Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Chatah : Si rien n’est fait d’ici à 2009, la facture électrique atteindra 2 milliards de dollars et la dette 49 milliards

Posted by dodzi sur septembre 12, 2008

(L’Orient le Jour)

Finances publiques – Le relèvement de la taxe sur les taux d’intérêt à l’étude

Par les temps qui courent, un entretien avec le ministre des Finances n’a rien de rassurant. Lors d’une réunion hier avec la presse, Mohammad Chatah a dressé un tableau réaliste, et donc plutôt sombre, des perspectives financières de l’année prochaine, sans pour autant être alarmiste. Mais le moins qu’on puisse dire est que le budget 2009 ne remettra pas les finances publiques sur les rails.

Le chiffre le plus éloquent est sans doute celui du déficit prévu l’année prochaine : pas moins de 5 000 milliards de livres (plus de 3,3 milliards de dollars), évidemment en hausse par rapport à celui de 2008, que M. Chatah n’a pas divulgué. On est donc loin de l’assainissement promis à Paris III.

Raisons invoquées pour expliquer ce énième dérapage : la hausse incontrôlée des dépenses publiques, estimée à près de 2 500 milliards de livres (1,66 milliard de dollars), sans que le gouvernement soit en mesure d’assurer une augmentation équivalente des recettes.

Trois postes, en particulier, expliquent le pessimisme du ministre des Finances : l’EDL, les salaires et le service de la dette.

À eux seuls, les transferts à l’Electricité du Liban devraient augmenter de 300 à 800 milliards de livres (entre 199 et 530 millions de dollars). Dans le meilleur des cas. Car le ministre mise sur certaines réformes dans le secteur, notamment une hausse des tarifs pour les grands consommateurs, voire l’acheminement de gaz naturel d’Égypte. Mais « si rien n’est fait d’ici là, en extrapolant la situation de 2008, le déficit de l’EDL avoisinera les deux milliards de dollars en 2009 ». Ce scénario, avouons-le, paraît tout à fait probable ne serait-ce qu’en se fondant sur l’expérience de ces dix dernières années, la seule variable pouvant être les prix du brut.

Autre sujet d’inquiétude : la hausse du service de la dette, que le ministre n’a pas souhaité chiffrer, mais qui risque de découler autant d’un effet volume que d’un effet prix. D’une part, la conjoncture mondiale laisse présager une hausse des taux d’intérêt internationaux. D’autre part, étant donné le déficit public, le volume de la dette devrait augmenter. C’est simple, « si la privatisation des cellulaires n’a pas lieu, la dette publique devrait atteindre 49 milliards de dollars en 2009 », a-t-il indiqué.

Enfin, dernier motif de préoccupation, et non des moindres, la hausse des salaires dans le public, qui devrait coûter quelque 500 millions de dollars. À ce sujet, le ministre a vivement défendu la décision d’accorder une majoration de 200 000 livres à toutes les tranches salariales, estimant qu’elle représente une solution de compromis, étant donné les divergences entre les organismes patronaux et syndicaux, tout en se prononçant en faveur d’une révision de la loi donnant ce rôle à l’État en ce qui concerne le privé. Le ministre a également reconnu l’effet inflationniste de cette mesure, qui pourrait arriver jusqu’à 4 ou 5 %, en estimant le taux d’inflation à 11 % fin 2008.

Parallèlement, que peut faire l’État pour augmenter ses recettes en 2009 ? Ces dernières devraient augmenter de près de 1 000 milliards de livres sous l’effet mécanique de la croissance du PIB, estimée à 5 % en 2009.
Une hausse de la TVA de 10 à 12 % est en revanche totalement écartée. La seule mesure fiscale envisagée est une hausse de la taxe sur les taux d’intérêt des dépôts bancaires, de 5 à 7 %, ce qui pourrait rapporter entre 150 et 200 milliards de livres. « La question est à l’étude » a-t-il affirmé.

Au plan fiscal, le programme de réformes présenté à Paris III a donc été pratiquement dépouillé de sa substance. Optimiste, le ministre mise en revanche sur le volet sectoriel. Les privatisations tant dans les télécoms que dans l’énergie, il y croit dur comme fer. On aimerait en faire autant…

Sahar AL-ATTAR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :