Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Cannes 2008 : « Je veux voir » de J. Hadjithomas et K. Joreige

Posted by jeunempl sur mai 19, 2008

(Politis.fr – Christophe Kantcheff)

Je veux voir - Cannes 2008Parce que le Liban est trop souvent une terre de guerres et d’affrontements, il est aussi un pays en proie aux images d’information, aux reportages télévisés, toujours les mêmes, avec toujours le même non-regard. Comment filmer le Liban ? Joana Hadjithomas et Khalil Joreige sont des artistes et des cinéastes libanais. Ils se sont retrouvés bloqués à Paris quand la guerre a éclaté en juillet 2006. Ils en sont restés les spectateurs impuissants, effondrés. Mais cette guerre les a amenés à repenser leur travail de cinéma en cours.

Comment filmer le Liban ? Que peut le cinéma ? De ces deux questions est né Je veux voir, présenté à Un certain regard. « Je veux voir », c’est la phrase que prononce Catherine Deneuve, confirmant sa volonté de « voir » le Sud Liban, là où les combats contre les Israéliens ont été les plus durs. Catherine Deneuve ? C’est sur elle que repose le projet du film. Joana Hadjithomas et Khalil Joreige la filment, accompagnée, guidée, conduite en voiture par l’artiste et comédien libanais Rabih Mroué, avec la conscience qu’avec elle et en elle, tout un pan de cinéma s’engage dans un monde meurtri.

Deneuve l’icône du cinéma, mais aussi Deneuve la personne. Que réussira-t-elle à voir ? Que va-t-il se passer entre elle et Mroué, qui a passé une partie de son enfance dans la maison de sa grand-mère, dans un village du sud aujourd’hui dévasté, mais qui n’y est pas retourné depuis la guerre ? Que donnera à l’image cette rencontre improbable entre l’univers que porte la comédienne de Demy, de Buñuel ou de Téchiné et le Liban contemporain, miné (à tous les sens du terme), et sous tension.

Des silences, beaucoup de silences, car les explications sont inutiles devant une maison familiale introuvable, démolie ; quelques instants de terreur, Deneuve étant littéralement sous le choc quand les avions israéliens passent, précisément pour faire peur, le mur du son ; des moments de relâchement aussi, Je veux voir étant aux antipodes du spectaculaire, contrairement aux images médiatiques.

Entre Catherine Deneuve la fiction et Rabih Mroué le documentaire, les mots s’échangent timidement, délicatement. Ils parlent dans la même langue. Le Liban requiert un regard attentif, qui ne juge pas, mais un regard capable aussi d’imaginer son devenir, de le réinventer. Le Liban a besoin du documentaire et de la fiction. Réunis, dans l’habitacle d’une voiture, le temps d’un film.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :