Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Liban: le Hezbollah dénonce une « déclaration de guerre » du gouvernement Siniora

Posted by jeunempl sur mai 8, 2008

(AP)

Grèves 8 Mai 2008 - Routes bloquéesLe chef du Hezbollah a qualifié jeudi de « déclaration de guerre » les accusations d’atteinte à la sûreté de l’Etat lancées par le gouvernement au sujet du réseau militaire de télécommunications du mouvement chiite.

« Cette décision équivaut à une déclaration de guerre (…) contre la résistance et ses armes, dans l’intérêt de l’Amérique et d’Israël », a accusé cheikh Hassan Nasrallah lors d’une conférence de presse diffusée en direct à la télévision.

Le Liban connaît une grave crise politique depuis le départ en novembre du président pro-syrien Emile Lahoud qui n’a pas été remplacé depuis, faute d’accord entre les deux camps.

Mardi, le gouvernement de Fouad Siniora a déclaré que le réseau de télécommunications du Parti de Dieu était illégal et représentait une menace pour la sécurité de l’Etat. Il a également annoncé le limogeage, finalement annulé, du chef de la sécurité de l’unique aéroport international du Liban, soupçonné d’être lié au Hezbollah.

Les troubles ont commencé quand des partisans du Hezbollah ont barré des rues de Beyrouth en signe de soutien à l’appel à la grève des syndicats pour protester contre les réformes économiques du gouvernement et obtenir des hausses de salaire. La grève a rapidement dégénéré en bataille de rue entre les sympathisants du Hezbollah et ceux du gouvernement. Une dizaine de personnes ont été blessées.

De nouvelles violences se sont produites jeudi à Beyrouth, s’étendant hors de la capitale. Sunnites et chiites (une communauté estimée à 1,2 millions de fidèles, ce qui en fait la plus importante du pays) ont échangé des coups de feu dans le village de Saadnayel, dans la vallée de la Bekaa, dans l’Est, faisant quatre blessés, selon des responsables de la sécurité ayant requis l’anonymat.

Des partisans du Hezbollah bloquaient l’aéroport pour le deuxième jour consécutif jeudi. Des pneus brûlaient et des barrages ont été érigés à Beyrouth et la tension ne semblait pas devoir baisser.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :