Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Pourquoi ça a marché au Qatar et pas ailleurs ?

Posted by jeunempl sur mai 26, 2008

(Dr. Elie Haddad – Président du RPL France)

Dr. Elie Haddad - Président du RPL FranceL’accord de Doha conclu entre les différentes factions libanaises a apporté une issue pacifique et globale à une crise de régime sans précédent dans l’histoire moderne du Liban.

Le succès de l’Emir du Qatar et de son gouvernement a été exceptionnel. A travers leur initiative, les qatari ont réussi un exploit là où tous les gouvernements du monde ont échoué.

En effet, depuis septembre 2007, le Liban n’avait jamais vu un tel ballet de responsables étrangers de haut niveau se succédant dans sa capitale pour tenter de résoudre la crise. Il est donc intéressant, voire indispensable,  d’essayer d’analyser les raisons du succès obtenu par la diplomatie du Qatar.

Trois raisons principales nous semblent intéressantes à évoquer.

La première est en rapport avec la méthode utilisée. En effet, le gouvernement Qatari a choisi de jouer un rôle neutre et objectif dans le vrai sens du terme en essayant de comprendre véritablement les inquiétudes de toutes les parties et en cherchant sans détour un consensus viable et répondant au mieux au plus grand nombre d’exigences. La sincérité du négociateur qatari lui a conféré une respectabilité et lui a permis de jouir de la confiance de ses interlocuteurs. Cet élément, de forme, est fondamental et contraste avec l’attitude de plusieurs autres médiateurs qui ne faisaient que transmettre le mot d’ordre des américains et de leurs alliés libanais, et qui ne cherchaient qu’à imposer leur point de vue sans se soucier de trouver un véritable consensus.

La deuxième est sans doute en rapport avec les derniers évènements militaires survenus quelques jours auparavant à Beyrouth. Le gouvernement de Mr Sanioura a en effet allumé le feu en allant, les mains nus et sans préparation préalable, vers un affrontement avec le Hezbollah. Ce gouvernement misait probablement sur trois éléments: le soutien international devenu coutumier, ses forces propres, notamment celles des milices armées affiliées sous la bannière du 14 mars et enfin la non-utilisation du Hezbollah de ses armes dans cette bataille interne. Le gouvernement libanais a été débouté sur ces trois paramètres. Le parti de Dieu a été contraint d’intervenir militairement et en force ce qui lui a donné un rapide avantage militaire sur le terrain, beaucoup plus rapide que prévu par les observateurs. La « défaite » militaire rapide des milices loyalistes a coupé court à toute intervention externe d’autant plus que le Hezbollah a confié tous les postes « conquis » à Beyrouth à l’armée libanaise. Paradoxalement, cette escalade  militaire avait apporté un élément positif, celui de casser un statut-quo mortel installé au Liban depuis septembre 2007 et qui risquait de gangrener profondément la situation. Par ailleurs, la nouvelle donne militaire avait incité tous les acteurs à revoir leurs positions et refaire leurs calculs, ce qui a apporté une contribution majeure dans le déblocage de la situation.

La troisième est à trouver du côté des décideurs internationaux, les américains tout particulièrement, qui semblent actuellement en pleine révision géopolitique et en prévision d’une nouvelle redistribution des cartes. A ce niveau, deux indices majeurs sont à noter:

* l’annonce effectuée sur des négociations déjà bien avancée entre la Syrie (représentée par le régime actuel tant décrié !)) et Israël  par le biais de la Turquie
* la nouvelle donne irakienne qui a mis en évidence un rapprochement inattendu entre les positions américaines et iraniennes, manifesté notamment par la visite du Président Ahmadinijad à Bagdad et le feu vert donné au gouvernement irakien de réduire au silence les factions militaires chiites rebelles de Sadr.

Le nouveau positionnement américain parait, pour beaucoup d’observateurs, indispensable et répond aux conséquences de leur politique menée, prenant ainsi en compte les échecs subis à ce jour. En transposant au Liban cette nouvelle lecture, les américains ont dû certainement constater l’échec de leurs alliés locaux (les forces du 14 mars) malgré le soutien matériel, politique et militaire qu’ils leur ont apporté sans mesure et malgré leur statut de « majorité ». Cet échec s’est manifesté sans cesse et à toutes les étapes du conflit, en commençant par le désarmement du Hezbollah, en passant par l’élection d’un président de la République pro-américain jusqu’à arriver au dernier affrontement militaire à Beyrouth.

La convergence de ses paramètres a permis ainsi de lever certains freins et de pousser vers une solution.

C’est dans ce contexte que les libanais ont pu aboutir à un accord cadre qui a ouvert une porte de sortie de la crise et instauré une nouvelle règle de jeu à travers laquelle toutes les communautés politiques libanaises pourront prétendre à prendre part dans la décision nationale. La démocratie consensuelle sort ainsi renforcée, éloignant pour autant le spectre d’une guerre civile dont personne ne maîtrisera les aboutissements.

Toutefois, il est indispensable que tous les signataires du document de Doha respectent leur engagement jusqu’au bout et permettent au nouveau gouvernement de voir le jour selon la configuration décrite, mais surtout à la nouvelle loi électorale d’être amendée par le parlement selon les critères précisés au Qatar. Les gouvernements représentés à la cérémonie d’investiture du président Sleiman ainsi que les Nations Unies sont appelés à garantir la bonne application de cet accord afin d’éviter tout retour à la violence.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :