Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Après l’espoir et le soulagement, l’expectative

Posted by jeunempl sur mai 27, 2008

(L’Express – Florence Floux)

Beyrouth - Centre VilleAprès six mois de vacance au plus haut niveau, le Liban a enfin nommé un nouveau président, le général Michel Sleimane. Un début de retour à la normale pour le pays du Cèdre, après les violences des dernières semaines qui ont fait 65 morts.

Les scènes de liesse n’ont pas duré très longtemps. Après la nomination du nouveau président Michel Sleimane dimanche, les Libanais sont sortis dans les rues, fêter l’évenement. Musique et feux d’artifice étaient de la partie. Des choses que l’on voyait rarement à Beyrouth il y a encore peu de temps. Le centre-ville, bloqué par l’opposition, était alors désert. Certains commerçants en mal de clients, ont fait faillite, d’autres sont partis.

« Les gens n’osaient plus sortir de chez eux après six heures du soir, pendant les combats », explique Edouard Bachir, gérant des glaciers libanais Maurice Bachir. « Depuis le blocage des rues du centre-ville de Beyrouth par l’opposition en 2006, il n’y avait plus de vie. Pour donner un ordre d’idées, c’est comme si le quartier Saint-Germain à Paris était désert. Les rues étaient vides », poursuit Edouard.

Après les scènes de combats qui ont fait craindre une rechute vers la guerre de 1975, et ont opposé les partisans de la majorité à ceux du Hezbollah il y a deux semaines, les Libanais peuvent enfin souffler un peu.

Pourtant, rares sont les peuples autant habitués aux scènes de guérilla urbaine que le peuple libanais. « Lorsque les balles sifflaient dans la rue, je baissais la grille du magasin et je restais à l’intérieur. J’attendais que ça passe », raconte Edouard. « Quand ça se calmait un peu, je rouvrais ». Un mode de vie particulier auquel les Libanais ont bien été obligés de s’adapter.

Un retour à la vie

Mais la semaine dernière a apporté un souffle nouveau au pays. Après le lever du sit-in décidé lors de la conférence de Doha, au Qatar la semaine dernière, la ville s’est transformée. « C’est un changement radical. La vie a repris son cours comme si rien ne s’était passé. Les étudiants sont revenus peupler les terrasses des cafés et des restaurants. Aujourd’hui, les gens sont dans la rue jusqu’à minuit, comme avant », constate Edouard Bachir.

« Les Libanais veulent profiter un peu de la vie. Il y a une certaine lassitude de toute cette situation. Les gens pensent au pouvoir d’achat, à la vie de tous les jours », note Edouard. Depuis la fin du sit-in, les actions ont doublé et la bourse est en plein boom. Les réservations aériennes sont complètes jusqu’en septembre. « Nous attendons 700 000 Libanais qui rentrent au pays, sans compter les touristes. » Des chiffres importants, pour un pays qui compte 3,5 millions d’habitants.

« Nous espérons tous beaucoup du nouveau président », estime Edouard. Relever le niveau de vie, faire coexister des entités ennemies au sein du pouvoir et repositionner le pays face à ses voisins, voilà ce qui attend le nouveau locataire du Palais de Baabda. Le président Michel Sleimane doit nommer son Premier ministre ce mercredi.

La phase de transition vers la normalité vient de s’enclencher. En attendant, les Libanais continuent de vivre au jour le jour.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :