Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Le Qatar cherche à réconcilier les factions libanaises

Posted by jeunempl sur mai 16, 2008

(Le Figaro – Pierre Prier)

Carte du QatarLe Hezbollah a réussi à imposer plusieurs sujets à l’ordre du jour, comme l’augmentation du nombre de ministres d’opposition.

Les représentants de la majorité et de l’opposition libanaise se sont rendus hier à Doha, la capitale du Qatar, dans deux avions séparés. Les Libanais espéraient les voir rentrer dans le même appareil. Les négociations, qui devraient commencer par la désignation du général chrétien Michel Souleimane, chef de l’armée, comme candidat de consensus à la présidence de la République, laissée vacante depuis novembre.

Le reste de l’ordre du jour illustre la nouvelle donne née de la démonstration de force du Hezbollah chiite et de ses alliés. Ayant montré qu’il était capable d’occuper Beyrouth et les principaux axes du pays en 48 heures, le Hezbollah a réussi à imposer un ordre du jour : augmentation du nombre de ministres d’opposition chiite ou alliés chrétiens , au gouvernement, jusqu’à la minorité de blocage d’un tiers, permettant d’opposer un veto à n’importe quelle loi. Deuxième grand sujet sur la table, une nouvelle loi électorale comportant une plus forte dose de proportionnelle. Un accord sur tous ces points offrirait au Hezbollah, principal parti chiite, le poids politique qu’il réclame au nom d’une communauté à laquelle appartiendraient environ 40 % des Libanais.

Mais tout dépend du « timing », avertit un diplomate arabe. « Si l’élection du président, la mise en place d’un nouveau gouvernement et la nouvelle loi électorale étaient trop espacées, on risquerait de se retrouver dans une impasse politique. » Le parti chiite ne souhaite pas discuter de son armement, mais il a détruit lui-même l’argument selon lequel ses armes ne servaient qu’à défendre le Liban contre Israël. Si Hassan Nasrallah absent de Doha , obtient le gain politique qu’il recherche, il lui sera plus difficile de justifier l’existence de ses armes lourdes et de ses missiles.

L’environnement régional des discussions reflète lui aussi la nouvelle donne. La Syrie, parrain du Hezbollah avec l’Iran, a salué « l’étape » de Doha, « une chance véritable de sauver le Liban des dangers qui le menacent » selon le ministre des Affaires étrangères Walid al-Moualem.

L’Arabie saoudite écartée

Damas ne peut que se satisfaire de la composition du comité de la Ligue arabe. L’Arabie saoudite, qui avait présidé aux accords de Taëf à la fin de la guerre civile, en est absente. Riyad, devenu le principal soutien de la majorité « antisyrienne », doit céder le rôle d’arbitre à l’un de ses pires rivaux. Le minuscule Qatar, à peine plus grand que la Gironde, irrite grandement la monarchie saoudienne avec la création d’al-Jezira, la « CNN arabe » qui malmène les chefs d’État arabes et diffuse les vidéos de Ben Laden. Présent dans de nombreuses médiations, le richissime petit émirat pétrolier avait salué la « résistance » du Hezbollah lors de la guerre de l’été 2006 contre Israël. L’émir du Qatar avait alors accusé sans les nommer les Saoudiens d’être « en faveur de la mission israélienne » de destruction du Hezbollah.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :