Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Les complications entourant la formation du gouvernement et la campagne contre Aoun dévoilent une volonté de réduire son influence

Posted by jeunempl sur juin 20, 2008

Rice souhaiterait des négociations directes entre Israël et le Liban et l’installation des palestiniens en serait le prix

(Tayyar.org)

Le nom que le général Aoun a donné à son bloc parlementaire « Bloc du Changement et de la Réforme » n’a pas arrêté d’inquiéter le parti du 14 mars depuis les élections de 2005. Et ils essayent depuis, par tous les moyens de l’éloigner du pouvoir car le mot « Changement » et le mot « Réforme » sont bannis du lexique gouvernemental la situation libanaise devant rester gelée dans l’attente des grandes solutions prévues pour la région ainsi que des transactions régionales internationales dont, entre autres, la paix avec Israël qui coûtera au Liban l’installation des palestiniens.

Ainsi, à peine la ministre américaine des Affaires Etrangères a t-elle quitté le sol libanais que les complications dans le processus de formation du cabinet sont apparues, accompagnées d’une large campagne menée contre le général Aoun pour la simple raison qu’il a présenté une proposition consistant à séparer le pouvoir de surveillance du pouvoir exécutif employant le terme interdit « Réforme ».

Cette campagne contre Aoun rappelle celle menée contre lui le jour où il a déclaré être candidat à la présidence. Mais cette fois ci elle vise à faire revêtir à son discours réformateur la couleur confessionnelle et ce, afin de le représenter comme un homme dangereux à qui il faudrait éviter d’attribuer un ministère souverainiste d’autant plus que le processus de formation du cabinet s’est transformé en projet de gouvernement pour la gestion des élections parlementaires de l’année prochaine en vue de garder la majorité actuelle imposée par Ghazy Kanaan en place.

Et si la tentative de semer la discorde entre Aoun et Hezbollah a échoué, celle visant à le brouiller avec le Président a connu le même sort. Aoun n’ayant pas demandé un des portefeuilles du Président mais un portefeuille souverainiste qui lui revient de plein droit étant donné qu’il représente le plus grand bloc parlementaire chrétien ainsi que le deuxième plus grand bloc à l’échelle nationale. Et sa proposition de nommer un ministre chrétien et un autre musulman aux ministères de la défense et de l’intérieur éloigne de lui l’accusation de personne confessionnelle qui cherche à affaiblir la position du Président consensuel.

Mais les complications entourant la formation du gouvernement ont dévoilé que le ministère objet de la discorde est celui des télécoms. Et l’attribuer au 14 mars semble une évidence pour le premier ministre. Le président de l’assemblée Nabih Berry a déclaré hier à la sortie du palais de Baabda que ce ministère est « le portefeuille principal qui contrôle aujourd’hui l’air, la terre et la mer » ce qui montre qu’il pourrait renoncer au ministère des Affaires Etrangères contre celui des télécoms à condition que ce premier soit donné à Michel Aoun.

L’ensemble des positions, et notamment celles prises par les restes de Kornet Chahwan et les chrétiens du 14 mars, semble viser à accorder au général Aoun une représentation insignifiante au gouvernement afin de l’empêcher d’avoir un rôle efficace aux élections parlementaires prochaines. Dans ce contexte, le quotidien Al Safir paru ce matin a qualifié la campagne menée contre Aoun de «  brouillon de la feuille de route jusqu’aux élections parlementaires ». As Safir a également posé la question suivante : « Pourquoi El Murr à la défense ? » et a ainsi dévoilé «  que Eric Adelman aurait annoncé à Michel El Murr, à travers un haut responsable arabe, qu’il serait ministre de la défense bien avant la formation du gouvernement, et ceci selon l’agenda des négociations de paix avec Israël et la lutte contre le terrorisme, ce qui nécessiterait le choix d’un commandant en chef de l’armée ayant des qualités bien définies ».

Et non loin de là, la question des fermes de Chebaa a été soulevée parallèlement aux négociations de paix entre la Syrie et Israël ainsi qu’à l’invitation de Olmert à des « négociations pacifiques et globales directes » avec le Liban qui comprennent la question des fermes de Chebaa », ce qui explique le manque d’enthousiasme de la ministre américaine des Affaires Etrangères à placer les fermes de Chebaa sous la tutelle internationale et qui préfère les inclure dans le dossier des négociations directes entre Israël et le Liban.

La formation du nouveau gouvernement semble dépendre des négociations entre Israël et la Syrie et celles prévues entre le Liban et Israël, ce qui complique les prochaines élections parlementaires ainsi que le premier gouvernement du nouveau mandat.

Nabih Berri : J’ai fait des propositions au Président. L’opposition est ouverte au dialogue et il n’y aura pas de ministères souverainistes et le ministère des télécoms est « la femme du césar ».

Le général Aoun : Les réactions à ma proposition n’ont pas su distinguer la réforme du pouvoir.

Siniora : Nous avons des préoccupations et il risque d’y avoir des surprises.

Comité de l’administration et de la justice : Prépare la discussion du projet de loi de Boutros

Bloc de la Réforme et du Changement : Propose un projet de loi pour adopter les découpages administratifs.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :