Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Les Casques bleus belges au Liban jusqu’à la fin de l’année

Posted by jeunempl sur mai 28, 2008

(Le Vif & Belga)

Drapeau belge - BelgiqueBELUFIL BELUBATTLe Conseil des ministres restreint a décidé lundi soir de prolonger jusqu’à la fin de l’année la mission des Casques bleus belges au Liban, tout en réduisant légèrement leur nombre, et de dépêcher une frégate pour près de quatre mois au large des côtes libanaises, a annoncé mercredi le ministre de la Défense, Pieter de Crem (CD&V).

Cette décision doit encore être formellement entérinée par le Conseil des ministres lors de sa réunion de vendredi, a-t-il précisé en marge d’une visite du roi Albert II à la base aérienne de Beauvechain.

La réduction – d’environ 370 hommes à 335 – portera essentiellement sur la composante de génie du bataillon belge de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL).

Le mandat des troupes belges au Liban expirait normalement le 15 juin et la relève du contingent actuel, le cinquième du genre depuis octobre 2006 doit s’étaler entre le 1er et le 15 juin en 4 vagues.
Le F930 « Leopold Ier », le nouveau fleuron de la Marine

M. De Crem a aussi annoncé l’envoi d’une frégate -le F930 « Leopold Ier », le nouveau fleuron de la Marine- pour une mission de près de quatre mois, de fin août/début septembre à décembre, au large du Liban, au sein de composante navale de la FINUL. Ce navire, dont ce sera la première mission opérationnelle, est servi par un équipage de 147 hommes et femmes.

Le ministre a justifié la prolongation de la mission des Casques bleus belges par la nécessité pour la Belgique, membre non-permanent du Conseil de sécurité jusqu’au 31 décembre- de soutenir l’action du nouveau comme coordinateur spécial des Nations Unies au Liban, l’actuel ambassadeur de Belgique à l’ONU, Johan Verbeke.

Le ministère de la Défense était au départ réticent à prolonger cette mission, entamée en octobre 2006 – pour une période initiale d’un an -, après le renforcement de la FINUL consécutif à plus d’un mois de guerre entre Israël et le parti chiite libanais du Hezbollah. Mais le ministre des Affaires étrangères, Karel De Gucht (Open VLD), souhaitait pour sa part que la Belgique reste engagée de manière substantielle au sein de la FINUL – et plus encore après la désignation de M. Verbeke par le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon.

M. De Crem a cependant prévenu mercredi que l’armée belge était « au maximum » de ses possibilités, avec plus de 1.100 hommes engagés sur quatre grands théâtres d’opération – le Liban, sous l’égide de l’ONU, l’Afghanistan et le Kosovo sous la bannière de l’OTAN, ainsi que le Tchad, une opération européenne.

« En janvier (2009), il faudra réduire », a-t-il souligné, sans préciser où cette réduction serait opérée. Il n’a cependant pas exclu qu’il s’agisse du Liban.

Le bataillon belge de la FINUL, basé à Tebnine, une petite ville du Sud-Liban située à une douzaine de kilomètres de la frontière israélienne, compte quelque 360 Casques bleus.

Il a trois tâches principales: le déminage, le soutien médical, avec un hôpital de campagne doté d’une capacité chirurgicale, et la reconstruction. Il dispose aussi de quelque 90 fantassins chargés de la protection – une leçon de la mort de dix Casques bleus le 7 avril 1994 au Rwanda.

Le gouvernement Verhofstadt II avait décidé le 23 novembre, en affaires courantes, de prolonger de sa mission jusqu’au 15 juin et la décision de prolonger cette présence au-delà se faisait attendre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :