprété comme étant un message adressé au chef de l’État. Aoun aurait voulu concurrencer la diplomatie présidentielle et dénoncer implicitement la représentativité chrétienne du président.
Néanmoins, l’attaque la plus virulente qu’a dû essuyer le général est sans doute celle du chef du PSP, le député Walid Joumblatt, qui a traité Aoun de « doyen des défaites et des déroutes » qui, par cette visite, « creuse les dissensions entre les Libanais. »
Le chef du CPL a pour sa part estimé qu’il était normal qu’il visite Téhéran, se disant « surpris et étonné » par les critiques de responsables chrétiens contre son déplacement. Selon lui, sa visite est « au service de la cause libanaise et pave la voie à de nouvelles amitiés pour le Liban. »
Il a rendu hommage au « rôle régional » de Téhéran, affirmant à ce sujet: « L’amitié de l’Iran nous importe parce que ce pays n’appuie pas une partie (libanaise) au détriment d’une autre et ne monte pas un Libanais contre l’autre. » « L’Iran aide particulièrement le Liban aujourd’hui à faire face à ses problèmes et à forger son unité nationale, a-t-il souligné. L’Iran n’a jamais aidé un parti libanais contre les autres », a ajouté le général Aoun.
Une troisième visite remarquée est celle du chef du conseil exécutif des Forces Libanaises, Samir Geagea, en Egypte. Geagea est arrivé hier soir au Caire pour une visite de quelques jours.
Accompagné du député Antoine Zahra, de l’ancien ministre du Tourisme, Joe Sarkis, et du responsable des relations extérieures au sein des FL, Joseph Nehmé, Geagea a été reçu ce matin par le président égyptien Hosni Moubarak.
Il doit également s’entretenir avec le ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmad Aboul Ghaith, ainsi qu’avec le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, et de nombreux autres responsables égyptiens.

Sur un autre plan, l’évènement le plus notable de la journée fut la promulguation d’un décret présidentiel syrien ordonnant l’instauration de relations diplomatiques syro-libanaises et l’ouverture d’une ambassade de la Syrie à Beyrouth.
Le président syrien Bachar al-Assad a promulgué aujourd’hui un décret prévoyant l’établissement de relations diplomatiques avec le Liban et l’ouverture d’une ambassade à Beyrouth, pour la première fois dans l’histoire des deux pays, a rapporté l’agence officielle Sana.
Le décret stipule « l’instauration de relations diplomatiques entre la République arabe syrienne et la République libanaise, et la formation d’une mission diplomatique au niveau d’ambassade dans la capitale libanaise, Beyrouth », a indiqué Sana.
Le texte ne précise pas de date pour l’entrée en vigueur de la décision dont le principe avait été arrêté cet été après des décennies de tutelle de la Syrie sur son petit voisin.
A Beyrouth, une source au ministère des Affaires étrangères a indiqué à l’AFP que le chef de la diplomatie libanaise, Fawzi Salloukh, se rendrait à Damas demain pour une visite au cours de laquelle les deux pays décideront de la date officielle de l’établissement de relations diplomatiques.
L’ouverture de relations diplomatiques ne réglera cependant pas tous les problèmes entre les deux voisins puisque « le prochain ambassadeur syrien au Liban devra gérer des dossiers compliqués tels ceux des disparus syriens et libanais, de la délimitation de la frontière, et de la révision de certains accords conclus dans le passé », rapporte aujourd’hui le quotidien syrien Al-Watan proche du pouvoir.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :