Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Funestes ingérences

Posted by jeunempl sur mai 14, 2008

(Le Courrier – Benito Perez)

Le Liban a retrouvé un calme précaire, après une semaine d’affrontements meurtriers entre partisans et opposants au premier ministre Fouad Siniora. Une nouvelle fois, c’est l’armée libanaise qui est parvenue à arracher cette trêve entre les factions chiites (Amal et Hezbollah), sunnites et druzes. Malgré sa faiblesse opérationnelle, elle demeure la seule institution capable d’être entendue par tous les clans libanais. C’est dire la déliquescence de l’Etat dans la patrie des Cèdres.

Le Liban paie cher l’intransigeance de ses dirigeants. De plus en plus impopulaire, M. Siniora s’accroche à un fauteuil obtenu par la grâce d’une coalition qui n’existe plus depuis dix-huit mois. Avec le départ d’Emile Lahoud en novembre 2007, le pays n’a même plus de chef de l’Etat, faute d’accord au parlement. Or les partis au pouvoir ne craignent rien tant que de nouvelles élections n’aient lieu. Ils savent l’opposition – naguère surtout chiite – renforcée au sein des autres communautés. Tous les ingrédients de la violence sont ainsi réunis: quoi de pire, dans un pays aussi fracturé, que des institutions paralysées, laissant le dernier mot aux armes?

Ces braises, les puissances étrangères n’hésitent pas à les attiser. Le remodelage du Proche-Orient voulu par George W. Bush ne peut souffrir le maintien d’un Hezbollah fort, capable de riposter sur Israël en cas d’attaque contre la Syrie ou l’Iran. Quant aux parrains internationaux du «Parti de Dieu», ils sont bien décidés à empêcher le Liban de rejoindre Israël, l’Egypte, la Jordanie, l’Irak et la Turquie dans le camp pro-étasunien régional. Dans ce jeu géostratégique, tous les coups sont permis, au risque de déclencher une guerre civile.

En décidant, mardi 7 mai, la destitution d’un haut gradé proche de l’opposition et le démantèlement des instruments de communication du Hezbollah, le duo Siniora-Bush espérait pousser le parti-milice à la faute. Une escalade militaire aurait ensuite permis de justifier l’élargissement du mandat de l’ONU au-delà de la zone tampon avec Israël, déjà interdite aux miliciens du Hezbollah. Pour que le piège fonctionne au mieux, ces mesures étaient annoncées la veille d’une mobilisation syndicale attisée par la crise sociale qui frappe particulièrement la population chiite…

Mais le plan n’a que partiellement fonctionné. En affrontant pour la première fois d’autres Libanais, le Hezbollah a certes entaché son image, lui qui tire sa légitimité de son nationalisme «antisioniste». Toutefois, ses miliciens se sont interdit toute attaque contre des civils ou contre les institutions nationales. Bien loin de commettre le «coup d’Etat» immédiatement dénoncé par les pays occidentaux, ils ont concentré leurs coups sur les autres factions armées. Avec à la clé des succès militaires et politiques significatifs, qui ont vu des phalanges sunnites et druzes obligées de remettre leur matériel de guerre à l’armée régulière. Puis à la première injonction de l’armée, le Hezbollah a cessé le feu… En retour, les militaires ont obtenu de M. Siniora qu’il renonce aux mesures promulguées le 7 mai. Profitant de l’accalmie, des émissaires de la Ligue arabe sont désormais à Beyrouth avec pour mission de faciliter le dialogue entre les parties. On espère bien sûr qu’un accord politique soit trouvé. Mais il n’est pas sûr que ce dont les Libanais ont le plus besoin soit une nouvelle ingérence étrangère.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :